Et si notre voisin alpin se laissait séduire par cet argument taillé spécialement pour lui ? En visite officielle à Berne la ministre des Armées, madame Florence Parly, est allé défendre bec et ongle le Dassault Aviation Rafale. Et face aux concurrents américains et européens elle a jouer un atout surprenant : le respect de la souveraineté et des données propres à la défense suisse. Et si elle avait vu juste ?

Car dans la confédération helvétique l’avion de combat français affronte ses habituels adversaires : l’Airbus DS Typhoon, le Boeing F/A-18E/F Super Hornet, et le Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Des machines que notre Dassault Aviation Rafale est censé bien entendu surclassé totalement si on en croit les experts de l’avionneur.
Pourtant c’est un tout autre axe de travail que la ministre des Armées met en avant : la confidentialité des données de chaque avion.

La responsable politique française, qui chapeaute avec Team Rafale et l’Élysée, les marchés d’exportations du chasseur insiste sur le fait que si la Suisse adopte le Rafale elle sera seule maîtresse de ses avions. La France n’aura nullement accès aux données tactiques et stratégiques de ces machines. Il s’agit à la fois de rassurer les décideurs suisses et aussi un peu beaucoup de tacler Boeing et surtout Lockheed-Martin. Les deux avionneurs américains sont réputés pour faire peu de cas de la souveraineté de leurs clients, allant fréquemment jusqu’à interdire l’accès de leurs softwares aux forces aériennes en question. Là-dessus le cas du F-35A/B Lightning II est criant.

Parmi les propositions faites par Dassault Aviation et le ministère des Armées figure l’absence de boites noires lors des livraisons de Rafale. De tels équipements de sécurité seraient en réalité installés après la livraison directement par la Suisse. Ainsi ni les ingénieurs de l’avionneur ni les experts ministériels y auraient accès. Le risque d’espionnage ou de suspicion d’espionnage serait ainsi grandement réduit.
Face à madame Viola Amherd, cheffe du département fédéral de la Défense, de la Protection de la population et des Sports, la ministre française a insisté sur le fait que si la Suisse choisissait le Rafale elle aurait la totale capacité d’apporter des modifications locales aux avions, et ce au cours des années. Là encore c’est une manière comme une autre de montrer la différence vis à vis des États-Unis où n’importe quel chantier de modernisation doit passer par un accord du Congrès.

On sait que nos voisins suisses sont très attachés à leur souveraineté, et l’idée de Florence Parly semble très fine politiquement et diplomatiquement parlant. Nous saurons dans quelques semaines si cela a permis ou non de faire basculer ce pays dans le camp du Rafale.
Affaire donc à suivre.

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

25 COMMENTAIRES

  1. Il y a un autre argument que la France à fait valoir autrefois pour pousser l’avion national : le logiciel de cartographie 3d qui, couplé avec le « ground avoidance system » permettrait des vols en toute sécurité dans le ciel Suisse, unique en son genre.
    Après, il faut tout de même admettre que beaucoup de « connaisseurs » Suisses et autres, sont dans une logique « tout, mais pas Français » : c’est qu’il ne faudrait pas avantager un voisin, des fois qu’il nous envahisse.

    • En fait la logique en question, souvent rapportée est : « tout sauf européen ». Ce qui inclus à la fois le Rafale et le Typhoon. Pour de nombreux Suisses ce dernier est plus germano-italien qu’autre chose.

    • Alors je ne sais pas d’où vous tirez ce constat, parce qu’il semble aujourd’hui que ce soit plutôt le contraire. Les avions américains ont très mauvaise presse auprès de la gauche, qui a déjà déclaré qu’elle lancerait une nouvelle votation si l’appareil choisit provenait de chez l’Oncle Sam. Or, sur le dossier des avions de combat, la gauche pèse apparemment 49.9% des votants. Son avis compte donc passablement dans l’équation, que ça plaise ou non. À droite également, le Rafale semble bien placé. Ses performances le classent parmi les meilleurs, alors que l’Eurofighter reste cher et avec un avenir quelque peu brumeux, tandis que le F-35 enchaîne les déconvenues depuis quelques mois. La partie semble se jouer entre le Super Hornet (notamment pour des questions de prix et des transition facilitée avec le Hornet) et le Rafale.
      Personnellement, je table sur le Rafale pour ses performance et un rapport qualité/prix intéressant, couplé au Patriot comme lot de consolation pour les Américains.

      • Ne vous laissez pas impressionner par le résultat des votations sur les avions ,l’effet covid a joué un rôle certain . Avez-vous noté que la majorité écrasante des Cantons avait voté Oui. En cas d’initiatve, contrairement au référendum, la majorité des Cantons est requise. Les insectes nuisibles du GSsA n’auront pas beaucoup de chances ! Il est vrai que dans les grandes villes les rose-caviar et les escrolos poussent comme les mauvaises herbes ! Mais je suis d’avis que l’effet Covid passé, beaucoup de citoyens se rendront compte que l’avenir 2070 peut réserver de mauvaises surprises dans le ciel européen. Pourquoi 2070 : les cellules des nouveaux avions sont prévues pour 10 à 12000 heures de vol , et une mise à niveau des systèmes devra évidemment se faire tous les 5 à 10 ans .

        • Vous semblez oublier la votation de mai 2014 qui a vu le rejet du Gripen. Là, il y a aussi des proarmée qui ont votés contre. Déjà, j’ai un très gros doute que le F-35 soit choisi. Si par malheur cela devait arriver et qu’un référendum aboutisse, il est très problable que le peuple accepte le référendum et donc rejette l’acquisition de cet appareil. Si un autre appareil est choisi, il y a de très fortes chances, si son acquisition revient devant le peuple, que l’achat soit accepté. Perso, je croise les doigts pour que le Rafale soit choisi

  2. C’est une bonne approche des choses. Cela doit pouvoir rassurer nos amis helvètes.
    En espérant que nos concurrents ne fassent pas circuler des valises bourrées de dollars.

  3. Voici une excellente argumentation de la part de votre ministre des armées, subtile et judicieuse. De la belle intelligence diplomatique avec un argument commercial évident pour ce superbe et éprouvé chasseur au coût d’exploitation raisonnable.

  4. A l’ère du tout connecté, quel est l’intérêt de cette démarche ? A part révéler que le Rafale est le moins connecté, je ne vois pas la plus-value ! Ensuite parler de souveraineté en s’alliant avec un envahissant voisin comme la France me parait pour le moins assez paradoxal ! Sans compter que la très pacifique suisse risquerait d’être entraînée malgré elle dans interventionnisme de son tonitruant voisin, Mali, Grèce etc… Rien de très bonne augure !

        • Personne n’a dit le contraire. Et c’est bien pour ça qu’il est débile de prétendre que :
          « [si elle achetais le Rafale] la très pacifique suisse risquerait d’être entraînée malgré elle dans interventionnisme de son tonitruant voisin, Mali, Grèce etc… Rien de très bonne augure ! »

  5. D’accord avec vous Arnaud. La Suisse n’ira jamais faire d’Opex . Sa constitution l’interdit.

    La Suisse est un pays neutre, le coffre-fort de la planète. Donc pas d’intervention de quelque nature que ce soit.

  6. Je suis désolé de lire des commentaires sur la géopolitique qui frisent le ridicule : la Suisse embarquée malgré elle dans les choix stratégiques de la France à cause de l’achat des rafales???
    Par contre bravo Mme Marly, pour une fois que la France à des arguments de vente intelligent.

  7. En complément de mon commentaire sur l’éviction probable du F-35 et de l’Eurofighter, reste le Rafale qui a pour lui, des performances supérieures à ses concurrents, en particulier sur le plan vertical et l’excellence de l’enveloppe de vol, sans compter son élégance. Les chances du Super Hornet sont d’une autre nature : 1) prix unitaire plus faible, donc flotte possible un peu plus importante 2) pièces de rechange communes 20 à 30 % avec notre actuel Hornet, 3) coût de l’heure de vol plus bas que ses concurrents, 4) cellule prévue pour une durée de vie entre 10’000 et 12’000 heures de vol, c’est-à-dire plus de 40 ans de vie opérationnelle ! Pour le dernier point, ce serait aussi le cas du Rafale, par ex.

    • le hornet à bientôt 60 ans d’age de conception dans 40 ans cela lui fera 100 ans, alors pourquoi pas acheter des avions de la guerres de 14-18, des spads par exemple ou des fokers , cela coutera bien moins chère ( j’ironise bien sur cher voisin)

      • Sans rire le Hornet approche selon vous les 60 ans ? Vous avez pioché ça où Micheletti ? Car le Northrop YF-17 Cobra dont il découle a volé pour la première fois il a moins de 50 ans, en juin 1974. Donc un conseil : révisez vos connaissances en aéronautiques.
        Par contre vos deux autres commentaires ont été modérés, l’un pour agressivité envers un autre lecteur et le second pour vulgarité et propos anti-américains tellement primaires qu’ils confinaient presque au racisme.
        Bien à vous Micheletti.

        • LE POLITIQUEMENT CORRECTE COMME TOUJOURS. LA CENSURE? ON NE PEUT PLUS RIEN DIRE, PLUS CRITIQUER UN PAYS QUI FAIT DES PRESSIONS SUR SES ALLIES POUR QU’ILS ACHÈTENT AMÉRICAINS PLUTÔT QU’EUROPÉEN. QUAND ON VEUT DIRE LA VERITé IL FAUT ETRE EXECUTé COMME DIT LA CHANSON ET JE SUIS MEME UN RACISTE. VOUS VOUS RENDEZ COMPTE. VOUS FAITES SANS DOUTE PARTIE DE CES BOBOS DE GAUCHE QUI NOUS DISENT COMMENT PENSER ET SI CELA NE VOUS PLAIT PAS, VOUS PRENEZ LES CISEAUX POUR COUPER; BELLE MORALE ET QUELLE DEMOCRATIE LE. H ORNET A VOLé EN 1974 VOUS DITES, DONC CELA FAIT 46 ANS? SI ON COMPTE LES ÉTUDES ET LE développement ON ARRIVE à 56 ANS.? SOIT DANS 40 ANS 96 ANS, MÊME MODERNISE IL N’EN RESTE PAS MOINS UN VIEL AVION. DASSAULT A ARRÊTE LE MIRAGE 3? ALORS POURQUOI NE L’ON T IL PAS MODERNISE PLUTÔT QUE DE FAIRE LE RAFALE??????? EN PARLANT DU MIRAGEIII DANS LES ANNees 60 LES AMERICAINS ONT FAIT PRESSIONS SUR LES PAYS DE L’OTAN POUR ACHETER DES F104 AU LIEU DE MIRAGES? AINSI LES ALLEMANDS EN ONT FABRIQUE 700? LES AUTRES PAYS DU NORD ET LA BELGIQUE ONT TOUS CHOISI CE F104? LES ALLEMANDS EN ONT PERDU DANS LES 150 TUANT PRESQUE TOUS LES PILOTES AUX COMMANDES, UN VRAI DESASTRE;. ET LE PROPRE FILS DU MINISTRE ALLEMAND DES ARMEES DE L’EPOQUE (VON HASSEL) QUI A FAIT PENCHER LA BALANCE POUR LE F104 S’EST TUE AUX COMMANDE DE SON AVION F104 VOUS VOYEZ JE CONNAIS L’HISTOIRE POUR UN RACISTE DÉBILE QUI NE CONNAIS RIEN AUX AVIONS

        • Primo Micheletti ça ne vous sert à rien d’écrire votre commentaire en lettres majuscules, sauf peut-être à le rendre illisible. Deuxio vous devriez mieux lire ma réponse, je n’ai jamais attesté d’un premier vol du Hornet en 1974 mais du Cobra dont il est issu. La nuance est énorme. Et tertio je n’ai jamais avancé que vous êtiez raciste juste que votre prose avait des relans d’anti-américanisme telle primaire qu’il confinait au racisme. En français les mots ont un sens madame ou monsieur. Après chacun appréciera votre agressivité vis à vis de celles et ceux madame ou monsieur que vous appelez : « ces bobos de gauche« . Enfin ici aucune censure, juste de la modération.
          Si censure il y avait votre message ci-dessus serait passer à la trappe.
          CQFD.

  8. Sauf le respect que je dois à tous, il me semble que le successeur du mirage III serait plutôt le mirage 2000 que l’on peut considérer comme un 3 modernisé que le rafale. Mais c’est juste mon opinion.

    • Bonjour Jean Marc.
      En fait en dehors de l’architecture générale le Mirage III et le Mirage 2000 n’ont rien en commun. Le Mirage 2000 est un avion conçu dès le départ pour être polyvalent, dès le M2000C alors qu’il fallut attendre le Mirage IIIE (dont on a fêté les 60 ans récemment) pour avoir un avion qui ne soit pas un pur chasseur. À la même époque que le Mirage 2000 Dassault Aviation a essayé de donner un successeur au Mirage III, mais sans succès : le Mirage 3NG demeuré à l’état expérimental.

    • Le Mirage 2000 est un avion plus ancien que notre Hornet, à l’époque de choix du F/A-18, le Mirage 2000 était déjà surclassé, surtout en ce qui concerne le radar de poursuite et malgré son excellente enveloppe de vol ! A part 55 Mirage 2000D ,biplace d’attaque dont la modernisation a débuté, l’ensemble de la flotte des Mirage 2000 sera retirée au plus tard d’ici 2025. Alors renseignez-vous un peu mieux. Le seul avion moderne avec un grand potentiel de développement reste bien le Rafale, pour l’Armée de l’Air et de l’Espace!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom