L’avion d’entraînement de construction suisse s’impose de plus comme le successeur désigné de nombreux jets des années 1970-1980. Ce mardi 14 septembre 2021 le ministère espagnol de la défense a pris livraison de ses deux premiers Pilatus PC-21. Ces avions devront permettre à terme d’assurer la formation avancée des pilotes de l’Ejercito del Aire dans la filiale chasse. Madrid insiste sur le fait qu’il va ainsi exister sous peu une cohésion dans la formation entre écoles espagnoles et françaises.

Au total ce sont vingt-quatre avions de ce type que l’Ejercito del Aire doit réceptionner d’ici à 2025 afin de moderniser en profondeur son cursus de formation avancé des futurs pilotes. Ils vont permettre de remplacer les actuels Casa C.101 Aviojet, des avions présentant de grandes similitudes avec les Aermacchi MB-339 italiens et les Dassault-Breguet / Dornier Alpha Jet franco-allemands.
Pour autant l’Espagne ne met pas tous ses œufs dans le même panier, étant partie intégrante dans le programme de l’Airbus Future Jet Trainer visant à développer un avion d’entraînement à réaction de nouvelle génération destiné à former les pilotes de l’avion de combat européen SCAF.

Vous remarquerez qu’à l’instar de l’Armée de l’Air et de l’Espace l’Ejercito del Aire a fait le choix d’avoir des Pilatus PC-21 hauts en couleurs. La livrée n’est pas du tout à basse visibilité, et on le comprend bien pour des machines d’entraînement. Elle reprend, comme sur les C.101 Aviojet, les couleurs du drapeau espagnol. On remarquera au passage que le PC-21 est désigné E.27 dans la nomenclature de l’Ejercito del Aire.
Afin de se prémunir des messages de haine et de violence sur les réseaux sociaux l’état-major espagnol a insisté sur le fait que la Patrulla Águila continuerait d’évoluer sur Aviojet.

L’avion n’arbore pas encore la cocarde officielle espagnole et porte toujours son immatriculation civile provisoire suisse HB-HWB.

Plus que jamais Pilatus démontre que son PC-21 est la meilleure alternative aux jets d’entraînement d’ancienne génération. Économique, bien équipé en avionique, rapide, manœuvrable, cet avion prouve à chaque instant désormais qu’un avion turbopropulsé sait faire aussi bien qu’un jet. Les instructeurs et élèves espagnols vont bientôt s’en rendre compte, comme leurs homologues australiens ou français l’ont eux aussi découverts.

Photos © Ejercito del Aire.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom