Est-ce vraiment la fin de carrière pour le vénérable hélicoptère de facture française dans ce pays alpin ? Depuis cet été la vingtaine d’Aérospatiale SA.316B Alouette III encore en dotation au sein du Bundesheer a été validé pour emploi comme hélicoptères bombardiers d’eaux. Une réponse dans l’urgence aux nécessités du réchauffement climatique et des feux de forêts qui en Europe se multiplient au-delà de l’arc méditerranéen. Ces monoturbines sont alors employés en compagnies d’un Sikorsky S-70A Blackhawk chargé de déposer des commandos de sapeurs-pompiers.

Militaires et pompiers fixent l’équipement anti-incendie sous l’hélicoptère en vol stationnaire.

On pouvait penser les fonctions de service publique désormais derrière les Aérospatiale SA.316B Alouette III sous la cocarde autrichienne après la récente décision de leur retirer les missions de sauvetages en zone alpine au profit des Agusta-Bell AB-212 Twin Huey. Il n’en est en fait rien, elles ont juste changés de rôle. Effectivement porter assistance aux nombreux alpinistes, randonneurs, ou skieurs en difficultés n’est plus à leur portée selon les décideurs autrichiens. Jouer les pompiers volants semble être une tout autre question.

Et c’est là le fruit d’une longue réflexion. Celle-ci a poussé le Bundesheer à tester les capacités de lutte anti-incendie sur ses quatre modèles d’hélicoptères militaires actuellement en dotation. Les Bell OH-58B Kiowa et Sikorsky S-70A Blackhawk ont été rapidement rejetés, chacun pour une raison bien différente par rapport à l’autre. Selon les experts autrichiens l’OH-58B Kiowa ne dispose pas d’une capacité de levage, notamment altitude, lui permettant d’élinguer correctement le Bambi Bucket de 680 litres employé pour la lutte contre les feux. À l’inverse les Blackhawk semblent trop puissants pour cela et l’Autriche n’envisage pas à l’heure actuelle d’investir dans des Bambi Buckets de 1190 litres plus adaptés à ce modèle d’hélicoptère. Surtout le Blackhawk est dédié en cas de feux de forêts à la dépose des commandos d’attaque rapprochée des pompiers autrichiens.
L’AB-212 Twin Huey fut un temps envisagé avant que le Bundesheer se rende compte que l’Alouette III était l’hélicoptère idéal pour cette mission : léger, très manœuvrable, disposant d’une capacité de levage assez peu égalé pour un appareil monoturbine, et surtout ayant largement démontré ses capacités dans cette mission sur l’ensemble du globe depuis des décennies.

Quand le Bambi Bucket vide sa charge d’attaque sur les forêts alpines autrichiennes.

Des manœuvres ont été réalisées au cours de tout l’été et en août les Alouette III sont même intervenues à deux reprises aux côtes des soldats du feu autrichiens. Précis dans la capacité à bombarder les flammes, facile d’emploi par ses pilotes et mécaniciens, et surtout suffisamment compact pour pouvoir opérer depuis des drops zones installés sur n’importe quel terrain de foot ou en bas d’une quelconque remontée mécanique le plus français des hélicos autrichiens est devenu un auxiliaire précieux pour la lutte contre les feux de forêts.
L’Autriche bénéficiant de nombreux étangs, lacs, et rivières de montagne le remplissage des Bambi Buckets se fait aisément. Cependant il nécessite parfois une dextérité certaine de la part des femmes et des hommes aux commandes de la machine.

Une Alouette III en configuration d’HBE, une image à laquelle les Autrichiens vont devoir s’habituer.

En Autriche désormais certains parlementaires (majoritairement classés à gauche et/ou écologistes) envisagent clairement que le Bundesheer conserve une partie de la flotte des Alouette III après la livraison des derniers AgustaWestland AW.169M commandés l’an dernier. Elles serviraient alors exclusivement d’hélicoptères bombardiers d’eau.
Et si le dérèglement climatique sauvait la peau de l’Alouette III ?

Photos © Bundesheer

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom