L’information a été révélée ce mardi 21 septembre 2021 par l’état-major de la Luftforsvaret. Les chasseurs de cinquième génération Lockheed-Martin F-35A Lightning II norvégiens sont désormais autorisés à mener des missions dites de QRA, c’est à dire de décollages en alerte d’interception. Une évolution majeure pour celle qui demeure une des principales forces de protections de l’OTAN depuis la guerre froide. Un vingtaine de chasseurs furtifs est désormais habilité afin de réaliser cette mission à haut risque.

En fait pour permettre de valider l’emploi des F-35A Lightning II la Luftforsvaret a été obligée de prouver à l’Allied Air Command de l’OTAN qu’elle était apte à protéger la face septentrionale de l’espace aérien atlantiste. Ce qui rappelons-le est son rôle numéro 1 au sein de l’alliance. Pour cela elle a organisé du 1 et au 19 septembre 2021 inclus l’exercice Falcon Deploy 2021. Les pilotes ont fait décoller leurs chasseurs furtifs dans toutes les conditions imaginables afin de simuler des identifications, voire des interceptions, d’avions hostiles.

En fait cette manœuvre aérienne a eu un double résultat : valider l’emploi de ces avions comme chasseurs purs auprès de l’OTAN autant qu’auprès du ministère norvégien de la défense. Et là aussi c’est fait ! Les F-35A Lightning II vont donc pouvoir défendre l’espace aérien souverain de ce pays scandinave face aux provocations de l’aviation stratégique russe. Et dans la région elles sont finalement assez fréquentes, malheureusement. Les chasseurs furtifs pourront aussi accompagner les avions de reconnaissance et de surveillance au-dessus de la Mer de Barents.

C’est donc une étape importante, quasi historique, pour la Luftforsvaret. Depuis trente-neuf ans c’est le General Dynamics F-16A/B Fighting Falcon qui réalisait seul cette mission, que ce soit pour les besoins de l’alliance Atlantique autant que de la Norvège elle-même. Avant lui cette mission fut confiée à des Canadair CF-104 Starfighter entre les années 1974 et 1982, puis encore plus loin à des Northrop F-5A/B Freedom Fighter entre 1966 et 1974. La première alerte de ce genre fut prise entre 1957 et 1966 par des North American F-86F Sabre / F-86K Sabre Dog. On l’aura compris la chasse norvégienne est très importante pour l’OTAN, et ce depuis maintenant plusieurs décennies.

On remarquera la présence sous voilure des rails de lancement de missiles air-air, un équipement qui réduit considérablement la furtivité du F-35A Lightning II.

Reste désormais à savoir si le chasseur de 5e génération de Lockheed-Martin saura lui aussi tenir la distance sur près de quatre décennies comme le robuste et polyvalent F-16.

Photos © Luftforsvaret

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,

    Le fait de disposer des rails de lancement de missiles air-air sous voilure est volontairement fait pour dégrader la furtivité de l’avion, ou est ce que cela répond à un besoin précis pour que l’avion puisse réellement effectuer sa mission de « policier » du ciel ?

  2. Bonjour,

    Quel est le but des rails de lancement de missiles air-air additionnels fixés sous les ailes ?

    Est ce qu’il s’agit de dégrader volontairement la furtivité de l’avion ? et si oui pourquoi ?

    Est ce qu’il s’agit d’une obligation pour que l’avion puisse effectuer correctement sa mission ?

    Merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom