Airbus Helicopters est aujourd’hui un sans doute l’hélicoptériste civil et militaire disposant du plus vaste catalogue de machines dans le monde. Pour autant comprendre l’évolution de ses machines a toujours été assez compliqué pour nombres de passionnés, et à priori de néophytes. Surtout un des facteurs les plus difficilement compréhensibles par beaucoup est la disparition des noms de baptême des hélicoptères hérités de feus Eurocopter et Aérospatiale. Comme souvent pour toutes règles il y a une exception, et ici c’est l’hélicoptère de combat Tigre qui joue ce rôle.

Le rôle premier de notre site, tel qu’il était quand Gaëtan le pensa en 1999, et tel qu’il demeure aujourd’hui est de démocratiser la connaissance aéronautique. Dans ce but nous nous devons parfois de reprendre des sujets ayant déjà été traités afin de les affiner. Or la question des désignations et des patronymes au sein du géant Airbus Helicopters a fait couler pas mal d’encre (ou plutôt taper pas mal de touches) sur notre site.
Du coup on vous en remet une couche.

Pour mémoire c’est le 1er janvier 2014 qu’Eurocopter a disparu, devenant Airbus Helicopters. Il ne s’agissait là que de la plus récente évolution d’une histoire franco-allemande des voilures tournantes assez vaste. Le géant Airbus créait ses subdivisions afin de peser plus lourdement face à des poids-lourds comme Boeing et Lockheed-Martin. Et le moins qu’on puisse dire c’est que ça a fonctionné puisqu’aujourd’hui Airbus Helicopters domine le marché mondial.

Comme nous vous l’expliquions voici un peu plus de cinq ans les désignations ont en fait été simplifiées. Chaque modèle existant déjà a été précédé de la lettre H, sans tiret, reprenant ensuite les trois chiffres qui existaient chez Eurocopter. Ainsi par exemple l’EC-135 est devenu H135 et l’EC-155 a pris la désignation de H155. Quelques contre-exemples existent cependant puisque les AS.350, AS.332C, et AS.332L sont respectivement devenus H125, H215, et H225. Concernant les machines destinés au marché de défense la simplification a été encore plus radicale : on garde la désignation civile et on ajoute un M à la fin, là encore sans le moindre tirer. Ainsi l’EC-645 devient H145M tandis que l’AS.532 est désormais désigné H215M.

En fait là où nous voulons en venir, c’est sur le sujet des patronymes, les fameux noms de baptême. Pour faire simple ils ont tous disparus chez Airbus Helicopters !
Tous en fait sauf celui du Tigre proposé sur le marché sous le nom de Tiger.
Preuve en est sur notre page du constructeur où ces patronymes n’apparaissent plus.
Donc parler d’Airbus Helicopters H225M Caracal, de H125 Écureuil, ou encore de H215 Super Puma est une erreur. Même le terme de H160M Guépard est relativement faux.
Les patronymes de Caracal, Cougar, ou encore Guépard sont en fait des termes créés par le principal client de ces machines : le ministère de la défense, devenu aujourd’hui ministère des armées.

Nous nous demandions il y a quelques temps si Airbus Helicopters se reniait ? La réponse aujourd’hui nous l’avons : oui totalement. Certains voudront y voir la marque allemande, du fait que le Bö 105 de MBB n’avait pas de nom et ce serait là une erreur. En effet dès le début le H175 connu initialement comme EC-175 fut pensé par les équipes françaises sans patronyme. En fait c’est juste une évolution industrielle vers une plus grande facilité pour les concepteurs.

Avec ce sujet nous espérons que vous appréhenderez un peu plus aisément l’évolution des hélicoptères entre l’Allemagne et la France, au sein de celle qui demeure l’entreprise la plus importante aujourd’hui sur la planète.

Photo © Airbus Helicopters.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom