Lockheed-Martin est donc en chemin vers un cinquième utilisateur asiatique de son chasseur de 5e génération. C’est l’une des grandes surprises de ce début d’année 2022 : le F-35A Lightning II devrait prochainement être commandé par la Royal Thai Air Force. Il s’agirait aussi, selon toutes vraisemblances, du plus petit contrat signé entre l’avionneur américain et une force aérienne. Des chasseurs furtifs qui auront la charge de remplacer des avions acquis entre la fin des années 1970 et le début des années 1980.

C’est avant tout un pari risqué que celui de la Royal Thai Air Force. Actuellement le format de son aviation de chasse s’élève à 95 avions de combat, plus ou moins opérationnels. Elle voudrait passer à un format plus léger avoisinant les 30 avions de combat à la fin de la décennies. Elle perdrait ainsi en quantité mais gagnerait en qualité.
À la différence de nombre de ses voisins la Thaïlande ne craint pas grand-chose de la Chine, entretenant des relations diplomatiques apaisées avec celle-ci. Pour autant elle n’est pas une de ses alliées. La Thaïlande demeure dans le giron des Américains et des Européens.

Depuis deux ans on sait que la Royal Thai Air Force se modernise. Elle a surtout voulu désormais accélérer la cadence au sujet de son aviation de chasse. Hormis ses onze Saab JAS 39C/D Gripen la majorité de ses chasseurs est d’un niveau assez faible. Ses chasseurs de facture suédoise sont actuellement en cours de modernisation. Ils ne sont donc pas à remplacer de sitôt.
Les machines dans le collimateur de l’état-major thaïlandais sont les Northrop F-5E/F Tiger II acquis dans les années 1970 et les General Dynamics F-16A/B Fighting Falcon achetés au cours de la décennie suivante. Elles vieillissent.

La solution trouvée par Bangkok peut surprendre mais résume bien l’intérêt de la Thaïlande : entretenir de bonnes relations avec Pékin tout en se plaçant sous la protection de Washington DC. C’est du gagnant-gagnant… enfin sur le papier. Le résultat est donc la volonté d’acheter le Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Cela parait assez logique en fait.
Dans le même temps avec une Indonésie voisine qui tourne autour des Boeing F-15EX Eagle II et Dassault Aviation Rafale tel un chien autour d’un os la Thaïlande ne veut pas être distancée dans la région.

Actuellement les autorités thaïlandaises indiquent vouloir commander fermement huit F-35A et placer une option sur quatre avions supplémentaires. La Royal Thai Air Force pourrait donc à terme opérer sur onze Gripen et douze Lightning II ? Sauf qu’elle vise un format à 30 avions et non 23. En fait la Thaïlande envisage de commander des Gripen de seconde main, sans doute auprès de la Suède. Cette option avait déjà été envisagée en 2019 mais repoussée en raison du Covid-19.

Vous l’aurez compris l’affaire n’est pas simple mais démontre aussi une véritable volonté d’adaptation de la Royal Thai Air Force au monde qui l’entoure.
Affaire donc à suivre.

Photo © UK Ministry of Defence.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom