C’est sans nul doute possible l’information aéronautique la plus importante de ces dix derniers jours ! La DARPA a révélé avoir débuté ce samedi 5 février 2022 les essais en vol d’un Sikorsky UH-60A Blackhawk équipé du système ALIAS. Grâce à lui l’hélicoptère a pu décoller, voler, et atterrir sans la moindre intervention humaine. Ce programme repose notamment sur la technologie Matrix développée depuis quelques années par Lockheed-Martin.

Il a cependant fallu attendre la mi-journée de mardi 8 février 2022 pour connaître les tenants et les aboutissants de ces premiers vols d’essais. Oui des vols au pluriel, deux même pour être exact. Car après le vol inaugural réalisé samedi dernier le Sikorsky UH-60A Blackhawk modifié a de nouveau décollé, volé, et atterri par lui-même ce lundi 7 février 2022. Les informations relatives à l’ensemble de ce deuxième vol demeure cependant non révélées.

Après « Y a t-il un pilote dans l’avion » voici « Y a t-il un équipage dans le Blackhawk ? ».

C’est depuis les installations de l’US Army à Fort Campbell dans le Kentucky que les essais sont menés. La puissante et habituellement très discrète DARPA (la Defense Advanced Research Projects Agency) y a posé ses valises ainsi que des équipes de Sikorsky et de sa maison-mère Lockheed-Martin. L’hélicoptère, prélevé sur les stocks de l’armée américaine, a été fortement modifié par les ingénieurs civils et militaires afin qu’il emporte le système ALIAS. Un premier vol d’une durée de trente minutes durant lesquels l’appareil a été suivi par des dizaines d’ingénieurs et de techniciens qui retenaient leur souffle. Une fois le Blackhawk revenu sur le plancher des vaches ils ont pu laisser exploser leur joie.
Sous cette acronyme d’Aircrew Labor In-Cockpit Automation System se cache un équipement d’intelligence artificielle très poussé permettant non pas de transformer l’hélicoptère en UAV mais en OPV, pour Optionally Piloted Vehicle. À la différence d’un traditionnel drone l’OPV n’a nullement besoin de l’intervention humaine pour agir. C’est l’hélicoptère lui-même qui engage les différentes procédures. Ce sont donc deux systèmes très différents. La conception d’un hélicoptère OPV est bien plus délicate et complexe que la simple «dronisation» d’un appareil comme ce qui arriva avec le Schweizer S-330 devenu par la suite Northrop-Grumman MQ-8B Fire Scout.

D’ailleurs le devenir même des OPV est différent. Il doit notamment permettre de se substituer à l’équipage en cas de défaillance de celui-ci, notamment au-dessus d’un champ de bataille. Imaginez le pilote et le copilote d’un hélicoptère d’assaut ou d’un convertiplane touchés par des tirs ennemis et incapables de ramener leur machine et leurs passagers à la base. Actuellement le crash est la seul option envisageable. Demain avec l’IA embarquée l’aéronef devenu OPV pourra ramener tout ce petit monde à bon port. C’est donc une avancée majeure en matière de sécurité.
L’OPV ouvre des perspectives nouvelles pour les voilures tournantes, mais aussi fixes.

Au départ ALIAS repose sur le programme Matrix développé par Sikorsky sous le contrôle de Lockheed-Martin. Un biturbine civil S-76 Spirit en fut doté et vola en mode OPV mais jamais avec des essais aussi poussés que sur le Blackhawk ALIAS de la DARPA. En effet le S-76 embarqua en permanence des ingénieurs et pilotes d’essais capables de reprendre le contrôle de l’hélicoptère en cas de défaillance du système. C’est grâce à leurs travaux que l’UH-60A a pu décoller, voler, et atterrir seul samedi et lundi derniers. Nier l’importance du S-76 Matrix serait donc une grave erreur.

Matrix, le précurseur d’ALIAS.

Bien entendu il n’est envisagé actuellement de transformer la flotte de Blackhawk en service dans l’US Army en OPV. Par contre de tels travaux pourraient permettre d’envisager que leurs successeurs soient tous fabriqués dès le départ avec une intelligence artificielle pouvant se substituer en cas de besoin à l’équipage.
Avec ALIAS la DARPA est fidèle à sa tradition vieille de près de 65 ans d’innovations majeures dans le domaine de la défense.

Photos © DARPA & Lockheed-Martin.

 

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Dans les BD de mon enfance ainsi que sur certains médias, on voyait et entendait parler de voitures volantes ! Voiçi un pas de plus de franchi ,Par contre, toujours pas de voitures volantes de série …

  2. On a eu le MH-8B Fire Scout sur base d’un « mini » hélicoptère Schweizer S-330. Puis le MH-8C Fire Scout sur Jet Ranger, bientôt le MH-8D Fire Scout sur base Blackhawk, ?

    (oui je sais c’est un OPV, et ça a l’air différent mais je peux pas m’empêcher d’avoir en tête la croissance des Fire Scout)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom