C’est une grande première dans l’histoire de l’avionneur clodoaldien : deux commandes pour un même avion dans la même semaine par le même client ! Quelques jours après avoir annoncé commander six chasseurs omnirôles Dassault Aviation Rafale F4 l’Indonésie déclare finalement ce jeudi 10 février 2022 en vouloir quarante-deux. C’est à l’occasion de la visite d’état de madame Florence Parly, ministre des Armées, que le contrat a été annoncé publiquement. Les premiers avions sont attendus dans l’archipel pour 2025.

Il faut cependant tempérer un tout petit peu les ardeurs des déclarations de madame Parly et de son homologue indonésien, monsieur Prabowo Subianto. Seule la première commande de six avions, celle survenue avant-hier, a réellement fait l’objet d’une signature ferme. La seconde qui concerne trente-six machines supplémentaires est en réalité une option. Elle devrait être transformée en commande ferme dans les semaines (ou mois) à venir.
Mais bon ne boudons pas notre plaisir, ni celui des dirigeants et actionnaires de Dassault Aviation.

Car une annonce officielle de commande de quarante-deux avions de combat français de la part d’un pays qui n’achetait jusque là ses appareils qu’auprès des avionneurs américains et russes, et dans une moindre mesure britanniques, ça n’arrive pas tous les quatre matins. Les six premiers avions, ceux livrables d’ici trois ans, permettront de remplacer les Sukhoi Su-27SKM Flanker de défense aérienne. Les trente-six avions supplémentaires auront sans doute la charge de succéder aux General Dynamics F-16A/B Fighting Falcon et même peut être aux plus légers BAe Hawk Mk-209. Le fossé technologique entre ces trois modèles et le Dassault Aviation Rafale F4 sera par contre considérable !

Dans le même temps l’Indonésie ne renonce pas à son idée d’acquérir un lot de chasseurs de supériorité aérienne Boeing F-15EX Eagle II de facture américaine. Elle pourrait alors posséder d’ici quelques années une des flottes les plus modernes d’Asie et de quoi assurer sa souveraineté vis-à-vis de la Chine. Le format désiré de l’Indonésie reste de cent avions de combat dernier cri à l’horizon 2030. Il lui restera sans doute encore quelques General Dynamics F-16C/D Fighting Falcon et peut-être même des Sukhoi Su-30MK2 Flanker-C. À moins que l’Eagle II ne finisse de ringardiser ces derniers.

Pour mémoire si le Rafale est fabriqué par Dassault Aviation il s’agit d’un travail d’équipe, d’un groupement d’intérêt économique, appelé Team Rafale. L’avionneur en représente 60%, tandis que l’équipementier Thales représente 22% et le motoriste-équipementier Safran les 18% restant. C’est ce dernier qui fournit notamment le cœur de l’avion : ses deux réacteurs M88. Viennent ensuite les armuriers comme MBDA qui bien que ne faisant pas partie intégrante du GIE sont concernés aussi par le marché. Un avion de combat de génération 4.5 sans arme c’est beau mais totalement inutile !

Deux interrogations majeures subsistent cependant autour de ce contrat indonésien.
La première c’est son montant total, à la fois pour les six premiers avions mais aussi pour les trente-six encore en options et bientôt signés. On sait désormais qu’une partie va être comblée par les fonds mis de côtés en 2018 pour l’acquisition de Sukhoi Su-35 Flanker-E, contrat russe finalement annulé depuis. Reste que onze Su-35 ne peuvent pas coûter le prix de quarante-deux Rafale F4.
La seconde est de savoir si la livraison des six premiers avions ne se fera pas au détriment de l’Armée de l’Air et de l’Espace qui a elle aussi grandement besoin de nouveaux avions. Plus les contrats s’enchaînent et plus l’aviation militaire française semble être devenue une sorte de variable d’ajustement pour les financiers et les industriels. Le Rafale F4 est nécessaire à la bonne tenue de notre force aérienne dans les années à venir.
Sans doute aurons-nous dans les mois (ou années) à venir la réponse concrète à ces deux questions.

Pour celles et ceux qui désirent célébrer ce contrat historique je rappelle que notre webmaster Gaëtan a su produire il y a quelques semaines une très chouette affiche autour du Rafale en Indonésie. Elle est de toute beauté à mon sens, même si sur ce coup là je suis tout sauf objectif.

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

20 COMMENTAIRES

  1. Je suis très objectif sur l’affiche : elle est superbe !
    Comme je l’ai déjà dit, on ne peut cracher sur plusieursmois de travail sur chaine.
    Même si l’option ne se concrétise pas, acheter le Rafale, c’est l’adopter ! Et Dassault revit la même.situation qu’il y a quarante ans avec le mirage 2000: son radar du F1, même amélioré, n’avait pas su convaincre.
    Il avait fallu attendre le contrat Émirati, l’installation du système d’arme du Rafale, et donc la version -9/-5 pour que les ventes de cet appareil décolle.
    La lecture de mes archives et les polémiques de l’époque avançaient un avion complexe et cher… Déjà.
    Mais en comparant, le 2000 est devenu une appareil économique à l’emploi.
    Vingt ans après sa fabrication en série, le Rafale attaque lui aussi sa carrière commerciale.
    Reste que l’on peut s’en inquiéter au vu de la.situation internationale.

  2. Je ne comprends pas l’intérêt de passer une commande ferme et une autre en option à valider dans les prochains mois, sans même avoir reçu ses premiers Rafales. Il y a quelque chose qui m’échappe.

    • Les finances d’Indonésie ne sont pas surveillées comme les notre et le déblocage des milliards nécessaires se fera, mais avec le temps.
      On a connu le temps Indien, voilà le temps Indonésien.

  3. Bonjour à tous, c’est vraiment une excellente nouvelle pour notre industrie. Je suis content de voir notre Rafale national enfin décoller (sans mauvais jeu de mots ;)) à l’export, surtout avec un véritable « nouveau » client!

    Je me posais d’ailleurs la question de savoir où en était les tests de tremplin en Inde? Avez-vous des infos la dessus?

    Avec tous ces contrats et (j’espère) futur-contrat, 2nde ligne d’assemblage va se rapprocher un peu plus, et surtout l’assurance de développement de future évolution pendant encore quelques temps!

    • Concernant les essais comparatifs indiens entre le Rafale M et le Super Hornet ils se poursuivent. Dès que nous aurons des informations fiables nous reviendrons évidemment dessus.

  4. C’est sûr que le délai de livraison interroge. 2025 c’est demain. Pour les EAU, c’est en 2027 il me semble. Donc soit les indonésiens ont réservé les créneaux il y a déjà bien longtemps, ou certains on perdu les leurs (AAE?). Je suis curieux de voir ce qu’il va se passer avec les prochaines commandes indiennes

    • peut-être que c’est tout simplement parce que les EAU sont moins pressés car ils possèdent des M2000 biens plus récents/performants que ce que possède l’Indonésie et qu’ils doivent voir comment/à qui le vendre avec l’accord de la France.

      • On comprendrait mieux avec l’éventualité de l’ouverture de la seconde chaîne de fabrication (certains indices semblent déjà l’indiquer mais je peux me tromper)

    • il faudrait également revoir le nombre d’avion a la hausse chez l’armée de l’air, 150, c’est bien, mais face a 500 avions dans un possible conflits, je mise sur les 500 avions, malgré le fait que le rafale soit un bon avion. 150, on a l’impression que c’est beaucoup, mais si, dans une guerre, on en perds un ou 2 par semaine, a la fin de l’année, les avions restant pourront se compter sur les doigts d’une main, sans être pessimiste… faudrait également revoir le moteur, en produire un plus puissant je pense.

      • Sauf que vous faites comment pour les budgéter vos 500 avions pour l’Armée de l’Air et de l’Espace. Il faudra alors que les Armées rognent sur les dépenses d’autres postes de l’État. Alors que voudriez vous voir disparaitre ? Agriculture, éducation, culture, aides sociales, sécurité, transport, environnement ? Je serais curieux de le savoir JSP.
        Plus sérieusement à 500 avions de nos jours vous rêvez, personne ne prendra une telle décision inique.

        • Pour le moment, on passe à peine la barre des 100 Rafales dans notre armée de l’air. Après 100, il y a 200. Et quoi qu’on en dise, nous ne sommes pas les seuls à avoir des forces conventionnelles en Europe contre les Russes.
          Enfin, il y a un second problème qui est lui très critique: les munitions. Plus de Rafales, pourquoi pas, mais un stock de munition pour plus de 3 jours de conflit, ça serait plus sérieux.
          Ni les Russes ni nous ne pouvons tenir plus d’une semaine. Ce n’est pas très sérieux. Et faire voler un bel avion avec seulement son canon… ce serait bien bête.

        • Les 40mds d’aides sociales en tout genre seraient mieux investies en formation et en commande publiques à des entreprises françaises (qui permettraient de donner du travail a ces bénéficiaires) que dépensées comme aujourd’hui en pure perte

  5. @Jsp pourquoi plus puissant tu te base sur quel données ? Tu as vue la puissance que délivre les moteurs d’un rafale et plus puissant ok mais à quel prix autonomie, rayon d’action réduit… Et surtout pour quoi faire?

      • L’aérodynamique des entrées d’air a été conçue pour un Mach max de 1.8, l’avion peut aller plus vite mais c’est au détriment d’une consommation excessive qui grèvera sensiblement l’autonomie,
        D’autre part, si l’on garde les mêmes entrées d’air, l’augmentation de la poussée des moteurs est limitée

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom