Dans la novlangue économique américaine on appelle cela un approvisionnement anticipé. Ce mercredi 6 avril 2022 l’avionneur Northrop Grumman a reçu de l’US Department of Defense une enveloppe supplémentaire de 108 millions de dollars dans le cadre du programme B-21 Raider. Il s’agit en fait de deux points essentiels : répercuter la hausse de certains coûts de production et répondre aux exigences du contribuable américain en matière de respect de l’environnement. Au finale cette aile volante furtive pourrait bien être le premier avion d’arme véritablement conçu afin d’être écoresponsable.

On a en effet longtemps cru que l’aéronautique militaire était à l’abri des désidératas de l’opinion publique vis-à-vis de la crise climatique et de l’écologie. C’était forcément une erreur puisque l’aviation civile commerciale avait rejoint le mouvement depuis déjà plusieurs années. Les avionneurs du secteur défense ont aujourd’hui l’obligation de respecter un minimum les aspirations d’écoresponsabilité d’un peuple américain de moins en moins critique vis-à-vis de ces questions. Longtemps les USA représentèrent un ilot de défiance et même de résistance à la pensée écologiste. C’est fini.
Et ça Northrop Grumman l’a bien compris.

Bien sûr il n’est pas question, à priori, de faire voler le futur bombardier stratégique B-21 Raider avec du biocarburant. Non les efforts sont plus subtils. Ils se font notamment en matière d’émissions sonores. Un concept écologique très en vogue aux États-Unis où les mouvements de colère et de contestation aux abords des bases aériennes se font de plus en plus fréquents. En gros les Américains en ont marre d’être réveillés de bon matin par le bruit d’une patrouille de chasse passant en radada au-dessus de leurs fenêtres.
La prise de conscience écologique au sein des avionneurs du secteur défense passe aussi par des procédures industrielles plus respectueuses de l’environnement. Et tout ça, forcément ça a un coût. Visiblement il n’avait pas forcément été pensé au départ.

En fait le réveil écologique américain est assez récent. Il date de l’ère Trump. Non pas que ce dernier ait été un fervent écologiste, il était plutôt tout l’inverse. Non cette prise de conscience américaine fait suite aux confinements de la crise pandémique du Covid-19. Et on la retrouve aujourd’hui dans toutes les sphères de l’activité industrielle des États-Unis, et donc dans l’aéronautique militaire.

L’autre point sur lequel cette rallonge de 108 millions de dollars a été rendue nécessaire c’est la hausse des prix des matières premières. Pas question ici de parler de blé, de colza, ou encore de pétrole mais de métaux rares dont certains proviennent… d’Ukraine. Ce pays actuellement en proie à une guerre totale menée par la Russie est en effet le sixième producteur mondial de titane. Un élément essentiel au développement du B-21 Raider.
D’autres alliages et matériaux composites semblent également concernés, mais là on touche au secret défense américain.

Vous l’aurez compris le Pentagone est plus que jamais engagé dans le développement du Northrop Grumman B-21 Raider. Son premier vol est annoncé pour cette année.

Illustration © US Air Force

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. Bonjour
    Un bombardier, surement doté de possibilités de frappes nucléaires, qualifié d’écoresponsable !!!!!
    J’en rêvai, Northrop Grumman l’a fait.

  2. Hello!! C’est beau hein!!^^

    Des bombardiers eco responsables, soucieux de l’environement

    J’avais mal compris l’histoire des simus du F35 aussi, mais en faisant le rapprochement, les US sont clairement a la pointe du respect de l’environement!! Je suis bete‍♂️

    J’ose esperer que si le SCAF devait se faire, nos priorités serait le respect de la planete!! Notre AdAE devrait creuser certaines pistes: Vol alternés (avions paires vs impaires) en cas d’exces de pollutions, vignette crit’air sur les Rafales, eco-pilotage, puis il serait temps d’acheter des F35!! Un seul moteur a la place de 2!! Vla les economies!

    Chez Dassault ou Airbus… Ils ont rien compris! Allez faire des stages chez Boeing les gars!! Je suis sur qu’on peut develloper un concept de chasseur/planeur 8g bio equitable HDMI 4K nano nft aircoin soluble

    C’est vendredi hein…^^

    • Des avions d’armes un poil moins polluants ce serait une bonne idée, ne vous en déplaise. ‘écoresponsabilité c’est chacun à son niveau, même vous Red Star.

      • Entièrement d’accord! Les efforts sont a faires a tous les niveaux. Mais l’aviation de guerre eco, ça me laisse dubitatif.
        J’apprécie certaines approches plus cohérentes. Pour la conception du rafale, le choix a été fait d’avoir un avion un chouilla moins rapide, afin d’économiser les usures réacteurs et avoir une conso plus « légère ». Avec les contreparties que ça engendre… Pour l’eurofighter le choix inverse a été fait. Qui a raison? Quel choix est le plus judicieux?

        Je me demande si par exemple, dans l’aviation civile: le fait d’avoir du composite de partout est très cohérent face a l’aluminium qui certes est plus lourd, mais lui se recycle… Est-ce vraiment écologique? (Sur toute la durée de vie de l’avion+ recyclage et pas seulement un seul vol isolé) 😉

  3. Faire des efforts sur le bruit des moteurs n’est pas une mauvaise idée, j’ai encore un souvenir (du siècle dernier) du Salon du Bourget : c’est simple de reconnaître un avion de chasse américain en vol – c’est le plus bruyant !
    Même notre Rafale bimoteur faisait (de façon totalement subjective) moins de bruit qu’un F-16 monomoteur ! Ca m’avait beaucoup impressionné à l’époque. Je n’imagine pas le boucan qu’on doit avoir autour d’une base de F-16 ou de F-15 – n’ayant jamais « entendu » un F-35 en personne, je ne peux me prononcer sur le niveau sonore de ce dernier mais vu qu’il est doté du plus puissant moteur jamais monté sur un monomoteur, m’est avis qu’il doit envoyer des dB… 😉

  4. j’étais en stage fin 1979 début 1980 sur feue la BA 102, il y avait à l’époque des exercices communs avec F-104 allemands, des mirage F1 ainsi que des mirage III, étant stagiaires nous avions, bien sûr, les logements les moins agréables c’est à dire juste derrière le point fixe d’envol, nous savions sans les voir quel étaient ceux qui décollaient : le F-104, bruit énorme et sourd, fumée et odeurs, les 2 mirages c’était stridant, mais en moins fort, presque supportable avec un peu d’habitude.

      • La rallonge de budget est très bien expliquée dans l’article, c’était pour compléter le commentaire de Victor von jul. et aujoud’hui je pourrais aussi rajouter que peut-être cela va aider à sortir les premiers appareils plus tôt, mais à date de l’article personne ne le savait.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom