Les chiffres sont comme les sondages, on peut tout leur faire dire. Pourtant ce cap des 50 000 appontages réalisés par le porte-avions français est une étape importante dans l’histoire aéronavale française. En effet il n’a rien à voir avec le même chiffre sur ses prédécesseurs, les Clemenceau et Foch, et pas uniquement parce que le Charles de Gaulle est à propulsion nucléaire. En fait la grosse différence est à aller chercher du côté des États-Unis.

Si aujourd’hui deux modèles d’avions seulement appontent, et donc sont catapultés, sur le porte-avions cela n’a pas toujours été le cas. Dans un passé pas si lointain les Dassault Super Étendard Modernisés accompagnaient les actuels Dassault Aviation Rafale Marine et Grumman E-2C Hawkeye sur le pont d’envol et dans les hangars du Charles de Gaulle. Ce score de 50 000 appontages révélé ce mardi 5 avril 2022 est donc aussi le leur.
La Marine Nationale a d’ailleurs insisté sur le fait qu’il s’agit d’un chiffre à prendre à partir de l’entrée en service du navire de guerre. Les appontages réalisés durant les campagnes d’essais ne sont donc pas comptabilisés.

Car le porte-avions français est bel et bien avant tout un bâtiment de guerre. Entre septembre 2000, date de son entrée en service, et aujourd’hui il s’est écoulé un peu plus de vingt-et-un ans. Et durant ce laps de temps le navire a participé à plusieurs missions offensives et défensives. Le soutien aux opérations alliées en Afghanistan dès 2001-2002 puis en 2010, l’intervention en Libye en 2011, les actions de guerre contre Daech à partir de 2015, ou plus récemment les opérations de réassurance de nos alliés en Méditerranée suite à l’agression russe contre l’Ukraine.

Alors les grands anciens nous dirons (nous hurlerons dans l’oreille ?) que 50 000 appontages sur le Clemenceau et le Foch ça n’avait rien de surprenant. Et ils auront raison. Pour autant il faut comparer ce qui est comparable. Environ 15% des appontages et catapultages d’avions sur ces deux anciens navires se faisaient au profit d’un seul et même modèle d’appareil : le Fouga CM.175 Zéphyr. Il ne vous aura sans doute pas échapper que celui ci est absent du Charles de Gaulle, et pour cause. Totalement obsolète ce jet d’entraînement embarqué a été retiré du service six ans avant l’entrée en service du porte-avions. Surtout il n’a pas été remplacé.
Les jeunes femmes et jeunes hommes de la Marine Nationale apprennent désormais l’art de l’appontage de l’autre côté de l’Atlantique nord, au sein de l’US Navy, sur McDonnell-Douglas T-45 Goshawk. Ils appontent et décollent donc depuis des porte-avions américains.

Passée un peu inaperçue dans une période où l’information aéronautique et militaire a d’autres priorités ce cap des 50 000 appontages s’est pourtant réalisé en présence de hautes autorités. Le Chef d’État-Major des Armées était en personne à bord du Charles de Gaulle.
La question qu’on peut se poser c’est de savoir si on verra le 100 000e appontage avant que le bâtiment ne soit remplacé par un navire plus récent. L’avenir nous le dira.

Photo © Marine Nationale.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Vous posez la question de savoir si le CDG passera le cap des 100 00 appontages
    Je vais tenter de vous convaincre que c’est peuprobable
    Le Clemenceau a eu son premier appontage le 25 mars 1960 et son dernier le 16 juillet 1997, totalisant ainsi 77 563 appontages. en 37 ans; moyenne annuelle 2096
    Le Foch a eu son premier appontage le 6 septembre 1962 et son dernier le 27 juin 2000, totalisant 76 595 appontages en 38 an s;moyenne annuelle 2015
    Le CDG a eu son premier appontage le 6 juillet 1999 .Moyenne annuelle en 23 ans : 2174. A ce rythme il faut attendre l’année 2045,soit 46 ans d’activité pour le bateau, ce qui sera sans doute trop
    Cordialement
    RF

    • il aurait fallu un porte avion avec 2 pont d’envol. je ne sais pas si le PANG aura 2 pont d’envol, mais ça serait utile, vu que les prochaines décennies s’annoncent avec des tensions aux quatre coin du monde. je pense également qu’il faudrait un 2 deuxième porte avions, au cas où, le PANG coulerait. un porte avion se coule facilement, il ne faut pas croire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom