Pour la photo de ce mercredi direction le nord-est de l’Espagne et plus particulièrement la chaîne montagneuse des Pyrénées. On y découvre un avion d’entraînement Pilatus PC-21, alias E.27 dans la nomenclature militaire locale. Pour mémoire ce sont vingt-quatre appareils de ce type qui doivent à terme servir au sein de l’Ejército del Aire.

À l’instar donc de l’Armée de l’Air et de l’Espace l’Ejército del Aire a fait le choix de celui qui demeure sans doute le meilleur avion d’entraînement turbopropulsé de la planète. C’est aussi un des plus onéreux. Aux vues de la photo ci-dessus, et si le doute était encore permis, le Pilatus PC-21 est surtout un des plus racés et des plus élégants. En outre la livrée espagnole le met particulièrement en beauté.

Photo © Ejército del Aire.

Publicité

6 COMMENTAIRES

    • Ils sont en effet très différents des PC-21 français. Mais leur livrée est à mon sens très originale. Après les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas.

  1. Oui, ils sont chers, comme tout ce qui est fabriqué en Suisse d’ailleurs. Il faut dire que chez nous on ne lésine pas sur la qualité…oui je suis aussi chauvin…un peu mais pas trop comme tout helvète qui se respecte. Cela dit cet appareil est sensé remplacer plusieurs catégories d’avions d’entrainement, il n’est donc pas uniquement en concurrence avec les autres appareils à turbopropulseurs mais également avec des jets de type Alpha Jet ou Hawker Hawk dont les coûts d’acquisition et d’exploitation sont sensiblement plus élevés. Les Forces Aériennes Suisses ont vendu leurs Hawk il y a déjà plusieurs années. Actuellement nos pilotes commencent leur formation sur Pilatus PC-7, passent ensuite sur PC-21 avant d’aller directement sur FA-18 Hornet. Le Pilatus PC-21 est en quelque sorte un « jet à hélice »…

    • Faux. Tous les aéronefs fabriqués en Suisse n’ont pas toujours été onéreux et ne le sont toujours pas. Le PC-6B Turbo Porter ou plus récemment le PC-24 sont des avions plutôt bon marché car rustiques et technologiquement assez simples.

      • Autant pour moi ! Mais ce qui est vrai pour le PC-6B et le PC-24 l’est peut-être un peu moins pour le PC-21. A maintes reprises l’ Embraer Super Tucano lui a été préféré. Est-ce pour des raisons de coûts uniquement ou parce que l’avion brésilien est à la base mieux adapté la lutte anti-guérilla (autonomie, capacité d’emport) ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom