Ce ne sera pas le marché le plus intéressant pour Boeing Vertol mais il reste symbolique d’une Argentine qui entend se réarmer et s’affranchir petit à petit des sanctions diplomatiques britanniques. En fin de semaine dernière le ministère argentin de la défense a fait savoir qu’il avait déposé une demande officielle d’acquisition de quatre hélicoptères de transport lourd CH-47F Chinook auprès de l’ambassade américaine Buenos Aires. Des appareils de ce genre, mais de séries bien entendu plus anciennes, ont servi dans le pays entre les années 1980 et 2000. L’un d’eux fut d’ailleurs perdu en opération lors de la guerre des Malouines.

En fait la volonté argentine de retrouver une capacité de transport lourd héliportée n’est pas neuve. C’est depuis 2011 qu’elle l’ambitionne. Elle avait d’ailleurs un temps envisagé d’acquérir des machines russes Mil Mi-26 Halo, le plus gros hélicoptère opérationnel au monde. Elle s’est ravisé car cette machine est un véritable gouffre en matière de consommation de carburant, sans compter qu’elle ne présente pas toutes les garanties requises en matière de sécurité. La Fuerza Aérea Argentina utilisant déjà des Mil Mi-17 Hip-H un tel contrat n’aurait posé aucun problème institutionnel.

Car en Argentine l’acquisition de matériels militaires étrangers, c’est à dire 85% des achats du ministère de la défense, passe par une acceptation parlementaire. Comme d’ailleurs dans la majorité des grandes démocraties du monde, telles l’Allemagne et la France.
Or si les députés argentins avaient rapidement rejeté l’option russe du Mil Mi-26 Halo ils ont immédiatement adopté celle en faveur du Boeing Vertol CH-47F américain. De tels hélicoptères, au nombre de quatre seront utilisés par l’Ejercito Argentino et mis au service de la Fuerza Aérea Argentina quand celle-ci en fera la demande. À condition bien sûr qu’aux États-Unis la Defense Security Cooperation Agency ne donne son aval.
Les relations diplomatiques entre Buenos Aires et Washington DC étant au beau fixe actuellement tous les espoirs sont permis tant du côté des Argentins que de l’hélicoptériste Boeing Vertol.

En Argentine les rôles premiers de ces quatre CH-47F Chinook seront le transport lourd d’assaut, comme partout dans le monde, mais également le soutien aux missions scientifiques en zone polaire. Ce pays assure en effet une grosse partie de la logistique autour des bases de recherches en Antarctique. Une mission actuellement dévolue à trois hélicoptères de l’Ejercito Argentino à savoir deux Aérospatiale SA.315B Lama et un Eurocopter AS.332B Super Puma acquis auprès de la France dans les années 1980. C’est ce dernier qui pourrait ainsi prendre sa retraite ou plus vraisemblablement être réaffecté à d’autres missions sur le territoire argentin.

Il faut savoir que pour la forme le ministère argentin de la défense avait en 2019 tenté d’acquérir un même nombre d’Agusta-Westland AW.101 Merlin mais sans succès. Bien qu’alors passé totalement sous le contrôle du groupe italien Leonardo une telle vente fut bloquée par des accords entre Londres et Rome ! Les relations diplomatiques s’étant réchauffées avec les États-Unis suite à la défaite électorale de Donald Trump le Boeing Vertol CH-47F Chinook est redevenue une option valable pour Buenos Aires.

L’Argentine entend recevoir ses deux premiers hélicoptères lourds en 2024 et les deux suivants en 2025. Le montant du contrat n’a pas été révélé.

Photo © US Army.

Publicité

2 COMMENTAIRES

    • Bonjour Jul, à priori non car le CH-47F Chinook ne possède aucun équipement britannique. Seuls les hélicoptères vendus à la RAF disposent d’une avionique « britannisée ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom