La FAdeA met en danger le contrat argentin du C-390 Millennium.

Entre la mauvaise santé générale des finances du pays et l’embargo britannique les acquisitions en Argentine de matériels militaires tournent parfois au cauchemar. Quand en plus ce sont les défaillances de l’avionneur local qui s’y mêlent cela prend des proportions inédites. Actuellement c’est donc le constructeur FAdeA, sous-traitant d’Embraer, qui pourrait empêcher la Fuerza Aérea Argentina d’accéder à l’avion de transport tactique C-390 Millennium. C’est d’autant plus dommage qu’il semble bien que les crédits aient été trouvés pour ces six biréacteurs.

En Amérique du sud on ne peut pas franchement dire que la FAdeA, la Fábrica Argentina de Aviones, soit l’avionneur le plus réputé pour sa fiabilité. Elle est pourtant l’héritière de la très réputée FMA, à l’origine d’avions mythiques en Argentine. Malheureusement le temps a passé et le savoir-faire s’est étiolé. Aujourd’hui la FAdeA accumule les échecs tel l’avion d’entraînement IA-73 demeuré sans suite ou encore ses travaux de sous-traitance. Et parmi ces derniers un fait de plus en plus parlé de lui sur le continent, celui que la lie à Embraer.

L’usine FAdeA de Córdoba dans le nord du pays assure les travaux de sous-traitance aux profits de l’avionneur brésilien et notamment du programme C-390/KC-390. Y sont produits des éléments mécaniques essentiels comme les trappes du train avant, les portes latérales, et certains volets de voilure. Le cône de queue du biréacteur brésilien est également usiné par les ouvriers argentins. L’accord entre Embraer et FAdeA n’a été rendu possible en 2014 que par l’investissement de 35 millions de dollars US du gouvernement argentin. Une somme colossale pour un pays ruiné.
Sauf que depuis quelques mois la galères s’accumulent, avec des grèves à répétitions dans l’usine FAdeA. Le responsable de ces mouvements sociaux ? L’avionneur lui-même qui ne verse pas régulièrement les salaires afin de pouvoir payer ses fournisseurs et donc essayer de tenir les délais imposés par Embraer. Sauf qu’il ne les tient pas. Il est de plus en plus fréquent que les pièces ne soient pas livrés à temps, parfois avec plusieurs semaines de retard.

C’est ainsi qu’en fin de semaine dernière la presse économique argentine a révélé que l’avionneur brésilien menaçait désormais de ne pas livrer le premier des six C-390 Millennium commandés en 2020 par la Fuerza Aérea Argentina. Or celle-ci n’est pour rien dans le différend entre les deux entreprises. C’est donc une victime collatérale, à cela près que la FAdeA est une entreprise d’état, totalement nationalisée. L’avionneur brésilien qui accumule désormais les commandes européennes pourrait même se lancer dans un chantage débouchant sur la livraison des six avions argentins à des pays comme la Hongrie ou le Portugal, par ailleurs clientes. Il parle aussi de rompre le contrat de sous-traitance et de se tourner vers un autre partenaire sud-américain, même si aucun ne semble avoir été sélectionné.

Au lendemain de la crise pandémique du Covid-19 la FAdeA a cherché à intégrer la sous-traitance des avions d’affaire Embraer Legacy 500 et Lineage 1000, mais sans résultat. Déjà le constructeur brésilien semblait s’en méfier.
Reste désormais à savoir comment cette brouille industrielle va se terminer.
Affaire donc à suivre.

Photo © Força Aérea Brasileira

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires
Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Blériot XI

Tout comme le chemin de fer avant elle ou l’automobile à la même époque l’aviation a su marquer son temps, d’abord au siècle dernier puis

Lire la suite...