FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Heinkel He 114
Constructeur : Ernst Heinkel Flugzeugwerke A.G.
Désignation : He 114
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : S12
Mise en service : 1938
Pays d'origine : Allemagne (IIIe Reich)
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Hydravion de surveillance côtière, reconnaissance, recherches et sauvetages.

HISTOIRE

Heinkel He 114 :
Le sesquiplan de surveillance côtière de la Luftwaffe”

Indubitablement la Seconde Guerre mondiale aura été l’âge d’or des hydravions militaires. Que ce soit au sein des forces alliées autant que des pays de l’Axe ces aéronefs ont su remplir des rôles très différents au-dessus des mers et océans. En Allemagne ce sont surtout Blohm und Voss, Dornier, et Heinkel qui ont incarné cet effort industriel dans l’hydraviation. Ce dernier constructeur s’est d’ailleurs illustré avec ses machines dotés de flotteurs dont l’un des plus intéressant est sans doute le Heinkel He 114 conçu avant guerre.

Fin 1935 le ministère nazi de l’air demande à Heinkel de développer un hydravion de surveillance du littoral et de reconnaissance côtière à vue afin de combler les carences du He 60 entré en service quelques temps plus tôt. Assez logiquement c’est au chef ingénieur Reinhold Mewes, concepteur déjà de l’hydravion précédent, que fut confié le programme.
L’avionneur et RLM lui affectent alors la désignation de He 114.

Mewes choisit une architecture particulièrement inhabituelle alors en Allemagne, celle du sesquiplan. Il s’agit en fait de biplans sur lequel la superficie du plan inférieur de voilure est équivalente à la moitié (ou environ la moitié) de celle du plan supérieur. Cela est alors censé permettre une certaine stabilité de l’avion lors des vols à basse et moyenne altitude.
Le sesquiplan est en fait très à la mode en cette seconde moitié des années 1930.

Extérieurement donc le prototype du Heinkel He 114 se présente sous la forme d’un hydravion à flotteurs sesquiplan de construction mixte bois et métal. Sa propulsion est assurée par un moteur à douze cylindres en V Daimler-Benz DB 600A de 960 chevaux. L’équipage prend place à bord d’un poste de pilotage biplace en tandem. Faiblement armé le He 114 emporte une mitrailleuse mobile MG15 de calibre 7.92mm en position dorsale sur affût annulaire ainsi que deux bombes ou deux charges de profondeur à concurrence de 50 kilos chacune.
C’est dans cette configuration que le premier vol intervient au printemps 1936.

Le Heinkel He 114 est alors destiné aussi bien à une utilisation depuis une base aéronavale utilisant une rampe pour accédé à l’eau que depuis la catapulte d’un navire de guerre de la Kriegsmarine. Pour autant c’est la Luftwaffe qui est en charge du développement de ce monomoteur.
Très rapidement l’avionneur Heinkel se rend compte du potentiel de son hydravion et commence à la proposer à l’export, notamment aux forces franquistes en Espagne alors alliés des nazis.

Dans le même temps les deux autres prototypes He 114V2 et He 114V3 voient leur motorisation modifiée avec respectivement un BMW 132Dc de 880 chevaux et un BMW 132K de 960 chevaux. Il s’agit de deux versions d’un même moteur en étoile.
Finalement c’est le second de ceux-ci, le plus puissant, qui est sélectionné par la Luftwaffe pour ses exemplaires de série.
Les premiers apparaissent en unité dans l’aviation allemande au début de l’année 1938.

Ils sont utilisés par la Luftwaffe afin de surveiller les eaux de la Baltique autant que pour protéger certains bâtiments de guerre. Mais surtout les Heinkel He 114 démontrent très rapidement qu’ils sont particulièrement peu stables et assez difficiles de pilotage. Ce qui permet d’expliquer en partie que lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate en septembre 1939 il a déjà laissé place en première ligne à l’Arado Ar 196 monoplan plus récent et jugé plus efficace.

Malgré cela le Heinkel He 114 va voler au sein de la Luftwaffe durant tout le conflit, ne quittant le service actif qu’en 1945 une fois l’Allemagne nazie tombée aux mains des forces alliées. Durant le conflit ces hydravions monomoteurs réalisent des missions de surveillance côtière et portuaire mais également de recherche des navires et pilotes d’avions en difficultés en mer.
Pendant l’occupation plusieurs unités de He 114 sont basées en Belgique et en France où elles doivent parfois affronter la chasse alliée. Or face à des avions comme les Curtiss Warhawk et Hawker Hurricane de la Royal Air Force le sesquiplan n’a aucune chance, il est bien trop lent et pas assez manœuvrable.

Outre la Luftwaffe donc des exemplaires ont été vendus et livrés à l’Espagne franquiste, à la Roumanie, et à la Suède. Ces trois pays utilisant leurs He 114 respectifs bien au-delà de 1945 puisque les exemplaires suédois ont volé jusqu’en (sous la désignation locale S12) jusqu’en 1953. Les hydravions roumains de leur côté n’ont quitté le service actif qu’en 1960, étant alors largement obsolètes, tandis que l’Ejército del Aire a conservé les siens jusqu’en 1957.
Belle longévité pour un tel hydravion.

D’une architecture pour le moins vintage, voire presque anachronique, il faut savoir que le Heinkel He 114 a été conçu en même temps quasiment que le célèbre bimoteur He 115 bien plus moderne.
Au total cet hydravion a été construit à une centaine d’exemplaires dont plus aucun ne semble subsister de nos jours.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Heinkel He 114A-2
Envergure : 13.60 m
Longueur : 11.09 m
Hauteur : 5.23 m
Motorisation : 1 moteur en étoile BMW 132K
Puissance totale : 1 x 960 ch.
Armement : Une mitrailleuse mobile de calibre 7.92mm et 100kg de charges externes.
Charge utile :
Poids en charge : 3400 kg
Vitesse max. : 335 km/h à 1800 m
Plafond pratique : 4900 m
Distance max. : 1050 Km sans charge de bombe
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Heinkel He 114

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Heinkel He 114

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données