FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Westland Widgeon
Constructeur : Westland Aircraft Ltd.
Désignation :
Nom / Surnom : Widgeon
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1958
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Hélicoptère de liaisons, d'évacuation sanitaire, et d'entraînement.

HISTOIRE

Westland Widgeon :
Une bonne idée mal exploitée”

Plus important hélicoptériste britannique le constructeur Westland s’est souvent illustré dans le fait d’assembler sous licence des machines américaines, principalement développées par Sikorsky à l’image du Wessex. Nonobstant l’industriel a su concevoir ses propres machines parfois avec succès. Des hélicoptères britanniques qui pourtant ont bien souvent peiné à conquérir des marchés, généralement verrouillés par les aéronefs américains ou français. Parmi les premiers hélicoptères modernes britanniques figure le méconnu Westland Widgeon.

Pour autant cet appareil n’est pas à proprement parlé purement britannique. Sa conception remonte à une volonté d’adapter le Westland WS.51 Dragonfly, version construite sous licence du Sikorsky H-5. L’idée des ingénieurs britanniques est de rendre cette machine stricto senso militaire apte au marché civil émergent. Mais également de proposer aux forces aériennes placés sous l’influence de la Grande Bretagne un hélicoptère de nouvelle génération.
Le nouvel hélicoptère reçoit la désignation de Westland Widgeon.

Pour le concevoir les ingénieurs britanniques ont prélevé un WS.51 sur les chaînes de montage et l’ont totalement reconstruit. Les principales modifications ont eu lieu sur la partie avant de l’hélicoptère mais également sur la transmission et la motorisation, allégée par rapport à son prédécesseur. Finalement le prototype a été assemblé à la fin du printemps 1955.
Extérieurement le Westland Widgeon se présente comme un hélicoptère monomoteur construit intégralement en métal. Son moteur à neuf cylindres en étoile Alvis Leonides Mk-521 d’une puissance de 527 chevaux entraînant un rotor tripale. Le train d’atterrissage tricycle fixe avait été renforcé par rapport au WS.51 Dragonfly. Mais c’est surtout au niveau du cockpit et de la cabine que les modifications sont les plus visibles. Outre un pilote ce sont quatre passagers qui peuvent prendre place à bord de l’hélicoptère dans un cockpit largement vitré.
C’est dans cette configuration que l’hélicoptère vole pour la première fois le 23 août 1955.

Trois premiers exemplaires sont immédiatement lancés en production par Westland à partir de WS.51 démontés. Ils servent aussi bien à la validation des essais qu’aux vols promotionnels ou encore à la présentation aux forces britanniques. Il est essayé par l’Army Air Corps et la Royal Air Force comme machine d’entraînement et ou de liaison mais n’est finalement jamais retenu en raison de l’existence dans leurs rangs respectifs d’hélicoptères comme le Bristol Sycamore et le Westland Sioux. Quand la RAF restitue à Westland son Widgeon l’Army Air Corps le conserve et l’utilise comme machine de soutien aux essais en vol.
Dans le même temps la Fleet Air Arm marque son intérêt pour cet hélicoptère afin d’en faire sa future machine de liaisons et de transport léger. Une option d’achat est signée pour vingt-quatre exemplaires mais finalement elle ne sera jamais entérinée.

La seule commande étatique britannique concerne les deux Westland Widgeon HC Mk-1 achetés en 1956 pour le compte de la Royal Hong Kong Auxiliary Air Force. Ces machines sont affectés à partir de 1958 à la surveillance de la colonie britannique de Chine autant qu’aux missions de liaisons. Ils y demeurent jusqu’en 1980, remplacés par trois Aérospatiale SA-365C Dauphin 2.

Outre les Britanniques de Hong Kong quelques exemplaires du Westland Widgeon ont volé à titre militaire. La Royal Ceylan Air Force, c’est à dire l’ancêtre de l’actuelle Sri Lanka Air Force, a acquis en 1957 un unique exemplaire pour des missions de transport léger et d’évacuation sanitaire. La Royal Jordanian Air Force a acheté également un exemplaire pour des missions de liaisons.

Finalement l’utilisateur le plus important de l’hélicoptère demeure l’aéronavale brésilienne qui en 1958 achète trois exemplaires. Particularité notable ils sont livrés l’année suivante mais ne peuvent pas voler avant 1965 suite à un différent politique entre la marine et la force aérienne brésilienne quant à l’utilisation des voilures tournantes. En 1965 donc un des Widgeon est embarqué à bord du porte-avions Minas Gerais afin d’y mener la mission dite Pedro de sûreté aérienne. Afin de la mener à bien les Westland Widgeon brésiliens se voient équipés d’un treuil mécanique sur le côté droit.
Ils sont remplacés en 1984 par les premiers Bell 206B Jet Ranger.

Au final le Westland Widgeon n’aura été construit qu’à quinze exemplaires. Quelques exemplaires ont été vendus à des clients civils comme la SABENA en Belgique ou encore Bristow Helicopters au Royaume-Uni. Même si l’idée de base de cette machine était séduisante elle n’aura jamais su trouver son public ni son marché. Aujourd’hui quelques exemplaires sont préservés dans des musées au Brésil et au Royaume-Uni.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Westland Widgeon HC Mk-1
Envergure : 15.00 m diamètre du rotor principal.
Longueur : 12.75 m
Hauteur : 4.07 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Alvis Leonides Mk-521
Puissance totale : 1 x 527 ch.
Armement : Aucun
Charge utile : 4 passagers.
Poids en charge : 2682 kg
Vitesse max. : 175 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 3550 m
Distance max. : 500 Km à charge maximale.
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Westland Widgeon

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Westland Widgeon

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données