Coupe Schneider

Ce contenu est une partie du dossier thématique : Késako ?

Quand on s’intéresse à l’histoire aéronautique du début des années 1910 à la fin des années 1920 on tombe très rapidement sur la Coupe Schneider, ou parfois aussi Trophée Schneider sans forcément savoir de quoi il s’agit.

En fait la Coupe Schneider, de son vrai nom Coupe d’Aviation Maritime Jacques Schneider, est une épreuve aéronautique née le 5 décembre 1912 afin de promouvoir la vitesse et le rayon d’action des aéroplanes, puis des hydravions. Comme son nom l’indique on la doit à Jacques Schneider, un homme d’affaire français, héritier d’une longue lignée d’industriels, mais aussi un véritable passionné d’aviation.

Les règles de la Coupe étaient simples : réaliser le plus vite possible une distance donnée. De 270 kilomètres lors de sa création en 1912 la distance imposée fut amenée à 392 kilomètres en 1921. Pour pouvoir gagner la coupe un pays devait pouvoir justifier de trois victoires dans un laps de temps de cinq années. Ce sont les Britanniques qui se l’adjugèrent en 1931 grâce à l’hydravion Supermarine S.6. En effet, leurs aéronefs avaient déjà gagné en 1927 et 1929. Trois années en moins de cinq ans, le contrat était pleinement rempli. La Coupe Schneider (voire photo ci-dessus) est en argent massif. Elle a rejoint Londres, où elle est actuellement toujours exposée, visible dorénavant au Science Museum.

Photo (c) Wikimédia Commons.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
Autres dossiers ,
Sondage

Suite au centenaire de l'Aviation Royale Canadienne quel est selon l'avion canadien le plus marquant parmi ceux-ci ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Antonov An-132

Donner un successeur à un avion ayant connu une belle carrière est forcément tentant pour n’importe quel avionneur. L’exemple de Lockheed-Martin avec son C-130J/J-30 Super

Lire la suite...