Les bandits canadiens volent sur Alpha Jet

[Entrainement] Les bandits canadiens volent sur Alpha Jet

Lors d’une escale récente à l’aéroport d’Halifax en Nouvelle-Écosse, j’ai remarqué deux Dassault/Dornier Alpha Jet stationnés près d’un hangar. Comme l’armée de l’air canadienne utilise plutôt le BAE Hawk comme avion de formation avancée, je me suis dit qu’il s’agissait d’appareils européens faisant escale à destination de l’une des bases d’entraînement de l’OTAN au Canada. La curiosité fit place à l’étonnement lorsque j’ai constaté qu’aucune cocarde n’identifiait le pays d’origine de ces appareils, mais qu’un drapeau canadien et le terme Top Aces apparaissaient sur la dérive des avions. Intrigué, j’ai fait ma petite enquête de retour à la maison.

Top Aces Alpha Jet7
Top Aces – Alpha Jet

La plupart des pays opèrent leur propre escadron de «bandits», terme fréquemment utilisé pour désigner les appareils ennemis. On pense immédiatement aux fameux «bandits» du film Top Gun. Les simulateurs de vol sont certes de plus en plus sophistiqués, mais rien ne remplace encore les combats simulés avec des avions «bandits» désarmés, mais munis de contre-mesures électroniques et aux mains de pilotes de combat expérimentés.

Cherchant une solution plus économique pour continuer à donner cette formation essentielle, le Ministère de la défense nationale du Canada se tourne en 2005 vers le secteur privé et octroie un contrat à l’entreprise Top Aces Inc. de Pointe-Claire au Québec. Top Aces fut fondé en 2000 par Paul Bouchard, Dave Jennings et Didier Toussaint, des pilotes militaires retraités de l’Aviation royale canadienne (ARC) ayant une vaste expérience sur le CF-18 Hornet et diplômés du Cours d’instructeur/Armement de chasseurs (CIAC), l’équivalent canadien de la formation américaine «Top Gun». Initialement une entreprise de consultants en aéronautique, Top Aces a élargi son champ d’action avec l’achat de seize Dassault/Dornier Alpha Jet provenant de la Luftwaffe allemande. Cet escadron d’avions bandits est complété par quatre IAI 1124 Wetswind équipés de dispositifs de guerre électronique et de remorquage de cibles. Un Bombardier Challenger complète la flotte de Top Aces.

Top Aces IAI Westwind1
Top Aces – IAI 1124 Wetswind
Top Aces Bombardier Challenger 601
Top Aces – Bombardier Challenger

Top Aces déploie ses avions aux bases aériennes de l’ARC à Cold Lake (Alberta) et Bagotville (Québec). On retrouve également les Alpha Jet sur la côte du Pacifique à Victoria et de l’Atlantique à Halifax d’où ils simulent des attaques sur les bateaux de la marine royale canadienne.

Comme le nom de l’entreprise l’indique, n’entre pas qui veut chez Top Aces. Pour les pilotes d’avions de combat à la recherche d’une seconde carrière excitante, Top Aces offre une alternative plus intéressante que devenir pilote de ligne.

Top Aces Alpha Jet6
Top Aces – Alpha Jet
Marcel
Fils d’un militaire de l’armée de l’air canadienne (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.

4 COMMENTAIRES

  1. *Portugal, fin des années 90, 50 sont achetés sur le marché de l’occasion, à l’Allemagne.

    *Thaïlande, fin des années 90, achetés d’occasion, à l’Allemagne. Au 1 janvier 2007, 20 en services.

    *Canada, dans les années 2000, 16 sont achetés d’occasion, à l’Allemagne.

  2. Mise en service dans l’armée de l’air française en 1979 avec la version E. Biplace d’entraînement.
    // l‘armée de l’air allemande en 1980 avec la version A. Monoplace de combat.

    1982, fin de production en série pour l’Allemagne avec 175 exemplaires.
    1985, fin de production en série pour la France avec 175 exemplaires.

    2 réacteurs de 1350kg de poussée.

    1984, pour les allemands, missile air-sol AGM-65 B Maverick guidés par TV.

    Depuis la fin des années 80, AGM-65 D Maverick guidés par IR et remotorisation.
    2 réacteurs de 1440kg de poussée.

    1 septembre 1997, en Allemagne retrait de service.
    Il reste 109 appareils, vendu sur le marché de l’occasion.
    Portugal avec 50, puis la Thaïlande aussi.

    1 septembre 1998, en France, 150 en services.

    Hiver 2007, en France, 144 en services.

    Dans les années 2000, l’Allemagne, revend, 16 machines au Canada.

    1 mai 2010, en France, 120 en services.

  3. Désormais je sais d’où proviennent les Alphajet que l’on voit sur le porte-avions volant du film « Avengers ». Je n’avais pas eu le temps de faire une recherche mais je m’étais demande lorsque j’avais vu le film d’où ils avaient sortis ces Alphajet à Hollywood. D’ailleurs ils sont utilisés pour passer pour des appareils ultramodernes.

Laisser un commentaire