L’Allemagne veut rénover sa flotte d’hélicoptères militaires

L’Allemagne veut rénover sa flotte d’hélicoptères militaires

Après plusieurs années d’atermoiements et de débats sans fin il semble bien que les autorités allemandes aient enfin pris le taureau par les cornes. Le délabrement progressif des matériels militaires est devenu outre-Rhin un véritable sujet de conversation au sein d’une population pourtant majoritairement encore assez antimilitariste. La ministre fédérale de la défense, madame Ursula von der Leyen, a décidé de lancer un gigantesque plan de modernisation qui touchera notamment les flottes d’hélicoptères de transport et de soutien. Assez bizarrement l’ultramoderne NH90 fait parti des machines dans le collimateur du Bundeswehr.

En fait pour le biturbine européen ce n’est pas tant qu’il défaille, mais plutôt qu’il est jugé inadapté aux besoins allemands. Malgré les excellents retours d’expérience collectés auprès de leurs homologues français et italiens les généraux de la Heersflieger ne semblent pas précisément convaincus que cet appareil soit finalement l’hélicoptère dont ils aient vraiment besoin. Ils lui reprochent même sa trop grande modernité, presque d’être trop bien équipés pour les missions qu’ont à remplir les pilotes allemands.

Autre sujet d’inquiétudes, et pas des moindres, l’actuelle flotte des Bell UH-1D en service elle aussi au sein de la Heersflieger. Les vénérables Iroquois, qui furent en leur temps construits sous licence par Dornier, sont mis à toutes les sauces en Allemagne : hélicoptères d’assaut, de liaisons, de soutien aux services publics, et même d’évacuation sanitaire. En théorie ils auraient du quitter le service à la fin de cette année mais les interrogations au sujet des NH90 pourraient bien forcer les Allemands à les conserver en dotation.

En fait les deux seuls hélicoptères en dotation en Allemagne qui ne craignent rien c’est sûrement le Tigre d’attaque et l’EC135 d’entraînement. Ces appareils jouissent dans ce pays d’une excellente réputation, même si des voix se sont élevés outre-Rhin pour demander à quoi pouvait bien servir un hélicoptère de combat à une aviation terrestre qui ne s’en sert pas à l’étranger ? La réponse de madame von der Leyen a été cinglante : l’Allemagne a vocation à l’avenir à intervenir dans des missions de maintien de la paix.

Alors dans le pays certains soulignent que l’Airbus Helicopters H225M Cougar pourrait parfaitement remplacer les Huey, tout en demeurant presque aussi « rustiques » qu’eux. Des voix se sont déjà élevés à Berlin contre une éventuelle tentation d’acquérir des hélicoptères de transport de l’autre côté de l’Atlantique. Le Blackhawk est bien entendu l’appareil visé par ces critiques. L’Allemagne tient à demeurer un des moteurs de l’Union Européenne, d’autant qu’elle est avec la France à l’origine d’Eurocopter, c’est à dire de la branche voilures tournantes du groupe Airbus.

Photo © Bundeswehr.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

2 COMMENTAIRES

  1. J’espère que nos amis allemands opteront pour une solution européenne pour le remplacement d’hélicoptères. Cependant pour le transport lourd, le meilleur candidat est le CH-47 Chinook américain.

    • Pour l’instant, à priori, il n’est pas encore question du remplacement de leurs vieux CH-53G. Mais même dans ce cas là les Allemands pourraient privilégier un choix européen, avec l’AW.101 Merlin, certes nettement moins puissant que le Chinook.

Laisser un commentaire