Le NGAD a t-il (déjà) du plomb dans l’aile ?

Sur le papier il est l’avenir de la défense aérienne de l’Amérique, son futur gardien des cieux. Désigné comme le successeur à moyen terme du Lockheed-Martin F-22A Raptor et à plus longue échéance du Boeing F-15EX Eagle le programme NGAD prévoit la conception et la construction en série d’un chasseur de supériorité aérienne de 6e génération. Véritable fer de lance de la politique du secrétaire à l’Air Force Frank Kendall celui-ci fait désormais douter jusqu’à la tête même de l’US Air Force. Il faut dire qu’il grève à lui seul d’autres programmes essentiels à l’aviation américaine.

Rappelons que ce Next Generation Air Dominance doit préfigurer un super chasseur qui entrera en service, si tout va pour le mieux, durant la première moitié de la décennie prochaine. En gros dans maintenant moins de dix ans l’US Air Force devrait aligner dans ses rangs un avion qui relève actuellement de la science-fiction. Piloté mais bourré d’intelligence artificielle et possédant ses propres drones autonomes loyal wingmen le NGAD assurera en fait des missions de domination aérienne. Or c’est cette au cours de la prochaine année fiscale américaine, ou FY25, qui débutera le 1er octobre 2024, que le Pentagone doit annoncer le vainqueur de la compétition entre Boeing et Lockheed-Martin. Ce qui implique que l’exercice fiscal 2026, ou FY26, qui s’étalera du 1er octobre 2025 au 30 septembre 2026 verra la première budgétisation du NGAD par l’US Air Force. Et cela ne plait pas à tout le monde.

Et en premier lieu au général David W. Allvin, l’actuel numéro 1 de l’US Air Force. Contrairement à ce qu’une certaine presse sensationnaliste a pu écrire outre-Atlantique l’homme n’est pas hostile au NGAD, il pense seulement qu’il est prématuré de grever le budget de l’aviation américaine. Il souhaiterait que dans un premier temps le super chasseur ne soit pas à la charge de ses financiers mais de ceux de l’US Department of Defense. Rappelons qu’outre-Atlantique chaque arme dispose d’une autonomie budgétaire renforcée vis-à-vis du Pentagone et de sa propre gestion financière. Le général Allvin rappelle en outre que l’US Air Force doit déjà financer le programme de bombardier furtif Northrop Grumman B-21 Raider ou encore celui du nouveau missile nucléaire intercontinental LGM-35 Sentinel. Lui aussi a été conçu par Northrop Grumman. À plus longue échéance il a aussi le programme de ravitailleur en vol tactique KC-Z visant au remplacement des antédiluviens Boeing KC-135 Stratotanker encore en dotation. Le KC-Z pourrait bien devenir le premier tanker furtif.

Même s’il s’en défend farouchement le général Allvin a tout de celui qui traîne des pieds sur le programme Next Generation Air Dominance. Pourtant aussi bien au Pentagone qu’à la Maison-Blanche ou encore dans les allées du Congrès personne ne minimise son importance. Chacun sait pourtant qu’il crèvera tous les plafonds en matière de budgets. On parle déjà à demi mot d’avions pouvant coûter à l’unité plus de 150 millions de dollars US, soit le chasseur le plus onéreux de tous les temps. C’est aussi ça le prix pour damer le pion des Chinois et des Russes.

Affaire donc à suivre.

Illustration © Lockheed-Martin.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

18 Responses

  1. @ Arnaud…
    Le seul rival potentiel pour les USA, c’est la Chine. Ils se tournent autour et s’espionnent mais n’en sont pas encore au gros mots, juste aux fanfaronnades.
    Quand vous annoncez un avion futur et cher à 150 millions, on est loin du compte.
    Sans vouloir chipouiller – en réalité si, mais ça me semble important – il faut parler de l’avion (caractéristiques et armement) mais aussi du nombre d’exemplaires visé.
    Par exemple le F15 était déjà cher en 1970: 700 exemplaires acquis hors version chasseur -bombardiers.
    Ensuite le F22, littéralement sans rival en combat à distance (phrase garantie sans chauvinisme, et ça me fait mal de l’écrire !) qui coûte son pesant de Rafales. Oui il y a un pluriel, et là je ris parce que j’ai longtemps lu »invendable/trop cher ».
    pour le NGAD, déjà présenté par ailleurs comme un « super avion » pourrait se contenter d’être un F22 abordable avec ses gros moteur, son énorme radar et moins d’entretien et de furtivité.
    Mais non.
    Alors messieurs les américains, le problème n’est pas le prix, ni le calendrier, mais de vouloir du F35, rétrofiter le F22, un bombardier stratégique et des F15.
    .
    Faites pas les andouilles: choisissez.

    1. j’hésite à la lecture entre le premier et le second degré.
      Si le NGAD est le super super chasseur plein de merveilles technologiques, se sera un super super F35.

  2. Combien de projet, prototype aérien disparus depuis la naissance de l’US Air Force, NACA qui deviendra la NASA, DARPA aux dépenses peu contrôlée que des entreprises facture a l’Air Force des marteaux à 1000 $ à l’époque de la Navette spatial.

    Alors un bombardier a 700.000 millions ou un chasseur de 6e génération a 200 ou 300 millions de $ qui ne fera pas mieux que le F-22 en dehors qu’il promènera ces drones comme une oie et ces canetons…!

  3. On a l’impression que les industriels ne savent plus rien faire à part prendre l’argent . Les M$ sortent des caisses mais rien de valable ne sort des chaînes. Quel gâchis !

    1. Le problème ne serait pas à la source, des fois que? Les industriels, mis en compétition, ne font que répondre à une fiche opérationnelle élaborée par le Pentagone. Quand les fiches sont folles, les réponses sont… Folles, du moins pour leurs coûts extravagants. Quant aux performances militaires globales des derniers équipements lourds américains, le moins que l’on puisse écrire est qu’elles sont controversées.

  4. La course aux armements a ruiné l’URSS et mené à son effondement. Les USA semblent répéter la même stratégie avec la Chine. L’Empire du Milieu est un géant aux pieds d’argile: vieillissement de sa population qui par ailleurs diminue (fruit de la politique de l’enfant unique et de sa xénophobie à l’égard des immigrants), délocalisation de la production chinoise vers des pays avec une main d’oeuvre mois dispendieuse (Laos, Vietnam, Inde), économie en perte de vitesse et accroissement du chômage chez les jeunes. On peut également douter de la qualité des aéronefs militaires chinois qui n’ont jamais fait leurs preuves en situation de combat.

  5. Bonjour Arnaud, les Usa ont acquis une supériorité aéronautique sur quasiment tous les autres pays du globe, c’est indéniable. J’y mettrai toutefois une exception pour ce qui concerne la France, un des seuls pays aillant un savoir-faire équivalent, si ce n’est supérieur aux Usa. Ma question est :pourquoi les Us dépensent-ils toujours des sommes astronomiques dans des programmes militaires, ici pour le NGAD, alors qu’ils n’ont pas de réels concurrents/équivalents chez leurs potentiels ennemis ? Car le programme NGAD se fait probablement au détriment d’autres programmes tout aussi importants. Cordialement

    1. Le savoir-faire français en aéronautique supérieur à celui des Américains ? Vous avez 9 ans ou quoi pour nous pondre un commentaire de cet acabit ? Chez un enfant ça passerait pas d’un adulte.

      1. Il me semble malgré tout que la France puisse être considérée factuellement comme le berceau de l’aéronautique. Au travers de nombreux constructeurs et ingénieurs de talent (et fort inventifs), notre pays a développé une quantité invraisemblable (surtout pour un petit pays) de prototypes en tout genres, dont la plupart ont fonctionné. Quand on voit le design des avions Leduc, esquissé dès 1935, cela relevait de la science-fiction, par exemple. Les Trident, Griffon, Mirage G, Mirage III V, des merveilles. Toutes les formes de voilures ont été expérimentées, l’aile gothique, monumentale, sublime, mythique (je manque de qualificatifs) du Concorde, c’est la France… A des années lumières de la voilure du concurrent américain le Boeing SST qui ne verra jamais le jour. Dès les années 50-60 nous avions des installations de premier plan (soufflerie de l’Onera, la Société d’Études de la Propulsion par Réaction (SEPR), la SNPE…). Dassault a développé Catia… Notre pays n’a pas les même moyens que l’Oncle Sam, mais notre base technologique reste absolument remarquable, voire unique de par son étendue. Nous sommes tout de même le seul pays hors USA à être (encore?) en capacité de fabriquer un PAN, et de construire le seul avion « indigène » autorisé à opérer à partir d’un… PAN américain. Et un Rafale Marine n’a pas à rougir en face d’un SuperHornet. Dassault Aviation n’est-il pas unanimement réputé pour développer les meilleures commandes de vol au monde? Un peu de fierté, cela ne fait pas de mal, de temps en temps.

    2. Bonjour tout le monde,
      En fait, ce qui est valable dans le reste de l’industrie est valable également pour les avions : si on veut être au-delà des « concurrents », il faut faire de la R&D, plus fort et plus tôt que les autres. Ca veut dire aussi prendre des risques, et être prêts à assumer les pots cassés.

      1. Possible, mais entre les « petits pas » de progression façon Dassault Aviation et des ruptures technologiques complètes, brutales et récentes  » à l’américaine » qui aboutissent à des pertes capacitaires notoires (déjà par la seule réduction substantielle de la quantité de matériels disponibles)… Prendre des risques ne signifie tout de même pas de faire n’importe quoi.
        Les américains savaient faire des capsules il y a 60 ans, des avions, des navires et des sous-marins aussi. Quand on voit les déboires accumulés par Starliner (Boeing), les derniers avions civils Boeing, le F35, leurs navires les plus modernes, leurs sous-marins nucléaires de dernière génération… Cela fait tout de même beaucoup de coincidences.

        Mais je peux me tromper.

        1. Merci de ne pas vous éloigner du sujet de l’article. Je vous rappelle que vous n’êtes pas sur un forum mais sur un site ouvrant ses articles à commentaires.

  6. Equivalent ou supérieur aux Usa !??? Vraiment le melon ! Où ils sont les B52, B1, B2, B21, AH64, CH47, CH53, C5, C17, F15, F16 etc français équivalents ou supérieurs ? Et je suis très loin d’être une groupie des États-Unis, je considère vraiment le Rafale le chasseur le plus réussi de cette génération mais un exemple ne fait pas la règle. Et ne me sortez pas Airbus, Airbus est européen pas uniquement français.

    1. On peut espérer que les décisionnaires du Pentagone seront plus réalistes pour la fiche opérationnelle du NGAD que pour celle à l’origine du JSF (en résumé « couteau suisse » universel pour l’USAF+Navy+Marines avec furtivité et version STOVL par dessus le marché!)… On ne peut qu’admirer la prouesse (je suis sincère) des ingénieurs américains qui ont réussi à fabriquer un avion qui puisse répondre, même incomplètement, à une fiche opérationnelle folle….
      Et une grande partie des aéronefs cités ont été conçus avant les années 80… Après toute de même, ça se gâte un peu.
      Sinon en terme d’efficience, j’ai pu lire ici et là que notre Charles de Gaulle, qui ne jauge « que » 40 000 T et n’embarque « que » 36 Rafale, effectue environ 80% du job d’un PAN classe Nimitz de 88 000 T et qui embarque environ 60 F18… Pas mal non?

      SL

      PS: Airbus aurait pu être 100% français, la France a toute la BTI pour le faire, mais le partage a été un élément clé de la construction européenne…

  7. Bonjour Yann490 je suis d’accord avec vous, l’aviation militaire US surpasse celles de la Chine et de la Russie mais pour garder leur avance technologique les américains continueront à innover à tour de bras imposant ainsi à leurs adversaires une pression économique qui les poussent à investir massivement. A ce petit jeu la Russie la Chine ne pourront pas soutenir sur une longue durée de tels efforts économiques et l’Amérique continuera à jouer son rôle de gendarme du monde. Pour ce qui concerne le futur du NGAD pas de soucis, les décideurs américains vont trouver la solution car les fonds existent il suffit juste de les prendre dans la bonne poche …

    1. J’aimerais bien en être aussi sûr que vous… Depuis 2 bonnes décennies les programmes militaires américains récents, par leur coûts astronomiques, réduisent inéluctablement les capacités américaines comme peau de chagrin…
      180 F22 au lieu de 750 ex prévus pour remplacer les F15 (environ 1100 ex USAF)
      xxx F35 (sur 2440) pour remplacer F16 (2231 ex USAF), F18 (environ 1100 ex Navy+Marines) et A10 (715 ex)
      21 B2 Spirit (sur 132 prévus)
      3 destroyers Zumwalt (pour 54, puis 32 prévus…)
      12, puis 7 prévus (1 seul livré) PAN de classe Ford pour remplacer les 10 PAN de classe Nimitz…

      On peut continuer avec les sous marins etc etc… La réduction capacitaire US sera tout à fait notoire et inéluctable… Mais personne n’est obligé de me croire.

  8. Bonjour à tous,

    et merci pour ce bel article.
    Il me semblait que le coût unitaire « officiel » du F22 Raptor était de 150 millions de $ (coût prévisionnel en début de projet 40 millions/unité pour 750 chasseurs prévus, en remplacement des F15 entre-autres). La chaîne a été stoppée à 183 exemplaires parce que l’avion est trop cher… On parle (officieusement) d’un tarif à près de 400 millions l’unité, à l’époque (donc plus du 1/2 milliard $ aujourd’hui)… Ce qui peut expliquer au moins pour partie l’arrêt prématuré de la production. B2 Spirit 21 exemplaires (au lieu des 132 prévus..). Les frégates Zumwalt idem, les PAN de la classe Ford pareil… Mais je peux me tromper.
    150 millions l’unité pour le NGAD, cela me semble pas bien cher en 2024… Cette somme x3= plus cohérent avec l’histoire récente des appareils US?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié