C’est une seconde vie qui va commencer pour ces avions de combat que l’Armée de l’Air retira du service voici trois ans maintenant. La société américaine ATAC a annoncé qu’elle allait acquérir 63 anciens Dassault Mirage F1 afin de les utiliser dans des missions d’entraînement avancé au profit du Pentagone. Ces avions sont actuellement stockés et conservés au sein de l’Élément Air Rattaché 279 de Châteaudun.

Les Mirage F1 concernés par ce marché particulièrement intéressant pour le ministère de la défense sont des monoplaces CT & CR et des biplaces B. Cependant ils ne seront pas livrés aux États-Unis directement depuis la France. En effet le contrat prévoit une remise en état de ces monoréacteurs par les ingénieurs et techniciens belges de la SABCA. Sa signature doit intervenir dans les semaines qui viennent, et avec elle l’officialisation du montant perçu par le ministère de la défense sur cette transaction.

Outre-Atlantique les Mirage F1 ex-Armée de l’Air n’assureront bien entendu pas des missions de combat, et pour cause : c’est une entreprise privée qui les a rachetés. En fait ils seront utilisés comme Agressors ou DACT (pour Dissimilar Air Combat Training) simulant des avions ennemis face aux appareils de combat de l’US Air Force et de l’US Navy. Les monoréacteurs conçus par Dassault joueront donc autant le rôle des Mirage F1 traditionnels autant que des jets de facture ex-soviétique ou russe.
Il faut dire que les quelques pays qui aujourd’hui pourraient vouloir en découdre avec l’Amérique sont dotés d’avions fournis par ces pays.

Pourtant la société ATAC n’utilisera jamais totalement ces 63 avions. En fait seule une petite quarantaine d’entre-eux voleront réellement. Les autres seront cannibalisés, c’est à dire qu’il pourront être désossés afin d’assurer la survie des machines opérationnelles. Dans le même temps l’entreprise américaine a prévu de racheter à l’Armée de l’Air un important stock de pièces détachées. Il n’est pas impossible que certains de ces Mirage F1 soient également transformés dans les années à venir en drones-cibles, à la manière des QF-16. Ils serviraient ainsi d’objectifs pour les missiles air-air américains.

Il est important de se souvenir que l’entreprise ATAC (pour Airborne Tactical Advantage Company) est un des plus importants contractors du gouvernement fédéral américain. C’est à dire que cette société privée assure des missions assez proches de ce qu’en France nous nommons les délégations de service publique. À cela près que les contractors servent quasi uniquement l’US Department of Defense. ATAC dispose déjà d’une flotte d’anciens avions de combat et/ou d’entraînement avancé. Des Aero L-39ZA, Hawker Hunter F Mk-58, et IAI Kfir C2/C7 assurent déjà de telles missions pour le compte des pilotes militaires américains.

L’entreprise américaine espère voir ses premiers Mirage F1 opérationnels au cours du premier semestre 2018. Bien entendu ils voleront sous immatriculation civile américaine, et porteront une livrée spécifique à la société ATAC.

Photo © ministère de la défense.

9 COMMENTAIRES

  1. Super nouvelle. Il vaut mieux qu’on s’en sépare ainsi à qu’ils finissent en épave. J’espère qu’ils ont été vendu a un bon prix car certes ce sont des avions en fin de vie mais ils possèdent encore un certain potentiel. Dommage que ce ne soit pas une entreprise française qui soit chargé de leur remise en état. Savez-vous comment seront-ils envoyé aux USA ? Par leurs propres moyen ou par avion de transport ?

  2. j’espère , à l’instar des kfir et Albatross, qu’il porteront une livrée « aggressor » actuelle, cela fera de superbes photos et de nouvelles idées pour les maquettistes férus de livrées originales comme le sont celles des agressors americains.

  3. Questions : Combien la France à t-elle de Mirage F-1? Que font les avions retirés du service? ils croupissent quelque part ou sont essayés d’être vendus à des entreprise, collectionneur privé ou aero club?

    • Alors on va être assez clair : ils ne croupissent pas. Si vous relisez bien l’article c’est écrit dedans, ils sont stockés à l’EAR 279 de Châteaudun. Quant à leur nombre exact, aucune idée. Mais en effet certains ont été cédés par les ministères de la défense et de la culture entre 2014 et 2016 à divers musées dans le monde. Donnés gratuitement et non vendus.

  4. Êtes vous au courant que la France s’apprête a donner 31 avions Sepecat Jaguar a l’Inde ? Afin de les canibaliser, l’Inde étant le dernier utilisateur de cet avion, mais aussi pour amadouer ces dernier pour faire venir plus facilement une nouvelle commande de Rafale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom