Il semble bien que le scandale autour des 737 Max n’impacte pas les ventes militaires du célèbre biréacteur américain. Ce vendredi 22 mars 2019 le ministère britannique de la défense a fait savoir qu’il avait commandé cinq avions de surveillance radar Boeing E-7 Wedgetail afin de remplacer les six E-3D Sentry en service depuis le début des années 1990. D’un montant d’environ 1.75 milliards d’euros ce contrat prévoit de premières livraisons à l’horizon 2022.

Le contrat a été mené par la branche défense de Boeing depuis plusieurs mois. En l’absence d’une offre concurrente d’Airbus l’avionneur de Seattle avait littéralement les coudées franches afin de vendre efficacement son avion dérivé du 737-700. De manière tout à fait logique les Britanniques avaient exclu de potentielles offres chinoises ou russes car totalement incompatible avec les normes européennes et/ou occidentales en matière d’aéronefs militaires.

Plus petits que les Boeing E-3D Sentry d’origine les Boeing E-7 Wedgetail disposent pourtant de capacités qui n’ont rien à envier à leurs prédécesseurs. Moyennant un ravitaillement en vol ces nouveaux avions peuvent demeurer jusqu’à dix heures sur zone de patrouille. Son radar à antenne active conçu et construit pas Northrop-Grumman peut couvrir le ciel dans un rayon de 320 kilomètres à 360° autour de l’avion. Pour la surveillance des cibles au sol ou bien au ras des flots cette distance est limité à 240 kilomètres.
Au cours d’une même patrouille le biréacteur serait capable, selon son constructeur, de couvrir environ quatre millions de km².

À partir du second semestre 2022 donc la puissante Royal Air Force deviendra la quatrième force aérienne à employer cet avion. Des Boeing E-7 Wedgetail (ou 737AEW&C comme il est connu chez son constructeur) volent en effet déjà sous les cocardes australiennes, sud-coréennes, et turques. Il faut remarquer d’ailleurs que de tels avions appartenant à la Royal Australian Air Force ont volé aux côtés des chasseurs de la coalition internationale contre Daech au cours des années 2014 et 2015.

Malgré le récent drame d’Ethiopian Airlines sur Boeing 737 Max 8 le biréacteur civil best-seller américain résiste plutôt bien sur le marché militaire. Après la commande des deux C-40A Clipper par l’US Marines Corps celle-ci concernant cinq E-7 Wedgetail pour la RAF est une excellente nouvelle pour les personnels et actionnaires de Boeing. Les deux avions ont en commun le fait d’être construits à partir du 737-700, un avion de conception plus ancienne que les Max 8 et Max 9 actuellement dans la tourmente.
Si on ajoute les deux contrats de P-8 Poseidon annoncés au début du mois on se dit que mars 2019 aura été un bon mois pour le 737 sur le marché militaire. Maigre compensation face au drame éthiopien et au scandale qui s’en est suivi. Pour mémoire plus aucun de ces avions de dernière génération ne vole actuellement dans 90% du monde !

Photo © Royal Australian Air Force.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Il faudrait mettre une virgule à la place du point dans la phrase sur sur le prix . D’un montant d’environ 1.75 milliards d’euros

    Il y a fallu que j’agrandisse l’écran pour voir le point, 😉

  2. Airbus a su brillamment transformer un de ses avions civils en avion-ravitailleur. Dommage pour eux, ils ne réussissent pas à faire de même pour un avion Awacs et pour un avion patrouilleur maritime …

    • Parce que de la part des principaux acheteurs, européens, la demande ne s’est pas fait sentir auparavant. Mais les A330 awacs et A320 neo MPA sont en bonne voie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom