Soyons très clair ce n’est sans doute pas l’hélicoptère militaire le plus réussi actuellement sur le marché. En ce mois de septembre 2019 le groupe italien Leonardo, qui possède entre autre l’hélicoptériste Agusta-Westland, a décidé de proposer une version de transport armé de son AW.149. Une manière de relancer cette machine qui depuis dix ans peine à trouver son marché, et pas uniquement en raison d’une trop forte concurrence. Pour beaucoup d’experts c’est l’essai de la dernière chance.

Pourtant quand il a volé pour la première fois à l’automne 2009 l’Agusta-Westland AW.149 avait tout pour réussir à conquérir le marché des hélicoptères militaires. Dérivé agrandi et mieux motorisé du très réussi AW.139 il avait été conçu avant tout pour les missions de recherches et sauvetages, mais également de soutien logistique. Donc au final les ingénieurs rajoutaient un hélicoptère plutôt assez utile à leur catalogue.

Très rapidement pourtant il eut du mal à trouver ses marques. Il faut dire qu’en face les Mil Mi-17, NHIndustries NH-90 Caïman (dont l’ex Agusta-Westland est partie prenante) et Sikorsky UH-60 Blackhawk ne lui ont pas laisser beaucoup de places. Et puis le coup de grâce est venu de l’Aeronautica Militare qui lui a préféré justement le «petit» AW.139 pour les missions de… recherches et sauvetages. Celles-là même pour lesquelles il avait été pensé.
Avec seulement une demi-douzaine de machine achetées par le ministère thaïlandais de la défense et une vingtaine par l’Égypte on ne peut pas dire que l’AW.149 soit un franc succès.

Pis l’idée d’Agusta-Westland de ne pas le proposer sur le marché parapublique semble avoir été une très mauvaise décision. Officiellement l’hélicoptériste le réserve à son AW.189 définiti dès le départ comme une machine civile et parapublique. Lui-même dérivé de l’AW.149 il a le comble de bien mieux se vendre, ce qui avouons-le n’est pas très difficile. Les gardes-côtes britanniques mais également les pompiers japonais et sud-coréens l’utilisent actuellement.

De ce fait on comprend que Leonardo ait décidé de tenter la relancer. Et pour cela l’AW.149 vise désormais clairement deux segments du marché : le transport de troupes sur le champ de bataille et le soutien aux opérations spéciales.

Dans le premier cas l’hélicoptère est annoncé pouvoir emporter douze fantassins armés et équipés, tout en étant protégé par deux gundoors de calibres 7.62mm ou 12.7mm. Deux de ces dernières mitrailleuses qui crachent leurs cartouches en vol, ça doit faire quelques turbulences. Même avec les armes contemporaines qui absorbent bien mieux les vibrations et le recul l’hélicoptère doit le sentir passer quand les deux tirent en même temps. C’est pour ça que la mitrailleuse de calibre 7.62mm semble plus logique. Ou alors une unique 12.7mm.
Dans le second cas on parle de dix commandos là encore armés et équipés mais d’un armement défensif revu et corrigé. Exit la mitrailleuse de calibre 12.7mm justement, on ne garde que la première mais on rajoute des paniers à roquettes et des missiles anti-chars AGM-114 Hellfire.
Et l’avionique dans tout ça me direz-vous ? Il semble selon le constructeur qu’elle ait été elle-aussi repensée, plutôt au standard opérations spéciales avec notamment un nouveau radar cartographique type Osprey.

Si dans ces deux configurations l’Agusta-Westland AW.149 a tout pour plaire il est bon de rappeler que Leonardo lance ce programme de refonte sans aucun contrat derrière. Même l’Italie n’a officiellement rien annoncé concernant cette évolution de l’hélicoptère. De l’autre côté des Alpes la presse spécialisée s’est même totalement désintéressée de cette seconde génération de l’AW.149. Seuls les médias anglophones et… nous semblons nous y intéresser un minimum.
Le constructeur table néanmoins sur le remplacement à venir des Agusta-Bell AB-205 et AB-212 au sein de l’Aviazione del’Esercito. Peut-être est-ce là une solution. L’avenir nous dira (rapidement sans doute) si ce biturbine demeure le semi-échec qu’il est ou non.

Photo © Keypublishing.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom