Outre-Atlantique la nouvelle a été accueillie bien plus comme une victoire politique pour le camp Trump que comme une décision purement stratégique. L’US Air Force a annoncé ce vendredi 17 avril 2020 que le 176th Fighter Squadron n’opérerait plus sur General Dynamics F-16C/D Fighting Falcon à partir du premier trimestre 2023. Cette prestigieuse unité de chasse de l’Air National Guard sera alors transformé sur Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Pour autant à première vue ce n’était pas l’unité dont le changement d’avion de combat semblait le plus urgent.

Depuis dix ans qu’il est le sénateur du Wisconsin Ronald Johnson se bat pour que son état dispose d’avions furtifs. Élu en 2010 ce républicain (membre du tea-party) bataille ferme avec le Pentagone depuis 2011 afin que le 115th Fighter Wing, et plus précisément le 176th Fighter Squadron qui lui est rattaché, soient dotés de Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Pour ce très proche du président Donald Trump c’est une question de principe, son état doit posséder le plus récent des avions de combat américain. Mais les généraux de Washington ne l’entendaient pas de cette oreille. Pour eux l’état du Wisconsin n’avait aucune priorité au passage sur le nouvel avion de combat multi-rôle américain. Tactiquement autant que stratégiquement cela relavait selon eux du non-sens.
L’acharnement a donc fini par payer puisque l’US Department of Defense a craqué et lui a accordé qu’en février 2023 l’unité soit transformée sur le chasseur furtif.

Depuis 1993 le 176th Fighter Squadron opère sur General Dynamics F-16C/D Fighting Falcon. Des avions qui sont destinés avant-tout à l’interception et à la supériorité aérienne de la zone des Grands Lacs. Frontalier du Canada par le Lac Supérieur l’état du Wisconsin n’est pas à proprement parler une région sensible en matière de défense aérienne. Les violations d’espace aérien américain par les avions de l’Aviation Royale Canadienne ne doivent pas être si réguliers que ça.

Désormais donc ce 176th Fighter Squadron devient ainsi la deuxième unité de chasse de l’Air National Guard à se voir dotée officiellement du F-35A Lightning II. La première était le 134th Fighter Squadron stationné dans l’état du Vermont, sur la côte Atlantique.
Cette décision peut paraître surprenante mais illustre bien la dualité qui existe aux États-Unis entre les décisions prises par le Pentagone au niveau fédéral et les enjeux souvent purement électoralistes de certains états. Il est à signaler que la sénatrice Tammy Baldwin, l’autre élue du Wisconsin, pourtant membre du parti démocrate a décidé de ne pas s’opposer à cette victoire républicaine en matière de défense. L’état disposera donc bel et bien d’ici trois ans de ses propres chasseurs furtifs.

Photo © US Air Force.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Merci de nous tenir si bien informes pendant ce confinement ! A noter que les unites de l’ANG peuvent etre – et sont souvent – mobilisees pour des operations autres que le simple survol de leur Etat. Donc cette decision n’est pas uniquement politique. Et … enfin une democrate qui ne fait pas de l’obstruction systematique !

  2. Ou bien, l’avion est tellement performant en combat aérien qu’il est mis en première ligne sur le contrôle d’une frontière extrêmement dangereuse!

  3. quel intérêt d avoir un tel avion ? ou est le danger ? ou est l’ennemi? un peu comme si les Alpes Maritimes (département 06) s ‘équipait de rafale pour se protéger de l’Italie…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom