Donald Trump volera t-il à bord en tant que président des États-Unis ? L’US Department of Defense a fait savoir à Sikorsky et à sa maison-mère Lockheed-Martin qu’il repoussait encore l’entrée en service actif du VH-92 Superhawk. Ce n’est pas intrinsèquement l’appareil en lui-même qui est en cause mais son système de communication nouvelle génération. L’aéronef est actuellement en phase finale de test, une période qui doit durer jusqu’à la moitié de l’été.

Or ce système de communication appelé MCS (pour Communication Missions System) est au cœur même de la capacité de transport et de servitude au profit des services de la Maison Blanche. Très différent de celui existant actuellement sur les vieux VH-3D Sea King il doit permettre une meilleure sécurisation des liaisons présidentielles, notamment face aux menaces cybernétiques. Pensé sous la présidence Trump il a notamment été l’objet d’un travail très important au niveau des réseaux sociaux. L’actuel locataire du bureau ovale est en effet universellement connu pour communiquer bien plus par Twitter que par n’importe quel autre canal.

Initialement les six premiers Sikorsky VH-92 Superhawk devaient être déclarés opérationnels d’ici un an, il n’en sera donc rien. Cela partait du principe que les trois premiers appareils livrés le seraient au cours de l’automne 2020. Finalement ils ne le seront donc qu’en janvier 2021, soit avec douze à quatorze semaines de retard.
Surtout jusque là Lockheed-Martin et le Pentagone mettaient en avant le fait que le futur hélicoptère était un des programmes militaires au budget parmi les mieux respectés. Ce qui de nos jours après les F-35 Lightning II et KC-46 Pegasus est un véritable exploit !

Alors que le Sikorsky VH-92 Superhawk est entré désormais en phase initiale de tests et d’évaluation opérationnelle cette décision concernant le MCS permet aux ingénieurs de se concentrer sur d’éventuels bugs. Bien entendu la majorité des informations concernant ce système de communication est classifié par l’US Department of Defense. Après tout il en va de la sécurité du commandant en chef des armées américaines et de son entourage.
On sait juste que le MCS doit permettre une meilleure interaction entre les passagers de l’hélicoptère mais également avec l’équipage. Seul ombre au tableau ce système n’est pas encore monté sur les Boeing C-40C et VC-25B de l’US Air Force, et ne le sera sans doute pas de si tôt.
C’est en novembre de cette année que nous saurons si Donald Trump l’utilisera comme passager principal ou si ce sera son successeur.

Photo © US Navy.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom