Hollywood et ses blockbusters nous ont habitué depuis une trentaine d’années à voir cette scène se reproduire sans cesse. Mais au final un atterrissage de l’hélicoptère Sikorsky VH-3D Marine One sur la pelouse de la Maison-Blanche est t-il rare ou tout à fait ordinaire ? C’est l’emballement médiatique autour de l’hospitalisation de Donald Trump qui a motivé ce petit article. Essayons d’y répondre comme toujours de la manière la plus factuelle.

Honnêtement la large couverture médiatique de la nuit passée sur l’hospitalisation du président des États-Unis est compréhensible, c’est sans doute l’homme le plus puissant de la planète. Par contre la frénésie autour de l’atterrissage de l’hélicoptère présidentiel sur l’herbe fraichement coupée des pelouses a de quoi laissé songeur. Ça rappelle ce qui s’est passé cette semaine en France autour du Rafale au-dessus de l’Île-de-France.

C’est donc ce vendredi 2 octobre 2020 en fin d’après-midi que l’hélicoptère présidentiel Sikorsky VH-3D s’est posé sur le gazon de la Maison-Blanche. Il venait embarquer Donald Trump ainsi que son épouse et une équipe médicale à destination de l’hôpital naval de Bethesda à quelques kilomètres de là. C’est dans cette structure que les présidents américains sont soignés lors de l’exercice de leurs mandats. Une sorte de Val de Grâce à l’américaine. Dès lors que le président des États-Unis est monté à bord l’hélicoptère est officiellement devenu Marine One. C’est un saut de puce de quelques minutes de vol qui l’ont conduit ainsi que la première dame entre les mains des médecins. Quelques heures auparavant tous deux avaient été diagnostiqués positifs au coronavirus Covid19.

Et à partir de là ça a été un véritable déferlement médiatique sur le fait que l’hélicoptère vienne se poser sur l’herbe. Les journalistes (autant américains qu’européens) se demandant pourquoi la Maison-Blanche n’avait pas plutôt demandé un convoi routier prioritaire, ou encore si Marine One était médicalisé pour permettre le transport du président. Donald Trump étant monté à bord sur ses deux jambes, la réponse semblait claire.
Surtout ce sont les journalistes européens qui ont été surprenant avec cette interrogation sur l’utilité de faire atterrir un hélicoptère dans le jardin ? Une méthode qu’en effet nous ne connaissons pas en Allemagne, en France, ou encore en Grande Bretagne où nos dirigeants montent dans leurs voitures vers un aéroport ou une base aérienne toute proche.
Sauf que l’atterrissage de Marine One est totalement normal à Washington DC. À tel point même qu’un hélipade a été aménagé. Il ne s’agit pas d’un grand cercle de macadam mais de trois petites surfaces bétonnées sur les pelouses afin de poser les roues du train d’atterrissage du VH-3D. C’est discret mais efficace !

Sur ce cliché les trois points d’atterrissage apparaissent clairement sous les roues du train tricycle.

On considère que Donald Trump, comme ses prédécesseurs, demande Marine One à domicile au moins deux fois par semaines. Et à chaque fois les médias ne s’excitent pas dessus. Alors certes ici la période est particulière mais franchement l’hélico présidentiel sur le gazon, c’est un total non-évènement.

Photos © service de presse de la Maison-Blanche.

Publicité

7 COMMENTAIRES

    • J’ignorais que sous François Mitterrand la présidence de la république avait déménagé du 8e au 7e arrondissement parisien, du palais de l’Élysée à l’École Militaire. Merci de me l’apprendre, et par là même occasion de l’apprendre à nos lectrices et lecteurs.

    • Je suis bien conscient que le pinaillage est une seconde nature pour certaines personnes mais le fait d’évoquer le Val de Grâce était une manière de faire un parallèle avec un centre hospitalier que tous les Français connaissent.

  1. Chapeau le pilote qui réussit à poser précisément les trois roues de son hélicoptère dans les les trois petits points d’atterrissage ! Ça ne doit pas être évident, surtout si on n’a aucun repère visuel …

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom