C’est le dernier né des équipements de ciblage aéroporté de l’Armée de l’Air et de l’Espace. Ce vendredi 4 décembre 2020 le ministère des Armées a annoncé qu’une mission d’appui rapproché avait été réalisée fin novembre par un Rafale F3-R doté d’une nacelle Talios. Selon les militaires français elle permet aux pilotes d’obtenir des images bien plus précises, en temps réel. On ignore cependant le nombre exact de nacelles Talios réellement présentes sur ce théâtre d’opération irako-syrien.

L’Armée de l’Air et de l’Espace n’aura donc pas mis bien longtemps pour utiliser sa nacelle Talios en mission de combat. Livrée tout début octobre elle a été gréée sous un Dassault Aviation Rafale F3-R monoplace pour ce vol d’appui aérien rapproché survenu le mardi 24 novembre 2020. Il était accompagné d’un biplace qui lui ne disposait pas d’une telle nacelle.
Le profil de mission était l’escorte d’un convoi routier de la coalition internationale. Les véhicules ont pu être suivi avec une netteté d’images incomparable et inédite dans l’Armée de l’Air et de l’Espace. Mystère par contre en ce qui concerne les munitions de précision A2SM emportées par le Rafale F3-R. Ont t-elles été tirées ? Pour l’instant c’est silence radio du côté de Balard à ce sujet. Durant leur missions les deux avions de combat français ont pu compter sur le renfort de deux Eurofighter Typhoon FGR.4 appartenant à la Royal Air Force.

L’un des points forts de la nacelle Talios est donc le rendu en temps réel des images aussi bien dans le poste de pilotage que sur un autre avions, l’ailier par exemple ou encore un AWACS à proximité. Clairement elle donne aux militaires français un avantage tactique vis à vis des groupes terroristes présents dans la zone. Elle crédibilise également l’Armée de l’Air et de l’Espace par rapport aux autres forces alliées, et notamment à l’US Air Force.

Reste désormais à savoir si la nacelle Talios sera forcément emportée à bord des Rafale français présents dans la région ou si son utilisation demeurera exceptionnelle, un peu comme le missile de croisière SCALP-EG. Seul l’avenir nous le dira.

Photo © Ministère des Armées.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom