L’information aurait fait sourire il y a encore quelques semaines, elle est désormais prise très au sérieux. L’administration Biden aurait lancé des négociations avec Lockheed-Martin en vue d’envisager une commande de chasseurs monoréacteurs F-16 Fighting Falcon au standard Block 70/72. Si celles-ci aboutissent les avions devraient être livrés au cours de l’année fiscale 2023. Ce revirement vis à vis du programme Lockheed-Martin F-35A Lightning II et de sa doctrine d’exclusivité pourrait bien largement entacher les ventes futures de l’avion furtif.

On ignore pourtant le nombre de F-16V Block 70/72 qui serait commandé mais certains médias américains commencent à parler d’un lot d’une centaine d’avions. Une version dédiée à l’US Air Force du F-16V Viper, voilà qui risque de fortement rappeler ce qui existe avec Boeing et son F-15EX Advanced Eagle. Est-ce la fin de la doctrine selon laquelle le chasseur furtif multi-rôle F-35A Lightning II peut remplacer presque tous les avions en dotation dans l’aviation américaine ? Ça y ressemble de plus en plus.

Pour autant que celles et ceux qui adorent détester le Lockheed-Martin F-35 Lightning II patientent encore avant de sortir la bouteille de champagne du freezer et de la sabrer. Ils risqueraient bien d’être déçus. À aucun moment l’administration Biden entend enterrer l’avion furtif. Il s’agirait plutôt de conserver cette machine pour des missions à haut risque, nécessitant donc le recours à une machine difficilement décelable. Les missions bien plus quotidiennes, comme la défense aérienne ou l’appui aérien rapproché seraient à la charge des F-15EX et de ces futurs F-16V.

Les négociations porteraient donc sur une livraison débutant durant l’année fiscale 2023, c’est à dire entre le 1er octobre 2022 et le 30 septembre 2023. L’année fiscale n’a rien à voir avec l’année civile. L’US Air Force deviendrait ainsi le plus important client du F-16V Block 70/72, devant actuellement Taïwan ou la Slovaquie pour ne citer que ces deux clients.

En tous cas cela commence à ressembler à un mini-séisme dans le microcosme de la défense américaine. La jeune administration Biden n’a pas mis longtemps à se mettre au travail et à bousculer ce qui avait été fait auparavant.

Photo © US Air Force.

Publicité

14 COMMENTAIRES

  1. Excellent article et une très bonne nouvelle. Le F16 Viper Block 70/72 reste un appareil pleinement accomplis. Il a encore de belles années devant lui.
    Je regrette que la Belgique ait choisi le F35.. Pour un pays comme le nôtre cela n’a pas de consistance, cependant les normes OTAN obligent les pasys de s’équiper de cet appareil nomo rôle.
    Le F35 est déja dégagé par les missiles sol-air d’origine russe. S500./600 et autres.

    • En France, membre de l’Otan on a pas de F35, donc il n’y a aucune obligation de s’équiper de cet avion comme vous dites…. Par contre il y a une volonté politique.

      • Il faut comparer ce qui est comparable la France est un contre-exemple pas si bien venu que ça car elle produit encore ses propres avions de combat aux normes de l’alliance Atlantique.

  2. J’en suis satisfait.
    Le F35 est un avion d’attaque largement supérieur en polyvalence au F117, mais reste inférieur à un F15 et F16 sur d’autres points. Et entre le F16 et le F35, les coûts de maintenance sont largement à l’avantage d’avions éprouvés.
    Cela donnera de la.marge financière à l’armée de l’air.

  3. Ça annonce peut-être une réduction des commandes de F35 donc une augmentation de son prix unitaire… Ce qui risque de faire grincer des dents.
    Il y a une synergie à rechercher entre F35 et F16 (et A10), non pas en raison de la furtivité du premier mais en raison de la capacité du F35 à jouer le rôle de mini-awacs ou mini-nœud C2 pratiquement au cœur de l’espace aérien ennemi.
    Et une synergie à chercher entre F35, drones, munitions rodeuses et artillerie (laquelle évolue de façon spectaculaire en ce moment).

    Les rapports montrent que le F35 est un appareil qui n’est pas mâture, qui souffre de problèmes non résolus, mais je pense qu’il ne faut pas l’enterrer trop vite. Ses qualités sont indéniables.

    • Le prix du F-35 ne va pas augmenter.
      Mais les experts US, ont fait le constat que, en dépit de l’augmentation de la production, et compte tenu des nombreuses rectifications techniques à apporter, le prix de l’appareil ne descendrait pas en dessous du niveau actuel, contrairement à ce qui était prévu.
      C’est une des raisons, de leur décision concernant l’acquisition de F-16.
      C’est une mauvaise nouvelle pour les nations clientes du F-35, car si les USA devaient se tourner plus rapidement vers un successeur, les mises à jours et les développements futurs de l’appareils seront limités.

      • Rien, absolument rien, ne peut vous permettre d’avancer que le prix unitaire de l’avion n’augmentera pas. À moins d’être dans les secrets d’alcôve de Lockheed-Martin c’est impossible à savoir.

        • Certes ce n’est que mon humble avis.
          Mais la production de l’appareil ne vas pas baisser par rapport au niveau actuel (du moins ce n’est pas encore ce qui est prévu !) mais elle va augmenter moins que ce qui était prévu. E t le prix actuel est calculé sur la production actuelle.
          Une augmentation du prix d’un appareil serait inédit !

      • Une baisse du nombre de F35 commandés entraîne mécaniquement une hausse du coût à l’unité.
        Rien ne dit cependant que les commandes de F35 vont être revues à la baisse, parce que les F16V peuvent aussi servir à compenser le vieillissement accéléré de la flotte de l’Air Force dont les appareils sont « suremployés » sur les théâtres d’opération extérieurs.
        Mais… une commande de F16V en lieu et en place de F35 n’adresse pas un forcément un bon signal.
        Dans le même temps, une commande de F16V ça peut aussi adresser un bon signal aux nations désireuses d’en acquérir et qui le feraient plus volontiers si l’Air Force s’en équipe.

  4. Les américains reviennent à la raison: le bon vieux high-low mix. Réserver les avions chers à des missions bien particulières et avoir des avions plus dans la moyenne pour taper longtemps et beaucoup une fois les plus gros dangers écartés. Mine de rien, la France peut s’en inspirer car elle a pris un peu la même voie avec le tout Rafale au détail près que lui sait vraiment tout faire mais sans furtivité. Cependant, on est quand même dans la politique d’un unique avion multi-rôle qui a remplacé plusieurs avions spécialisés, ce qui était l’idée d’origine du F35. Au final, les Rafales sont chers et ils arrivent au compte gouttes. Alors que le pays se lance dans le SCAF qui promet d’être encore plus cher, ne serait il pas bienvenu de le seconder par un monomoteur (moins cher)? L’idée étant qu’il serait non dépendant du Bundestag et qu’il permettrait d’étoffer l’Armée de l’Air devenue bien maigrichonne. En plus, il nous permettrait de garder les compétences et ce type d’avion est attendu par beaucoup de petits pays OTAN anciens clients du F16 et échaudés par l’expérience F35..

    • L’armée de l’air française est beaucoup, beaucoup plus petite que celle des USA, Un appareil unique est donc plus pertinent. pour elle. Mais votre point de vue se tient, surtout à une époque où l’on parle de re-étoffer les armées.

  5. « Ceux qui adorent détester le F35 »: J’aime bien cette expression! Je la trouve rigolote!
    Je pense qu’il serait intéressant d’avoir, s’il y en a et si cela est possible, les réactions des gouvernements ou des responsables des forces aériennes dont les états se sont déjà portés acquéreurs de ce type d’appareil? Pour les acquéreurs potentiels forcément il y aura des commentaires.

    • Le F35 est devenu un avion politique. « Politique » (intérieure) aux Etats-Unis parce que les usines sont si bien disséminées que les membres du congrès tous bords confondus, ne peuvent électoralement se permettre d’accepter un arrêt du programme. Et « Politique » (internationale) car quand vous êtes la Pologne, les Pays-Bas, le Danemark ou la Norvège, allez vous froisser avec le grand protecteur qui menace de rentrer chez lui. Je pense que tout le monde balayera diplomatiquement, cette petite poussière sans importance sous le tapis… et pour faire bonne mesure, rachètera des F16V ou des F18 (et peut-être quelques Rafale au passage!!). Les pays qui ont publiquement fait part de leurs doutes… l’ont fait avant d’acheter des F35. Cf, le Canada, qui bien que faisant partie du programme F35, a dit qu’il était trop cher et se dirige droit vers l’achat de Super Hornet. Un cas intéressant sera celui de l’Australie. Ils ont pris du Super Hornet en attendant le F35, mais maintenant que vont-ils faire?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom