Va t-on vers une désescalade dans la guerre des nerfs qui oppose depuis plusieurs mois Américains et Iraniens ? Ce dimanche 31 janvier 2021 au soir le porte-avions américain USS Nimitz a reçu l’ordre de quitter la Mer d’Arabie et de rejoindre son port-base de San Diego en Californie. Dans le même temps on a appris qu’il n’y aurait pas de relève dans la région dans l’immédiat. Après le véto sur les F-35A émiratis c’est le deuxième détricotage de la politique militaire de l’administration Trump pas sa successeure en quelques jours.

USS Nimitz, un mastodonte des mers.

Ce lundi 1er février 2021 cela fait 240 jours d’affilé que l’équipage de l’USS Nimitz n’est pas rentré à la maison. Entre les patrouilles au large des côtes iraniennes le porte-avions est allé filé un coup de main à l’évacuation des forces américaines de Somalie. Il a aussi participé à une série d’exercice avec les forces indiennes. On se souvient surtout de son 180° alors même que l’équipage pensait rentrer en Californie, voici un peu moins d’un mois.

L’aventure américaine, trumpiste diront les mauvaises langues, au large de l’Iran aura tout de même coûté très cher à l’US Navy. Entre le carburéacteur brûlé souvent pour pas grand-chose et la perte en opération d’un drone MQ-4C Triton abattu par la DCA de la république islamique on ne peut pas franchement dire que l’aéronavale américaine en ressorte indemne. Mais désormais il semble que l’Iran soit un mauvais souvenir pour cette puissante force.

L’équipage de ce MH-60R Seahawk prend lui aussi le chemin du retour à bord du destroyer lance-missiles USS Sterett. Ce navire accompagne l’USS Nimitz.

Car non seulement l’USS Nimitz a quitté la zone immédiatement après réception du message du Pentagone par le pacha mais en plus le nouveau secrétaire à la défense des États-Unis, l’ex-général Lloyd Austin n’a pas ordonné de nouveau déploiement. Ce qui signifie donc que le porte-avions rentre bel et bien à la maison et qu’en plus il ne sera pas remplacé dans la région. Finis donc les vrombissements de réacteurs d’avions de combat F/A-18E/F Super Hornet et EA-18G Growler au large des côtes iraniennes ainsi que la présence persistante des AWACS embarqués E-2C Hawkeye.

Finis les catapultages et appontages au large de l’Iran.

Pour autant décollages et appontages se poursuivent à bord du porte-avions. Cependant en ligne de mire les femmes et les hommes du bord ont désormais leurs familles et leurs proches. Le porte-avions le plus ancien de l’arsenal américain est attendu à San Diego le weekend prochain.

Photos © US Navy.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom