L’avion ne porte pas encore de livrée militaire, ni même celle de son constructeur. Ce mardi 2 février 2021 le prototype du Boeing F-15EX Advanced Eagle a réalisé son premier vol depuis Saint-Louis dans le Missouri. Ce jet de combat doit à terme équiper l’US Air Force tandis que l’industriel table sur des ventes à l’export. L’Indian Air Force est en point de mire notamment.

Il était 13 heures 53, en heure locale, quand l’avion de combat s’est arraché du planché des vaches. Le vol inaugural est toujours quelque chose d’important dans l’histoire d’un avion. Même s’il ne s’agit pas du premier pour un avion de la famille des McDonnell F-15 Eagle, puisque celui-ci eut lieu le 27 juillet 1972 avec l’YF-15A. D’ailleurs ce «nouveau» F-15EX dérive en réalité du F-15QA destiné au Qatar qui est lui même une version améliorée du célèbre McDonnell-Douglas F-15E Strike Eagle actuellement en service dans l’US Air Force.

En presque un demi-siècle le F-15 n’a pas beaucoup changé esthétiquement parlant. Il est toujours ce doux mélange d’élégance racé et de puissance mêlé à des formes finalement assez peu fluides. Intérieurement parlant c’est tout autre chose. Entre le F-15A et le F-15EX le fossé technologique ressemble en fait à un gouffre. Le nouvel avion est un pur chasseur de saturation air-air tandis que son ancêtre était un intercepteur de supériorité aérienne. La nuance est énorme entre les deux. Le premier annihile toute forme de présence aérienne tandis que le second la repoussait. Le premier pourra emporter plus de vingt missiles air-air à moyenne et longue portée quand le second en emportait huit à courte et moyenne portée.
F-15A et F-15EX ont par contre un point commun très fort : le côté cauchemardesque pour le pilote qui se retrouverait en face.

La bête dans toute sa splendeur.

Évidemment en 2021 un premier vol ne laisse que très peu de suspens ! Tout s’est admirablement bien passé pour l’avion. Avec son serial 20-0001 et sa peinture d’usine assez bigarrée le F-15EX Advanced Eagle a joué parfaitement sa partition, se payant même le luxe d’une ascension avec post-combustion allumée. De quoi réchauffer le seuil de la piste 30L de l’aéroport de Saint-Louis d’où il s’était élancé. Une heure et demi durant laquelle le pilote d’essais a testé et validé plusieurs points de l’appareil. On notera au passage que malgré le caractère symbolique de ce premier vol l’avion disposait déjà de points d’emport d’armement. On est une machine de guerre ou on ne l’est pas !
Au bout des 90 minutes le F-15EX est revenu se poser, sans encombre. Désormais ingénieurs et techniciens de Boeing vont analyser les données ce vol inaugural. La campagne d’essais peut enfin débuter.

Photo © Alex Farwell.

Publicité

13 COMMENTAIRES

  1. « Le premier pourra emporter plus de vingt missiles air-air à moyenne et longue portée quand le premier en emportait huit à courte et moyenne portée. »: Quel est le second?

  2. Merci pour la correction. Mais le béotien a quelques difficultés avec la langue française:  » Entre le F-15A et le F-15EX le fossé technologique ressemble en fait à un gouffre. …. La nuance est énorme entre les deux. Le premier annihile toute forme de présence aérienne tandis que le second la repoussait. Le premier pourra emporter plus de vingt missiles air-air à moyenne et longue portée quand le second en emportait huit à courte et moyenne portée ».

    Si j’ai bien compris, le F-15A, serait le plus ancien par rapport à la version EX, et également cité en premier dans la phrase.

    Dès lors, Toujours d’après ce que j’ai compris, il faudrait donc lire: « Le premier annihilAIT toute forme de présence aérienne tandis que le second la repoussE. Le premier pouVAIT emporter plus de vingt missiles air-air à moyenne et longue portée quand le second en emportE huit à courte et moyenne portée ».

    Ou alors, tout mettre au Présent si les deux versions sont toujours en activité.

    Reste que le plus important est qu’il soit capable de « descendre » les avions d’origine russe et chinoise les plus moderne, qu’il trouvera sur sa route.

    • @jyv58
      « Le premier » et « le second » se rapportent à la phrase « Le nouvel avion est un pur chasseur de saturation air-air tandis que son ancêtre était un intercepteur de supériorité aérienne »…d’après ce que j’ai compris 🙂

  3. Ce n’était pas 24 missiles que cet avion pouvait emporter ? Même 20 missiles ça reste très impressionnant. J’ai hate de voir un cliché de cet avion armé ainsi.

  4. La menace chinoise ne vient pas principalement de ses avions , mais plutôt de sa capacité aujourd’hui à lancer des missiles à têtes nucléaires multiples et auto guidées à partir de ses sous marins en plongée. La presse spécialisée nous révèle ce matin l’existence de ces nouvelles armes, capables de franchir une distance de 10 000 kms et de ce fait atteindre la côte ouest des USA. Moyen de pression sur les USA en cas d’invasion de Taïwan qui ne se risqueraient pas à un conflit nucléaire? A moins de voir cette nouvelle mouture du F15X doté de missiles anti missiles balistiques., cela ne résout pas le problème de vulnérabilité face à cette nouvelle menace.

  5. Cet avion peut donner des idées à Dassault car on peut craindre que l’’Allemagne veuille le leadership du SCAF comme elle a su obtenir celui d’Airbus. L’avionneur français ne livrera pas facilement son savoir-faire aux allemands et donc pourrait en solitaire envisager le développement d’un Rafale de saturation aérienne avec une panoplie classique de missiles et d’autre part lancer les études d’un Rafale totalement dédié à la furtivité avec son armement en soutes. Mais une plate-forme commune à ces deux modèles est-elle possible ? Qu’en pensez-vous ?

  6. Bonjour Blowlamp ( chalumeau ? ) le problème avec la Chine c’est que l’on a jamais assisté à une confrontation impliquant l’un de ses chasseurs, du coup il est difficile de se faire une opinion d’autant plus que les aéronefs chinois n’ont jamais approché de trop près un chasseur ou un PA américain ( par peur de ne pas soutenir la comparaison ? ). C’est aussi le cas des russes qui se spécialisent dans l’interception d’avions de reconnaissance non armés mais qui ont l’intelligence de ne pas se frotter à un F22 Raptor ou survoler un PA de l’US Navy. Après il y a la menace nucléaire qui en elle-même est une dissuasion pour les deux camps. Sans faire une apologie primaire des USA on peut voir dans ces événements des gesticulations chinoises qui n’ont aucun effet sur la flotte US qui navigue à sa guise dans la mer de Chine.

  7. Et dire que quand j’étais en école primaire (il y a 35 ans et des patates) on jouait à des jeux d’atouts, dont celui avec les avions de chasse. Et à l’époque, le meilleur (l’atout) était déjà le F-15.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom