C’est un avion symbolique dans la Vzdušné síly, l’aviation militaire tchèque. Or depuis quelques semaines maintenant une partie des députés de ce pays d’Europe centrale veulent le voir disparaitre de son arsenal. En cause une vétusté supposée de ce Canadair CL-601 Challenger et une volonté affichée de le remplacer par une machine plus récente. Les deux rôles principaux de ce biréacteur d’affaire sont le transport de hautes personnalités civiles et l’évacuation sanitaire.

Quand il est entré en service en 1992 dans la Vzdušné síly, le Canadair CL-601 Challenger codé 5105 était le premier avion qui ne soit ni d’origine tchécoslovaque ni d’origine soviétique. Il est donc aujourd’hui encore très important dans l’esprit des militaires tchèques car il symbolise leur renouveau aéronautique. Sauf qu’en effet indubitablement il vieillit ! Si les militaires ont fait le choix il y a quelques mois d’envoyer à la retraite les deux derniers Yakovlev Yak-40 Codling les parlementaires les poussent à une même décision concernant le biréacteur canadien.

En fait la réflexion des parlementaires tchèques a débuté juste après l’annonce concernant justement les deux Yak-40 Codling. Cela faisait écho à un audit réalisé en 2018-2019 sur la flotte de transport militaire tchèque et montrant ses failles. La fatigue structurelle du CL-601 Challenger était déjà mise en avant. Il faut dire que l’avion est utilisé de manière très intensive depuis son entrée en service. Il n’est pas rare que le président tchèque, monsieur Miloš Zeman, ou bien son premier-ministre, monsieur Andrej Babiš, préfèrent ce petit jet à l’Airbus A319CJ officiel pour les déplacements à l’intérieur de l’Union Européenne.

La crise du Covid-19 n’a pas arrangé les choses. En effet l’avion a été mis à contribution à une dizaine de reprises en quelques semaines, entre mars et mai 2020, afin de rapatrier en Tchéquie des ressortissants malades se trouvant à l’étranger. Il est à signaler qu’en 1992 quand ce CL-601 Challenger fut livré à la Vzdušné síly il n’était nullement prévu pour des missions d’évacuation sanitaire. C’est un aménagement qui fut réalisé par Bombardier ultérieurement afin qu’il réponde aux exigences de l’OTAN.

Même si aucune directive claire n’a été donné quand au délai pour lui trouver un successeur il semble bien que les parlementaires tchèques préfèrent voir arriver un avion de facture européenne que nord-américaine. Ce qui pourrait donc fermer le marché à des avionneurs comme Bombardier, Cessna, ou encore Gulfstream. Les médias locaux parlent de temps à autre d’un intérêt officiel pour le tout nouveau Pilatus PC-24 suisse.

L’unique Canadair CL-601 Challenger militaire tchèque.

Reste donc désormais à savoir si le gouvernement tchèque va suivre ou non les pressions parlementaire et changer l’avion. À coup sûr ce CL-601 Challenger ne sera pas revendu à l’export mais conservé comme pièce de musée. Il a toute sa place dans les collections nationales tchèques.

Photos © ministère tchèque de la défense.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom