Le drame a eu lieu ce lundi 24 mai 2021 en après-midi. Un avion de combat monoréacteur Dassault Mirage F1M s’est écrasé lors d’une phase de décollage depuis les installations de Nellis AFB dans l’état du Nevada. Le pilote a été tué dans l’accident. Il s’agissait d’un des ex-appareils espagnols rachetés par le contractor américain Draken International.

Il était 14 heures 30 à Nellis AFB, 23 heures 30 en France métropolitaine, quand l’avion de combat s’est élancé pour une mission d’entraînement. Bien que civil, puisque porteur de l’immatriculation américaine N575EM, cet ancien chasseur monoplace opérait depuis la célèbre emprise de l’US Air Force dans la banlieue de Las Vegas. Il y remplissait des missions dites d’agressor, son propriétaire Draken International étant sous contrat en ce sens avec l’US Department of Defense.
Pour une raison encore inconnue l’avion a décroché violemment avant de s’écraser en lisière de la base.

Le pilote de Draken International n’ayant visiblement pas réussi à s’éjecter il est décédé dans l’accident. Par chance il s’agit de la seule victime. Son Dassault Mirage F1M est en effet tombé dans une zone résidentielle. C’est dans le quartier pavillonnaire de Christy Lane à Las Vegas que l’avion s’est écrasé. Très rapidement la zone du crash a été sécurisé par les forces de l’ordre afin de permettre aux équipes du Las Vegas Fire Department et de l’US Air Force d’intervenir sur l’incendie consécutif à l’accident. Il a rapidement été maîtrisé.

Des enquêteurs du National Transport Safety Board et du FBI ont été chargés de l’enquête tandis que les personnels de Draken International versaient toutes les informations nécessaires à l’US Air Force. Les vols du contractor sont actuellement suspendus, à titre provisoire.

Il s’agit du deuxième accident impliquant un Mirage F1 utilisé par un contractor américain sur le sol des États-Unis en quelques semaines. En février dernier un Mirage F1B appartenant à la société ATAC s’était écrasé à l’atterrissage. Fort heureusement le bilan avait alors été moins lourd, les deux membres d’équipage en ressortissant vivants.
Pour mémoire les contractors n’utilisent pas des avions neufs mais des machines de seconde main. Le Mirage F1B accidenté en février 2021 était un ancien appareil de l’Armée de l’Air tandis que celui détruit hier provenait de l’Ejército del Aire. Chacun avait déjà connu une riche carrière avant d’arriver aux États-Unis.

Photo © Draken International.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Hello tout le monde,

    Cet article me fait me demander :

    Comment sont formés les mécaniciens ?

    est-ce compliqué de trouver des pièces de rechange pour ce type d’appareil ?

    Au plaisir de vous lire si certains d’entre vous ont des réponses

    • La majorité des mécanos de chez ATAC ou Draken sont d’anciens militaires, habitués à travailler sur des avions de combat. Quand aux pièces de rechange il faut savoir que pour le Mirage F1 il est encore assez facile d’en trouver sur le marché d’occasion. Quand ATAC a acheté ses Mirage F1 à la France certains n’étaient pas destiné au vol mais juste à la cannibalisation. Ils servaient donc de stocks de pièces. J’espère que vous aurez ainsi Loris réponse à vos questions.

      • Oui et puis dans le contrat de vente, des dizaines de milliers de pièces de rechange de toutes sortes étaient inclus dans le contrat avec les avions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom