L’information, qui n’en est pas réellement une, est à prendre au conditionnel. L’office fédéral de l’armement, aussi connu comme Armasuisse, aurait décidé de rejeter les candidatures des Boeing F/A-18E/F Super Hornet et Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Seuls se retrouveraient donc en lice les Airbus DS Typhoon Tranche 3 et Dassault Aviation Rafale F3R/F4. La décision finale pourrait intervenir d’ici quelques jours, à la fin du mois de juin.

En jeu il y a rien moins que le remplacement de l’actuelle flotte de chasseurs suisses Northrop F-5E/F Tiger II et McDonnell-Douglas F/A-18C/D Hornet. Les livraisons des futurs chasseurs doivent s’échelonner entre 2025 et 2030, les premiers avions remplacés devant être les Tiger II puis les Hornet bien plus récents.

Initialement quatre avions étaient en lice. Les avionneurs chinois et russes en étaient bien évidemment exclu, tant pour des raisons qualitatives que diplomatiques. S’affrontaient donc au départ l’Airbus DS Typhoon Tranche 3 européen, le Boeing F/A-18E/F Super Hornet américain, le Dassault Aviation Rafale F3R/F4 français, et le Lockheed-Martin F-35A Lightning II également américain. Beaucoup alors, nous y compris, voyaient alors une victoire logique de Boeing. Des Super Hornet pour succéder à des Hornet, ça n’aurait pas surpris grand-monde. Et là patatrac tout s’effondre, ou presque.

En effet en début de semaine le très sérieux et très influent journal suisse Le Matin indiquait qu’Armasuisse avait décidé de tourner le dos aux avionneurs américains. La faute à qui ? À priori aux parlementaires de gauche qui préfèrent largement une solution européenne à une alternative américaine.
La compétition se jouerait alors entre Airbus Defence & Space d’un côté et Dassault Aviation de l’autre ?

En fait oui et non.
Sur le papier c’est un grand oui, sans aucune hésitation. En réalité plutôt non car les rumeurs se font de plus en plus insistantes pour annoncer une victoire par K.O. de l’avion français sur tous ses concurrents. L’argument de la souveraineté avancée par madame Florence Parly, ministre françaises des Armées, aurait fait coup au but avec nos voisins suisses. La réponse arriverait donc d’ici désormais moins de trois semaines et demi. La Suisse pourrait annoncer la victoire du Rafale en date du mercredi 30 juin 2021.

Pour information le contrat concernerait des Dassault Aviation Rafale F3R avec une possibilité intégrée de transformation rapide au standard Rafale F4 actuellement en cours de développement en France.

Nous le réitérons encore les sources de cet articles parlent toutes de rumeurs et de bruits de couloirs. Mais comme tout cela se fait de plus en plus insistant et que ça concerne l’avion-chouchou des aérophiles français contemporains nous avons pris le parti de vous en faire part.

Photo © Royal Air Force

 

Publicité

37 COMMENTAIRES

  1. Et cela est juste car cela met du baume au coeur.
    .
    Et comme vous n’oubliez pas de rappeler que ce n’est qu’inclinaisons, bruits et rumeurs, la morale est sauve.
    .
    D’ailleurs même.le.fan ardent que je suis va attendre que l’encre soit sèche pour fêter ça.

    • Si vous avez bien lu l’article vous avez vu qu’il n’y avait pas encore de commande. Le nombre d’avions étant secondaire, il ne sera dévoilé qu’au moment de la signature du contrat.

      • Petite citation d’un pilote de chasse et d’essai britannique, ayant testé tous les chasseurs récents occidentaux, après son vol sur Rafale… »Il est tout simplement le meilleur avion de combat et le plus complet dans lequel je n’ai jamais volé. Ses déploiements opérationnels parlent d’eux-mêmes. Si je devais aller au combat, sur n’importe quelle mission, contre n’importe qui, je le ferais, sans aucun doute, avec le Rafale » »… Courage Rafale. Que ce vent tempétueux et soudain renverse l’ordre établit….en Suisse par exemple…

  2. Il faut effectivement rester prudent, La visite de 8 jours de Joe Biden en Europe, qui passe par la Suisse il me semble, va t’elle rebattre les cartes …
    Croisons les doigts

  3. Le fait que l’AdAE utilisent déjà des PC-21 comme l’AdA suisse renforce les coopérations et mutualisations futures, synonyme économie d’argent Un très bon point pour note Rafounet
    Sans compter la plus grande maturité de l’avion français

  4. Je pensais que la finale se jouerait plutôt entre le Rafale et le F/A-18E/F Super Hornet car ce dernier est le successeur « naturel » du F/A-18C/D Hornet. Je suis surpris du come-back de l’Eurofighter. Les Helvètes devraient demander à leurs voisins autrichiens de ce qu’ils pensent de cet avion …

  5. M’étonne quand même, nous aiment pas trop les Suisses , les Romands c’est déjà limite, les Alémaniques c’est même pas la peine .
    On a déjà eu des surprises décevantes ainsi qu’une manie à vendre la peau de l’ours.
    Bref, si ça se confirme tant mieux , au moins ça rabattra le caquet de ceux qui critiquent l’ avion du « tiers monde ».

  6. James, Eurofighter et Rafale ont la même mlaturité, ils ont été conçus et fabriqués au même moment. Mais les conceptions de départ des deux avions sont radicalement différentes.
    Pour le nombre d’avions probablement le minmum: le Rafale est plus simple en MCO et son allonge est supérieure. Donc logiquement moins d’avions nécessaires pour remplir les mêmes objectifs.
    Mais personne n’est obligé de me croire.

    • « Eurofighter et Rafale ont la même maturité, ils ont été conçus et fabriqués au même moment. »
      La maturité n’est pas liée à l’âge, le Rafale a évolué d’une manière « normale » je dirais, aidé en plus par les nombreux RETEX.
      L’Eurofighter a quant à lui pédale en cherchant sa voie, une évolution qu’on a presque l’impression que ce n’était pas prévu au départ, vu le nb d’exemplaires T1 difficilement mis au standard actuel.
      Considérons sa capacité pour laquelle il a été conçu le air/air: Il n’a même pas un radar capable d’exploiter les pleines capacités du missile Meteor, alors oui, il n’est pas au même niveau de maturité que le Rafale.

      • Je ne suis pas d’accord. Le Rafale a été pensé dès sa conception pour être extrêmement évolutif sur le plan électronique.

        Pas l’Eurofighter, et encore moins le F22 américain qui est notoirement bloqué de ce côté là.

        Ce n’est pas un problème de maturité, mais de conception initiale, enfin il me semble.

        Dernier point: vous pourriez jeter un coup d’oeil à la définition du mot maturité dans un dictionnaire de langue française. La maturité n’est pas liée à l’âge… C’te blague.

        • Tout d’abord Bonnet merci de respecter James quand vous répondez à son commentaire. Votre dernier point a failli vous mener directement à la case modération.
          Ensuite petit rappel : vous n’êtes pas sur un forum mais sur un site aéronautique ouvrant ses articles à commentaires, inutile de vous lancer dans de grands débats ce n’est pas le lieu.
          Cordialement.

        • Merci Arnaud pour l’intervention
          @BONNET
          Finalement, nous sommes plus d’accord que ce que vous pensiez
          L’Eurofighter a un cahier des charges initial très limité car 100% air/air et même sur ce point il a des lacunes niveau radar embarqué donc il est à un niveau de maturité moindre que celui du Rafale, et ne parlons pas du cahier des charges revisité avec l’ajout des fonctions air/sol
          Pour le mot « maturité », bon j’aurais dû écrire « La maturité n’est pas forcément liée à l’âge »

  7. Ce troisième contrat en Europe pour le Rafale marque un rééquilibrage normal et logique. Après une période où les contrats tronqués et sous influences US/UK, ce coup si ils nous laissent quelques miettes pour nous permettre d’exister encore un peu. Peut être que cette année sera celle du Rafale et de la prise de conscience de certains pays. Enchaîné après la Suisse avec l’Indonésie et la Finlande sera parfait et puis les EAU en 2022… A suivre.
    Force au Rafale

  8. Attendons le coup de sifflet final, comme au foot !!

    Si cette information se confirme, cela serait un grand succès pour Dassault et la France.

    Car la Suisse, qui est réputée pour son sérieux, permettrait d’entrainer des pays encore hésitants, comme la Finlande, peut-être les EAU, et l’Indonésie.

    A suivre.

  9. Le Rafale est quasiment conçu pour jouer à cache-chace dans les montagnes suisses ^^ Un peu comme le Mirage qui a laissé un bon souvenir avec son aile delta mais en mieux 🙂
    Ca ferait aussi plaisir car au final quelque part ça nous rapprocherait de nos voisins suisses !

  10. Bonjour, je vais me faire l avocat du diable, même si le Rafale gagne, j en serai très content, mais je pense que l eurofighter serait plus adapté à la Suisse. C est à la base un pur intercepteur. La Suisse ne fait pas d Opex, donc quel serait l intérêt d avoir un avion omnirole ? Je ne fais pas de Rafale bashing, je m interoge et juste de la pertinence opérationnelle si notre Rafale gagne.

    • Sauf que dans les épreuves d’évaluation que chaque avion-candidat a dû passer, il y avait des missions air/sol
      D’autre part, le Rafale décolle et atterrit plus court que l’Eurofighter et ce sans parachute de freinage, plus adapté donc pour des pistes helvétiques

    • Si la Suisse devait subir une attaque terroriste façon Twin Towers; il est probables que les avions voleraient relativement bas pour echapper au mieux aux radars.
      L’Eurofighter a été conçu comme un intercepteur pur, il est légèrement plus performant que le Rafale au dessus de 40000 pieds (et encore sur le papier).
      Le Rafale est bien mieux adapté pour le vol à basse altitude / suivi de terrain. Et de toute manière il est bien moins couteux à faire voler et sa cellule a une durée de vie quasiment au double du Typhoon.

    • Nous avons aussi oublié de mentionner que le Rafale est capable de voler bien plus longtemps (avec ses 3 points « humides ») sans ravitaillement en vol, qu’un Eurofighter…

  11. Il apparaît clair que le Rafale est légèrement moins optimiser pour l’interception. Mais la différence est à la marge et est compensée par la meilleure maniabilité, réactivité et disponibilité du Rafale. De plus il disposera des améliorations récentes sur les moteurs et la vitesse de pointe issue des développements pour l’Inde. N’oublions pas de plus que le standard F4 avec son lot d’améliorations est prévu pour la Suisse.

    • La limitation à 1,8 mach est uniquement liée à l’absence de pièce mobile aux entrées d’air pour adapter le flux en supersonique haut. C’est un choix fait délibérément pour gagner en fiabilité et en poids et en furtivité passive, ni plus ni moins.

      • En fait Bonnet je crois que quand je vous ai mis en garde plus tôt sur le fait que vous n’étiez pas sur un forum vous avez sans doute pris cela à la rigolade. Vous dépassez le strict cadre du commentaire avec en outre des infos très contestables.
        Dernier avertissement avant modération.

  12. Nous y sommes enfin. Le 7eme export est dans la boîte. Bravo à Dassault et à ses équipes. Reste à signer et à connaître les termes précis du contrat. Allez, direction la Finlande pour une nouvelle aventure…
    Vive le Rafale

    • À priori la Suisse rendra son verdict le mercredi 23 juin quant au vainqueur de la compétition. Mais tout semble en effet aller dans le sens du Dassault Aviation Rafale.

  13. J’avoue que c’est pas officiel mais dans certaines « coulisses » c’est l’effervescence et ça prépare l’annonce. D’ailleurs « apparemment » un média aurait édité par mégarde un article pour officialiser et finalement l’accès à été bloqué… En tous cas, le mousseux est au frais. On attends ça avec impatience et à terme voir des Rafale au camouflage Suisse dans les versants Alpins…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom