Après le sous-marin nucléaire d’attaque français Émeraude c’est au tour du porte-avions britannique HMS Queen Elizabeth de venir titiller la Chine jusque dans son jardin. Depuis fin juillet le bâtiment de guerre de la Royal Navy accompagné de ses navires d’escorte voguent en Mer de Chine Méridionale. L’occasion pour les pilotes d’avions et d’hélicoptères qu’il embarque de voler dans une région où ils n’ont pas leurs habitudes. De son côté la Chine observe à bonne distance.

C’est ce mardi 27 juillet 2021 que le HMS Queen Elizabeth a pénétré les eaux de la Mer de Chine Méridionale. Officiellement il ne s’agit que d’une mission de représentation de la Grande Bretagne auprès de ses alliés de la région comme la Malaisie ou Taïwan. Ceux ci doivent d’ailleurs accueillir le nouveau porte-avions de Sa Majesté dans leurs ports respectifs.
Officieusement la présence dans la région de ce puissant navire de guerre embarquant des chasseurs furtifs Lockheed-Martin F-35B Lightning II appartenant à l’US Marines Corps et à la Royal Air Force est un signal diplomatique fort envoyé au régime de Pékin par celui de Londres. Les Chinois considèrent cet espace maritime comme leur mare nostrum, revendiquant plus de 80% de ses eaux comme territoire souverain, alors qu’en fait le pays n’en possède qu’entre 20 et 25%.

Merlin britanniques et Seahawk américains opèrent également conjointement sur cette mission. Le second est basé sur le destroyer d’escorte du porte-avions.

En l’absence d’un porte-avions chinois opérationnel et avec un HMS Queen Elizabeth se tenant à bonne distance de la portée théorique des Chengdu J-20 Firafang les Lockheed-Martin F-35B Lightning II ne courent aucun risque. Peu de risque de toutes manières que Pékin n’aille s’amuser à envoyer ses chasseurs Chengdu J-10 Firebird ou Shenyang J-16 Flanker G+ face aux avions américano-britanniques. Le jeu n’en vaudrait vraiment pas la chandelle.
C’est donc un jeu de dupes qui se déroule en Mer de Chine Méridionale.

Trois F-35B Lightning II de deux nationalités différentes : le charme du HMS Queen Elizabeth.

C’est aussi et surtout une démonstration de force de la Royal Navy à ses potentiels ennemis, autant qu’à ses alliés les plus fidèles. À l’instar de l’US Navy elle est capable de patrouiller au large des côtes chinois, là ou un certain porte-avions Charles de Gaulle ne va pas. Le message bien que jamais dit est très clair.

Photos © US Navy

 

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. En vraie c’est surprenant de la part de la royal navy parce que le royaume-uni n’a plus l’habitude de faire des démonstrations de forces et c’est exercices ne sont pas fait pour une démonstration de forces.

    Après à mon avis la Chine va lancer des messages du style « La royal navy n’a rien à faire la elle ferait mieux de se mêler de c’est affaires »

    Je trouve quand même si les occidentaux veulent battre la chine il devrais l’isoler et déplacer leur industrie or de la Chine car maintenant elle produit quasi tout et on peut dire que il contribue à son économie mais il pourrait aller en inde au Vietnam ect…

    Il dépende d’une certaine façon de la Chine comme l’Australie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom