Cette fois le programme HX est entré dans sa phase finale. L’état-major de la force aérienne finlandaise a reçu les offres finales des cinq avionneurs sélectionnés dans la compétition visant au remplacement de ses actuels F/A-18C/D Hornet. Deux d’entre eux ont joué la carte de la transparence jusqu’au bout en annonçant le nombre d’aéronefs exacts qu’ils proposaient aux Finlandais. Les constructeurs chinois et russes en sont bien évidemment exclus, pour des raisons assez évidentes tant qualitatives que diplomatiques.

Airbus Defence and Space Typhoon, Boeing F/A-18E/F Super Hornet, Dassault Aviation Rafale, Lockheed-Martin F-35A Lightning II, et Saab JAS 39E/F Gripen s’affrontent donc de nouveau. Et cette fois le marché à emporter n’est pas anodin : c’est le remplacement d’une flotte entière de chasseurs d’une nation européenne. À ce jour soixante-deux McDonnell-Douglas F/A-18C/D Hornet volent sous la cocarde finlandaise. Ces avions sont appelés à prendre leur retraite sous quelques années.

Après avoir été testés l’an dernier ces avions sont désormais analysés par les décideurs militaires et politiques finlandais. Une enveloppe d’un montant non divulguée est prévue, elle se compte évidemment en milliards d’euros. Et pour y répondre tout le monde ne semble pas jouer le même jeu. Alors même qu’Airbus DS, Dassault Aviation, et Lockheed-Martin ne se sont pas sentis obligés de communiquer sur la proposition faite aux Finlandais autour de leurs avions respectifs Boeing et Saab ont beaucoup plus jouer la carte de la transparence.

Le premier propose un lot de cinquante monoplaces F/A-18E Super Hornet et de quatorze biplaces de guerre électronique EA-18G Growler. Le second avance dans le même sens avec cinquante-deux monoplaces JAS 39E, de douze biplaces JAS 39F, et deux AWACS Saab GlobalEye. Concernant les Lightning II, Rafale, et Typhoon c’est donc la grande inconnue.

Du côté d’Helsinki on insiste sur le fait que le temps nécessaire à la réflexion sera pris. La sélection de l’avion vainqueur aura lieu entre fin septembre et mi-novembre, et la décision sera officiellement rendu au cours du mois de décembre 2021. Les livraisons des avions sont attendus entre 2025 et 2030 inclus, avec une première capacité opérationnelle atteinte au second semestre 2027. Enfin ça c’est dans un monde idéal.

Illustration © ministère finlandais de la défense.

Publicité

13 COMMENTAIRES

  1. Ça serait tellement beau un rafale sous cocardes Finlandaises!
    Le rafale est crédible mais mon côté pragmatique me dit que c’est le F-18SH qui l’emportera…
    (Niveau infrastructures, relations diplomatiques, économiques…)
    Le F-35 à trop de casseroles pour son prix
    L’Eurofighter est plutôt en fin de vie et laisse à désirer
    Le Jas39 me paraît sous dimensionné pour ce que souhaite la Finlande
    Le Rafale est bien placé mais les français sont pas forcément bien vus et très contraignants, ça peut-être un bon lièvre pour que les US face leurs meilleurs prix…
    Ça reste un point de vue d’amateur bien évidemment
    Comme le dit l’article, rien ne presse véritablement pour le côté finlandais

  2. J’aime bien l’image, on dirait le poster d’un film ou la jaquette d’un jeux video!

    Dommage que Sukhoi et Mikoyan ne soit pas présent, pendant la guerre froide les finlandais avaient aussi bien des Mig21 aux coté des appareil occidentaux.

  3. En attendant, on attend toujours le résultat pour le Canada et surtout pour la Suisse dont le choix doit être annoncé au deuxième trimestre 2021, et on y est.

    • Ah nous avons le grand retour des ayatollahs de l’orthographe… qui font eux même des fautes. Euh juste comme ça en passant, quand vous écrivez : « sans fautes », le mot « faute » ne prend pas de « s » car il est précédé de « sans » qui désigne la nullité. C’est comme si vous écriviez « zéro fautes » au lieu de « zéro faute ». Donc la prochaine fois reprenez moi, mais sans faute !
      🙂

        • Alors ça tombe bien que je ne sois pas journaliste. J’ai donc le droit d’en faire. Autre chose ?
          Ah ces ayattolahs de l’orthographe et leurs idées toutes faites, toujours aussi risibles…

  4. Ce pays fait preuve de célérité dans le processus de remplacement de ses Hornets. J’espère que cet échéancier soit respecté. Au Canada la saga du remplacement de nos Hornets canadiens dure depuis 10 ans…

  5. Allez, les paris sont ouverts !!!! Moi je dis exit les monomoteur, et Suomen Ilmavoimat devrait plutôt cibler des purs multi rôles. Du coup je mettrais un ptit billet sur une finale Rafale vs Super Hornet, et je vois plutôt la victoire pour Boeing.

    A vos pronostics !!!

    PS : et par pitié, pas de politique de bas étages…

  6. Sur le blog http://psk.blog.24heures.ch/tag/dassault+rafale, on y lit que le projet HX « exige que l’avion soit capable de mener des missions air-air, air-sol, air-mer et à longue portée, ainsi que des services de renseignement, de surveillance, de reconnaissance et d’acquisition d’objectifs. »
    Du coup, je comprends mieux pourquoi Boeing propose « un lot de cinquante monoplaces F/A-18E Super Hornet et de quatorze biplaces de guerre électronique EA-18G Growler » et Saab « cinquante-deux monoplaces JAS 39E, de douze biplaces JAS 39F, et deux AWACS Saab GlobalEye ». Maintenant, un EA-18G Growler et un Saab GlobalEye ne sont pas conçus pour faire la même chose. Le Hornet Growler est spécialisé dans le brouillage et l’élimination si besoin des défenses électroniques adverses alors que le GlobalEye est un avion de surveillance AWACS.
    Même notre super et excellent Rafale a des trous dans sa raquette vu que la décision a été de porter le pod électronique du Mirage F1 sur le Mirage 2000-D et que l’AAE n’a plus dans sa panoplie offensive de missile qui détruit les radars. Elle n’a plus qu’à sa disposition le SCALP ou l’AASM.
    Bref, il n’y a donc aucun avion qui possède toutes les options qu’exigent le projet HX. Donc les décideurs militaires finlandais vont devoir faire un choix de type PGCD. Ce qu’il y a d’étonnant dans ce projet HX, c’est toute cette panoplie exigée, je suppose qu’il y aura des coefficients plus ou moins importants entre les différentes fonctions demandées car leur principal but est surtout de se défendre contre leur très grand voisin qui est fortement militarisé dans la zone de St Pétersbourg et Mourmansk et qui a des capacités offensives/défensives sans aucune comparaison avec la Finlande, pays de moins de 6M Habitants sur un territoire pratiquement plat et presque qu’aussi grand que l’Allemagne. mais qui s’était remarquablement défendu contre l’URSS en 1940.
    Pour la défense exclusivement, je privilégierais le nombre maximum d’avions porteurs du Météor avec 2/3 AWACS, petits, maniables, discrets. Quant aux autres options plus offensives, nous n’avons pas de connaissances sur la stratégie sur le temps long de la Finlande mais si le besoin est réel alors il ne reste plus que les 2 types de F18 ou le Rafale.
    Je vois donc dans l’avant dernière sélection, Boeing, Dassault, Saab et n’oublions pas qu’après cette sélection, il y aura un Wargaming pour savoir quel(s) avion(s) s’en sortira le mieux.
    Après tout cela, il n’y aura plus qu’un choix politique à équilibrer entre stratégie, géopolitique, économique, logistique, assistance du constructeur, entrainement des forces, etc….
    Attendons 8 mois… Pour ma part, je combinerais le F18 avec moins de F18 Growler (parce que l’AAF connait déjà le F18, le super Hornet n’étant qu’une maj) et les 2 AWACS proposés par Saab.

    Par contre, pour la Suisse où les mêmes avions sont proposés excepté le SAAB, je ne ferai pas le même choix, je privilégierais le Rafale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom