Moins d’un an après ses légendaires Yakovlev Yak-40 Codling c’est un autre avion emblématique de l’arsenal tchèque qui s’en va. Ce mercredi 11 août 2021 la force aérienne tchèque a mis à la retraite le biréacteur d’affaire Bombardier CL-601 Challenger qu’elle utilisait depuis le début des années 1990. L’avion ne sera pas, dans un premier temps, remplacé. Il devrait d’ici quelques mois rejoindre le musée aéronautique de Kbely où il retrouvera un des triréacteurs d’origine soviétique.

Avec son code tactique 5105 le Bombardier CL-601 Challenger était donc jusqu’à la semaine dernière l’avion de référence de la Vzdušné síly pour les transports de hautes personnalités civiles et militaires. Il n’était d’ailleurs pas rare de le voir sur les aéroports de Bruxelles et de Strasbourg, amenant des VIP tchèques auprès des instances décisionnelles européennes. C’est donc désormais terminé.

Depuis quelques mois les parlementaires tchèques faisaient pression sur le ministère de la défense pour qu’il se sépare de ce biréacteur jugé en réalité trop coûteux à l’usage. Beaucoup le voyaient aussi comme usé par les années de service et notamment son récent emploi secondaire d’ambulance volante.
L’hypothèse d’un remplacement avion pour avion était alors envisagé. Ce ne sera pas le cas, les Tchèques n’ayant pas trouver l’avion espéré. Plusieurs candidats sont en lice selon la presse locale : Bombardier Challenger 300, Dassault Aviation Falcon 2000, Embraer Phenom 300, ou encore Pilatus PC-24. Ce dernier pourrait avoir les faveurs gouvernementales.

Pour la République Tchèque ce Challenger était bien plus qu’un simple avion de transport prioritaire. Livré par Bombardier au standard CL-601-3A il était alors le premier aéronef militaire qui ne soit pas originaire d’Union Soviétique ou du Pacte de Varsovie. Il représentait donc la première occidentalisation d’une force aérienne qui se voulait atlantiste et européenne dès la fin de la guerre froide. Le Challenger 5105 était donc avant tout un symbole de la renaissance de l’aéronautique dans ce pays issu de la partition de l’ex-Tchécoslovaquie.
Dans le cas de l’avionneur canadien cet avion fut le premier, marchés civils et militaires réunis, à être vendu dans un ancien «pays de l’est». Il est donc également symbolique pour Bombardier.

Photos © Vzdušné síly.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom