Cet exercice s’inscrit dans les étroites relations américano-nipponnes. La Kaijō Jieitai, la marine d’autodéfense japonaise, a récemment fait modifier son porte-hélicoptères Izumo afin d’en faire un porte-aéronefs capable d’accueillir le Lockheed-Martin F-35B Lightning II. Seul problème elle ne disposera pas de tels avions avant au moins vingt mois et doit donc faire appel à l’US Department of Defense pour valider l’emploi de ces chasseurs furtifs. Ce sont évidemment des avions et personnels de l’US Marines Corps qui s’y collent.

Si les avions de l’escadron VMFA-242 Bats ont bien quitté leur base de MCAS Iwakuni dans le sud-ouest du Japon ce samedi 2 octobre 2021 en après-midi pour rejoindre le porte-aéronefs ils ont du attendre le lendemain pour débuter la campagne d’essais à la mer. Ils étaient accompagnés d’un convertiplane de soutien logistique Bell-Boeing MV-22B Osprey chargé d’acheminer personnels et matériels à bord. L’unité d’appartenance de ce dernier n’a pas été révélée par le Pentagone, un oubli sans doute.

Outre les phases d’appontages et de décollages permettant de vérifier la bonne tenue du pont d’envol vis à vis des F-35B Lightning II la campagne d’essais a permis de tester d’autres aspects de l’embarquement de chasseurs. Et en premier lieu leurs déplacement sur le dit pont d’envol autant que leur stockage à bord du bâtiment de guerre. Dans ce cas il s’agissait autant de l’entreposage à l’air libre qu’en hangars. Les personnels de l’US Marines Corps ont pu apporter leur expertise à leurs collègues de la Kaijō Jieitai. Ces derniers ont ainsi peaufiner leurs connaissance en matière de mise en œuvre de la mécanique autant que de l’armement.

Les premiers F-35B Lightning II de l’aéronavale japonaise sont attendus pour le second semestre 2023. Ils devraient embarquer quelques mois plus tard. Qu’il semble finalement loin le temps où le Japon envisageait de transformer son porte-hélicoptères en porte-avions CATOBAR. La raison lui est revenue.
D’ici là d’autres exercices américano-nippons de ce genre pourraient encore avoir lieux.

Photo © US Navy.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Le pont d’envol est assez long pour le F-35B sans rampe verticale comme sur les PA anglais ? J’imagine que sans cette rampe, les F-35 ne peuvent pas être aussi chargés que leurs homologues anglais… Ca fait une corde de plus à l’arc japonais mais ça ressemble plus à une solution de repli qu’à une vraie capacité, non ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom