Airbus Helicopters, Kaman ou encore MD Helicopters travaillent également sur des appareils similaires. Depuis plusieurs mois maintenant la très puissante DARPA pilote un programme d’hélicoptère autonome aux côtés du constructeur Sikorsky. Leur idée est de disposer à moyen terme d’un équipement permettant à des UH-60 Blackhawk d’opérer sans aucune intervention humaine dans le cockpit. Il s’agit avant tout de prolonger l’espérance de vie de ces machines au sein de l’US Army.

Alors drones ou véritables hélicoptères, que sont ces machines ? En fait un peu des deux ou plutôt des hélicoptères disposant d’une technologie issue de celle des aéronefs sans pilote. Pour autant il ne s’agit pas de transformer le Blackhawk en drone comme cela a pu être fait avec le Bell 407 devenu Northrop-Grumman MQ-8C Fire Scout II ou avec le Guimbal G2 Cabri devenu Airbus DS VSR700. L’idée est bien de disposer d’hélicoptères ayant une capacité secondaire à être télé-opérés.

Techniquement en fait la plus part des grands hélicoptéristes savent désormais le faire. Faire voler une voilure tournante qu’elle pèse quelques centaines de kilogrammes ou deux trois tonnes c’est rigoureusement la même chose, la technologie est la même. Le frein actuellement est humain : la peur.

C’est la peur de l’accident, celle de l’appareil qui n’a pas de pilote vers qui se tourner si quelque chose cloche à bord de la cabine de l’hélicoptère. C’est aussi la peur qu’un télépilote ne soit pas capable de réagir correctement depuis son shelter si l’hélicoptère essuie des tirs ennemis. Car il ne s’agit pas là d’un General Atomics MQ-9 Reaper allant frapper à distance de sécurité une cible terroriste au fin fond de l’Afghanistan ou du Sahel, il s’agit d’un Sikorsky UH-60 Blackhawk possiblement chargé de fantassins voire de blessés. La charge psychologique est très différente.
Et cette peur hante les ingénieurs de la DARPA (la très secrète Defense Advanced Research Projects Agency) autant que ceux de Sikorsky depuis qu’ils se sont lancés dans le programme fin 2016.

Pour autant un pas important sera bientôt franchi : le premier vol autonome d’un Sikorsky UH-60M Blackhawk. Il est officiellement annoncé par l’agence et par l’hélicoptériste pour janvier 2022. Bien entendu l’hélicoptère n’emportera aucun passager !
Pour cette phase il faudra attendre sans doute encore plusieurs mois. La sécurité se doit d’être au top avant de mettre en danger n’importe quelle vie. En tous cas c’est une aventure technologique passionnante qui préfigure aussi le futur… des drones.
En effet on pourrait parfaitement envisager sous quinze à vingt ans des hélicoptères totalement autonomes, des drones de transport tactique, déposant GI’s et Marines sur un champ de bataille sans pour autant exposer les équipages. La guerre du futur se dessine actuellement.
Affaire à suivre.

Photo © US Department of Defense.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom