C’est un des enseignements de l’actuelle crise sanitaire du Covid-19. À ce jour la Vzdušné síly armády Ceské republiky, c’est à dire la force aérienne tchèque, fait reposer ses missions dites parapubliques sur trois de ses dix hélicoptères P.Z.L. W-3A Sokol de facture polonaise. Destinés avant tout aux opérations d’évacuation sanitaire et de recherches-sauvetages en zone de moyenne montagne ils auraient bien besoin d’être remplacés. C’est là les résultats d’un audit mené tout au long de l’année 2021.

En Tchéquie le W-3A Sokol joue aussi aux pompiers du ciel.

Celui-ci indique que les trois hélicoptères sont non seulement particulièrement usés mais en outre une modernisation de leur avionique serait inutile aux regards des standards internationaux, tant vis-à-vis de l’OTAN que de l’Union Européenne. Dans ce pays totalement enclavé pas besoin d’hélicoptères ayant des capacités navales par contre le relief de moyenne montagne présent en Moravie et dans les Sudètes oblige l’aviation tchèque à aligner des hélicoptères pouvant opérer dans ce genre de cadre.
L’un des points particulièrement souligné par l’audit des parlementaires tchèques est l’exiguïté de la cabine du W-3A Sokol une fois un brancard médicalisé embarqué. Seuls deux soignants peuvent y prendre places, à condition de ne pas être trop grands. En outre l’accessibilité à la dite cabine est jugé très difficile par les mêmes parlementaires.

Un audit parlementaire qui au final plaide pour un retrait prochain du service de ces trois appareils, au profit de machines neuves achetées spécialement. Il faut savoir que la Vzdušné síly armády Ceské republiky aligne actuellement un total de dix P.Z.L. W-3A Sokol auxquels appartiennent les trois exemplaires visés ici par le travail des élus. Les sept autres sont classiquement employés pour des missions de liaisons et de transport d’assaut.
Il est à signaler qu’ils ne sont pas prévus pour être remplacés par les huit Bell UH-1Y Venom commandés il y a un peu plus de deux ans. Ces derniers doivent succéder aux plus vieux des Mil Mi-8 Hip / Mi-17 Hip-H de facture soviétiques.

Sans donner de piste d’acquisition les parlementaires tchèques indiquaient fin 2021 que dans l’idéal une sélection d’hélicoptères dans le courant 2022 devrait avoir lieu. Ils recommandaient juste le recours à un modèle biturbine jugé plus sécurisant qu’un monoturbine.
En outre les trois W-3A Sokol parapubliques tchèques sont optimisés depuis 2017 pour la lutte anti-incendie à l’aide d’un Bambi bucket de 860 litres. Un équipement que peuvent emporter actuellement quasiment tous les hélicoptères du marché.

Faire entrer un patient médicalisé relève de tout sauf de la sinécure sur W-3A Sokol.

Voyons donc à quels modèles les militaires tchèques pourraient faire appel sans trop casser leur tirelire. Et force est de constater que trois sortent vraiment du lot : les AgustaWestland AW.169 et Airbus Helicopters H145 européens et le Bell 429 Global Ranger américain. La Tchéquie étant membre de l’OTAN les Kamov Ka-226 Hoodlum-C et Kazan Ansat russes n’ont absolument aucune chance de l’emporter !
Reste à savoir si les militaires suivront les avis des parlementaires, l’avenir nous le dira.

Photos © ministère tchèque de la défense.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom