Jusqu’où ira la barbarie des forces aériennes et terrestres russes ? Ce mercredi 9 mars 2022 des avions d’attaque Sukhoi Su-24 Fencer appartenant à la fédération de Russie ont tiré des bombes lisses contre des positions civiles de la ville portuaire de Marioupol dans le sud-est ukrainien. Parmi les objectifs ainsi bombardés on retrouvait le principal hôpital de la ville, et notamment son service pédiatrique. Le dictateur Vladimir Poutine va vraiment avoir du mal à nous expliquer qu’il traque les terroristes qu’il qualifie quotidiennement de «nazis».

Officiellement, ou tout du moins pour les opinions publiques russes et biélorusses, les forces aériennes et terrestres russes mènent une opération antiterroriste qualifiée d’humanitaire par le Kremlin. En français on appelle ça une invasion militaire d’un état souverain. Et les médias russes insistent sur le caractère dit de «dénazification» menés par les troupes russes en Ukraine. Le pays serait donc dirigé selon Poutine par un Zelensky ayant une idéologie autoritaire et totalement d’obédience hitlérienne.

Pour le maître du Kremlin, et ses soutiens, cela permet de justifier donc de bombardements quotidiens, nuit et jour, menés par les forces aériennes et l’artillerie déployés par Moscou. Sauf que depuis plus d’une semaine les frappes aériennes concernent majoritairement des objectifs civils, et parfois très éloignés du moindre caractère prétendument nazi. On se souvient jeudi dernier d’un groupe scolaire totalement rayé de la carte à Tchernihiv par l’aviation russe. On pensait alors avoir touché le fond, que jamais les aviateurs russes n’oseraient aller plus loin dans l’horreur. On avait tort.

On l’a découvert ce mercredi 9 mars 2022 quand deux Su-24 Fencer russes ont tiré des bombes lisses de 500 kilogrammes contre le principal hôpital de Marioupol. Sur les quatre munitions lancées il semble que l’une n’ait pas fonctionné et ait été retrouvée par les autorités ukrainiennes. L’occasion d’ailleurs de saluer le remarquable travail des démineurs locaux qui depuis le début de la guerre s’activent à empêcher les munitions russes non explosées de faire des dégâts et de tuer. Sauf que les trois ayant explosées ont réellement fait d’énormes dégâts. Une grosse partie du service pédiatrique ainsi que celui de radiographie ont été détruits. Trois personnes sont mortes, deux soignantes et une jeune patiente de 7 ans. Dix-sept soignants, proches, et patients ont été blessés. Cinq enfants figurent parmi eux.
Comment en 2022 l’aviation russe peut t-elle justifier de vouloir tuer des «nazis» en attaquant un hôpital et en assassinant lâchement soignants et patients ? Cette fillette était t-elle aux yeux des pilotes russes une nazie ?

Puisque Vladimir Poutine clame haut et fort qu’il traque des nazis en Ukraine qu’il regarde alors ses pilotes dans le blanc des yeux ! Leurs Su-24 Fencer et Su-25 Frogfoot sont à l’Ukraine de 2022 ce que les Ju 87 Stuka étaient à la Pologne de 1939 et à la Belgique et la France de 1940.

Photo © ministère russe de la défense.

NDLR : Certain(e)s nous feront sans doute le procès d’intentions qu’on nous fait depuis le début de cette guerre russo-ukrainienne de manquer de neutralité. L’auteur de l’article assume pleinement l’orientation pro-ukrainienne de sa prose. En même temps comment peut t-on rester neutre face à une aviation russe qui frappe des écoles et des hôpitaux ? Ce sont nos valeurs humanistes qui nous interdisent de rester neutres.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Vous avez tout à fait raison, il est temps d’ouvrir les yeux, l’armée d’invasion russe de 190000 hommes se retrouve mise en échec par l’armée Ukrainienne passablement moins forte.
    Et comme à leur habitudes les armées de Poutine, se vengent sur les civils afin de faire plier les Ukrainiens.
    Comment peut-on encore croire à ce que raconte mr Poutine et ses sbires, qui non aucun scrupule à raser un pays, ses villes et habitants sous les bombes,.
    Ces dirigeants russe non de plus aucun respect pour leur soldats, envoyés au combat sous de faux prétextes, sans logistique, ni soutient. Leur seul espoir étant pour nombre d’entre eux la désertion, se faire capturer où retourner les pieds devant, vers la Biélorussie pour se faire incinérer.
    Il serait peut-être temps d’envoyer des systèmes anti-aérien un peu plus conséquents que des manpads afin de renvoyer la monnaie de leur pièces à l’aviation russe.
    Pour les personnes qui trouverais ma prose orientée, je l’assume. A un moment il faut savoir choisir son camp.
    Bien à vous

    • En fait les manpads suffisent largement aux Ukrainiens vu que pour une raison de difficulté à cibler depuis la haute altitude les Su-24, Su-25, et Su-34 russes en sont réduits à bombarder depuis la basse altitude. Pas de bol pour eux c’est le domaine d’excellence des missiles type Stinger.

      • Bonsoir Arnaud,
        Oui
        Évidemment les manpads fonctionnent, mais on voit quand même une certaine limite, une défense anti aérienne sur les couches supérieures permettrais une sorte de no fly zone. Et laisserais respirer les populations civile.
        Merci pour votre site.
        Bien à vous

  2. D’ailleurs on peux se demander pourquoi ils n’arrivent pas a larguer depuis 10.000 m ? D’accord pour les avions d’appui au sol (su 25) et hélicoptères mais les autres SU-24 et 34. Peut être que l’on brouille GLONASS ou qu’il n’ont pas de bombes guidées.

    • Impossible d’utiliser les bombes guidées par laser, il y a une épaisse couverture nuageuse sur l’Ukraine la plupart du temps. Et oui c’est encore l’hiver. Celà oblige à bombarder en dessous de 3000/4000m, en dessous du plafond nuageux, et c’est là le domaine d’action des Stinger. Reste les bombes guidées par Glonass…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom