Alors que le monde entier a les yeux rivés sur les exactions commises en Ukraine les États-Unis protègent leur «presque frontière» commune avec la Russie. Et en Alaska ce sont les pilotes des chasseurs furtifs Lockheed-Martin F-22A Raptor du 3rd Wing des Pacific Air Forces qui assurent cette mission. Leurs patrouilles quotidiennes leur permettent d’anticiper toute approche illicite de l’aviation stratégique russe. Celles-ci sont cependant, de manière assez bizarre, en nette diminution depuis deux semaines.

Il faut dire que pour Washington DC les vols à longue distance de l’aviation stratégique russe sont tout sauf une surprise. Si généralement ce sont des bombardiers stratégiques de type Tupolev Tu-95 Bear il arrive aussi que des Tu-142 Bear-J de reconnaissance maritime à long rayon d’action soient interceptés par les chasseurs américains. De plus en plus fréquemment ces énormes avions turbopropulsés sont accompagnés de chasseurs, généralement des Sukhoi Su-35 Flanker-E. Dans l’esprit des généraux russes ces derniers sont sans doute sensés impressionner les pilotes de Lockheed-Martin F-22A Raptor.
Comme si un chasseur de génération 4.5 pouvait vraiment épater des militaires habitués à voler sur chasseur de cinquième génération.

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par les forces russes le NORAD, en charge rappelons-le de la défense nord-américaine, a sensiblement renforcé les missions de défense aérienne et d’interception du 3rd Wing. Afin de permettre à celles-ci d’avoir lieu un avions de surveillance radar Boeing E-3B/C Sentry appartenant également à cette formation est placé en alerte H24. Ceux-ci volent quasiment sans discontinuer.
Les Boeing KC-135R Stratotanker du 168th Wing de l’Air National Guard d’Alaska leur apporte le soutien en carburant.

F-22A Raptor du 3rd Wing de l’US Air Force dans leur élément naturel : l’Alaska.

Pour autant depuis quelques jours les radaristes américains et canadiens du NORAD constatent une légère diminution des vols longue distance de l’aviation stratégique russe. Au-dessus du très sensible détroit de Béring les approches russes sont moins fréquentes, un peu comme si Moscou n’osait pas risquer l’incident diplomatique de trop avec les États-Unis.
Actuellement donc les pilotes de F-22A Raptor continuent de protéger l’espace aérien alaskéen des menaces d’espionnage aéroporté de la Russie.

Photos © US Department of Defense.

 

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Toujours aussi élégant le Raptor. Ce qui me fascine sur cet avion entre autres, c’est la verrière. Elle est en un seul morceau, et pas un arceau. Vision parfaite pour le pilote. On dirait qu’il est installé à l’intérieur d’une bulle de savon.
    Une verrière à 182 000€ a cause son traitement anti-radar à base d’oxyde d’indium-étain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom