Vingt-et-un ans plus tard l’acte des terroristes d’Al-Qaïda contre la côte est des États-Unis semble toujours aussi monstrueux et déshumanisé. Le 11 septembre demeure une date à jamais marqué d’infamie et d’horreur, celle aussi d’une journée que l’aviation civile commerciale n’aurait jamais dû connaitre. Et cette année, comme les années précédentes, à l’heure où les avions de ligne ont frappé les tours du World Trade Center des General Dynamics F-16C Fighting Falcon de la patrouille des Thunderbirds ont survolé New York. Une manière comme une autre d’honorer les victimes innocentes mais également les policiers et pompiers de la ville.

Les Thunderbirds laissent Central Park sur leur droite.

Entre les deux avions qui se sont écrasés sur les tours jumelles du World Trade Center, celui qui a percuté le Pentagone, et celui dont ses passagers ont réussi à reprendre le contrôle afin le projeter dans une zone non habitée de la bourgade de Shanksville ce sont près de 3000 innocents qui ont trouvé la mort.
Ces 2977 victimes directes sont aussi bien les passagers et membres d’équipage des quatre avions de ligne, mais aussi les employés des tours new-yorkaises, celles et ceux du Pentagone, les touristes présents dans la mégapole américaine, et bien sûr les policiers et pompiers piégés dans le World Trade Center lors de son double effondrement.
Pourtant aujourd’hui le bilan humain dépasse les 6500 morts en raison des atteintes cardiopulmonaires des secouristes et des suicides liés aux dépressions nerveuses des survivants. Le syndrome du 11 septembre est un mal que les médecins new yorkais connaissent bien, il est lié aux centaines de milliers de tonnes de poussières toxiques absorbées par les femmes et les hommes présents dans Manhattan quand l’attentat eut lieu.

Pour quelques minutes les F-16C Fighting Falcon des Thunderbirds volent la vedette au majestueux Empire State Building.

C’est donc à toutes ces victimes que l’US Air Force a rendu hommage ce matin sur la côte est des États-Unis. Pour cela cinq F-16C Fighting Falcon des Thunderbirds ont survolé la «ville qui ne dort jamais». Comme un clin d’œil de l’Histoire il faisait là encore très beau ce dimanche 11 septembre 2022, un peu comme il y a 21 ans. Les jets américains ont survolé les grandes artères et monuments de New York, de la Statue de la Liberté au Madison Square Garden en passant par Central Park et bien entendu Ground Zero. À l’heure où les deux tours furent frappés la ville s’est figée, levant les yeux vers la patrouille de démonstration. L’Amérique n’oublie pas, le monde non plus.

Photos © US Air Force

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom