Même si l’année 2022 aura été particulièrement riche, en raison d’une actualité dense, la présence de l’Aviation Royale Canadienne en Roumanie c’est huit ans de fidélité. Déployés dans le cadre des eAP, les enhanced Air Policing de l’OTAN, les pilotes de McDonnell-Douglas CF-188 Hornet ont terminé leur mission de police du ciel ce jeudi 1er décembre 2022. Pendant ses derniers mois ils ont ainsi pu renforcer leurs collègues de la Fortele Aeriene Romane qui volent sur General Dynamics F-16MLU Fighting Falcon. Ce sont désormais des aviateurs italiens qui reprennent la mission.

Désormais donc les militaires canadiens vont pouvoir entamer leur retour à la maison. Pour cela ils pourront compter sur l’Airbus DS CC-150 Polaris, déjà employé dans la région pour couvrir ce déploiement. En effet ce gros biréacteur d’origine européenne a mené plusieurs vols de soutien logistique et de ravitaillement en vol. Il va être nécessaire au rapatriement de la centaine de militaires de l’ARC présents en Roumanie.

Malgré son âge le McDonnell-Douglas CF-188 Hornet demeure un impressionnant chasseur.

Depuis l’été dernier et leur arrivée en Roumanie les militaires canadiens ont pu vivre intensément leur mission. Car contrairement aux années précédentes la tension était cette année réellement palpable. La Roumanie, comme d’autres pays d’Europe centrale et orientale, est sous la menace directe des forces aériennes et navales de la fédération de Russie. Et depuis qu’en février dernier le dictateur Vladimir Poutine a décidé d’attaquer l’Ukraine sans raison ces menaces sont bien réelles. D’autant que le maître du Kremlin continue de considérer la Mer Noire comme sa mare nostrum, au grand dam des autorités bulgares et roumaines.

De ce fait les pilotes canadiens ont pu faire voler leurs McDonnell-Douglas CF-188 Hornet au-dessus de celle-ci afin de faire valoir la souveraineté de la Roumanie au-dessus de ses eaux territoriales. Chasseurs biréacteurs d’ancienne génération mais toujours très impressionnants ceux-ci représentent un adversaire de poids pour l’aviation stratégique et la chasse russes. Fort heureusement aucune rencontre particulièrement tendue n’a eu lieu, les rares identifications menées par l’Aviation Royale Canadienne s’étant déroulées sans embuche.

Passage de témoin italo-canadien !

Présents régulièrement, au moins une fois par an, depuis 2014 les pilotes canadiens connaissent parfaitement l’environnement de travail en Roumanie. Ils sont désormais parfaitement interopérables avec leurs homologues de la Fortele Aeriene Romane. À n’en pas douter l’année 2023 sera encore synonyme de présence nord-américaine dans cette partie de l’Union Européenne et de l’OTAN.
En attendant ce sont les pilotes de l’Aeronautica Militare et leurs Eurofighter EF-2000 Typhoon qui prennent le relais dès ce premier jour de décembre.

Photos © Aviation Royale Canadienne.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Sympa la dernière photo avec le Hornet et le Typhoon. On a rarement l’occasion de les voir cote à cote.
    D’ailleurs, jusqu’ici j’avais le sentiment que le Hornet était bien plus gros que le Typhoon alors que finalement pas tant que ça ! Question de ligne sans doute.

  2. Merci Arnaud pour l’article sur l’Aviation Royale Canadienne toujours content d’avoir des nouvelles de nos soldats a l’étranger. Ici les médias en parle rarement alors merci et au plaisir de lire un prochain article lors d’un prochain déploiement avec le Hornet ou le F-35.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom