Les essais en vol du futur chasseur sud-coréen de génération 4.5 se poursuivent, et viennent même de franchir une étape symbolique. Ce mardi 17 janvier 2023 en après-midi le Korean Aerospace Industries KF-21 Boramae a volé à la vitesse du son durant un vol d’essais d’un peu moins d’une heure. Pour mémoire la Republic Of Korea Air Force entend disposer de ses premiers exemplaires de série d’ici environ trois ans et demi. Contrairement à ce que nous pensions initialement et bien que faisant appel à la technologie dite furtive ce futur chasseur n’est pas classé en 5e génération car il ne possède pas de soute interne pour son armement.

Il était 15 heures 15 en heure locale, soit 7 heures 15 en heure de Paris, quand le KAI KF-21 Boramae 001 a donc franchi en vol horizontal les 1224 kilomètres heures à l’altitude de 40 000 pieds. Cela représente 12 192 mètres. Le bang supersonique a été entendu, et les enregistreurs de vol du prototype ont donc confirmé que désormais le chasseur sud-coréen était supersonique. Mach 1 est avant tout un symbole certes mais c’est aussi une étape importante quand vous voulez développer un avion de combat digne de ce nom.

Le vol d’essais n’a duré que cinquante-six minutes depuis la base d’essais de Sacheon à 300 kilomètres au sud de Séoul. Très rapidement les autorités sud-coréennes ont salué cette étape, et notamment le ministre de la défense monsieur Lee Jong-Sup. L’information a été relayé d’abord par l’agence de presse officielle Yonhap puis par l’avionneur lui-même.
Les porte-paroles de ce dernier ont indiqué que structurellement l’avion avait parfaitement répondu aux attentes lors de ce premier vol supersonique.
Pour mémoire ce prototype a volé pour la première fois à l’été dernier, le 19 juillet 2022.

Nous continuerons de vous informer sur l’évolution du programme d’essais de ce chasseur.
Affaire donc à suivre.

Photo © KAI.

Publicité

11 COMMENTAIRES

  1. Bonjour cher administrateur,
    Je peine à voir les photos illustratives qui sont là plupart du temps cachées par les lettres du titre. Pourriez vous remettre cette photo a la fin de l’article pour qu’elle apparaisse ainsi non masquée.
    Merci par avance et encore bravo pour toutes ces informations qui rendent l’actualité aéronautique vivante.

    • Bonjour monsieur Nicot, désolé je viens juste de voir votre question. Afin d’approfondir la réponse déjà donné par notre lecteur Dimitri je vous indique que si vous vous trouvez sur un PC il vous suffit de placer le curseur de la souris sur la photo, de réaliser un clique droit et d’aller cliquer sur la mention « ouvrir le lien dans un nouvel onglet ». Ainsi la photo apparaîtra vierge de tout texte.
      Navré pour le retard de réponse.
      Cordialement.

  2. Mais du coup qu’elle est l’intérêt de donner ces formes si caractéristiques à un avion si son armement vient ruiner sa furtivité ?
    N’est ce pas finalement plus marketing qu’autre chose ?

    • La furtivité, ce n’est pas du binaire (furtif ou pas furtif), c’est comme si on dit cette personne est grande, celle-là non, on voit bien qu’il y a toutes les tailles!
      Une SER, signature équivalente radar ne veut rien dire, il faut préciser le secteur: avant, arrière, dessous, dessus, etc.
      Les emports extérieurs (et leurs supports) contribuent bien sûr à dégrader les SER mais aussi les aubes de compresseur, les gouvernes, la dérive, etc…
      On peut améliorer ces SER en noyant une partie des emports dans le fuselage, c’est le cas du KF-21
      C’est loin d’être du marketing cet avion

    • Vous n’y êtes pas. Le Boromae comme le F-35 ne sont plus des chasseurs de supériorité aérienne au sens historique du terme ; ce sont des systèmes des systèmes.
      Cela veut dire que ce n’est n’est plus un seul vecteur qui s’infiltre, détecte et livre de l’armement ! Ces différentes taches sont dématérialisées en plusieurs vecteurs ; les systèmes de détection ne sont plus sur l’avion exclusivement, mais il collabore avec d’autres stations de détection au sol et des satellites. C’est la collaboration entre tous ces systèmes via le big data qui en assurent l’efficacité
      De même, l’armement n’est plus transporté par l’avion, mais par des vecteurs furtifs collaborant. Les missiles sous voilures du Boromae ne font qu’assurer une transition, le temps qu’ils développent ces vecteurs collaborant qui seront probablement des drones.
      Je suis surpris pas votre incapacité à vous projeter dans les guerres du futur, c’est plus pour demain, on y est !

  3. Bonjour,
    Je remarque que le drapeau indonésiens est présent sur l’avion.
    A part une participation financière du gouvernement indonésien je n’ai rien trouvé d’autre durant mes recherches. Savez vous si les indonésiens participe a ce programme d’une autre manière ?
    De plus l’Indonésie a récemment commandé des Rafales cela ne risque t-il pas de compromettre l’achat futur d’exemplaire de cet avion ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom