L’Armée de l’Air et de l’Espace se déploie en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie Française.

Réaliser un transit aérien de 22000 kilomètres avec escales et ravitaillements en vol n’est pas à la portée de tous les pays. C’est pourtant bien ce que font dix avions de combat de l’Armée de l’Air et de l’Espace soutenus par quatre cargos et cinq ravitailleurs en vol. On appelle cela l’opération Pégase 2023 et cela permet non seulement d’assurer des missions de souveraineté dans la très stratégique zone Asie Pacifique mais aussi de confirmer nos alliances régionales avec les Émirats Arabes Unis, la Malaisie, et Singapour. Par ailleurs les aéronefs français survoleront le territoire australien, avec toutes les autorisations diplomatiques bien sûr.

Déployer dix-neuf avions à une telle distance est loin d’être gagné. Des «super puissances» comme la Chine ou la Russie en rêvent sans doute, la France le fait ! Elle est à ce jour, avec les États-Unis et peut-être éventuellement la Grande Bretagne, la seule nation capable de cela. L’Armée de l’Air et de l’Espace est aujourd’hui non plus dans la cours des grands mais dans celle des très grands.

Alors bien sûr il n’est pas question que les dix Dassault Aviation Rafale F3-R monoplaces et biplaces, puisque ce sont eux les avions de combat en question, relient la France métropolitaine à la France ultramarine du Pacifique d’une traite. Ces 22000 kilomètres seraient cauchemardesques pour les physiques des équipages français, et ce malgré la présence des cinq ravitailleurs en vol Airbus DS A330 MRTT Phénix. D’ailleurs afin de rendre l’opération Pégase 2023 encore plus proche de ce que pourrait être un déploiement en urgence quatre Airbus DS A400M Atlas accompagnent les quinze biréacteurs.

Le déploiement vers la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie Française est donc découpé en trois escales. Les dix-neuf avions rejoignent d’abord les Émirats Arabes Unis distants de la France de 5000 kilomètres puis ils redécollent et se scindent en deux formations distinctes. La première composée de deux A330 MRTT, deux A400M, et quatre Rafale F3-R rejoint la Malaisie à 5500 kilomètres de là tandis que la deuxième avec trois A330 MRTT, deux A400M, et six Rafale F3-R vole jusqu’à Singapour à 5900 kilomètres de distance. Redécollant de Malaisie les huit avions français font route vers la Nouvelle-Calédonie à une distance de 7300 kilomètres. Par contre les onze autres appareils doivent franchir 11800 kilomètres pour rejoindre la Polynésie Française.
Pégase 2023 est une opération ambitieuse qui permet de montrer la force de l’Armée de l’Air et de l’Espace.

Première escale de Pégase 2023 sur la Base Aérienne 104 d’Al Dhafra aux Émirats Arabes Unis.

Pour nos concitoyens ultramarins du Pacifique c’est aussi l’occasion d’approcher de près trois fleurons des Armées françaises. Les quatre Airbus DS A400M Atlas ne volent pas à vide puisqu’au total 320 personnels français participent au déploiement tandis que cinquante-cinq tonnes de fret sont acheminés depuis la métropole.
Mais surtout c’est message fort envoyé à la Chine et à son expansionnisme totalement avéré dans la région.
Pour mémoire la précédente opération Pégase avait eu lieu en septembre dernier.

Affaire donc à suivre.

Photos © ministère des Armées.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

6 réponses

  1. Ne boudons pas notre plaisir, c’est une très belle démonstration du savoir-faire de l’AAE, du professionnalisme de ses personnels et de la qualité de ses équipements. Surtout en ces temps de vaches maigres où ce doit être la quadrature du cercle sur le plan matériel pour mettre sur pied une telle opération.
    Pour autant, en cas de déclenchement d’un conflit dans la zone Indo-Pacifique, chose de moins en moins inenvisageable, je ne suis pas certain que l’itinéraire choisi cette fois pour rejoindre la Polynésie et la Nouvelle Calédonie est le plus pertinent.
    Quid de la position des EAU, de la Malaisie et de Singapour si la Chine agresse Taiwan, enflammant ainsi toute la région.
    Je suppose que nos stratèges opteraient plutôt pour un cheminement via l’Amérique du Nord continental puis Hawaî, avec une étape de plus mais des étapes plus courtes. Parce qu’il faudra alors transporter tout l’armement et le soutien logistique d’une armée en guerre. On ne sera plus dans la démonstration de force politico-militaro-diplomatique qui est celle d’aujourd’hui.
    Et donc j’en reviens à l’idée que j’ai déjà exprimé ici-même: Pourquoi ne pas installer à demeure, en Polynésie ou en Nouvelle Calédonie, les infrastructures nécessaires pour recevoir une présence par roulement, dont la fréquence resterait à déterminer, d’un escadron mixte de défense aérienne et d’assaut?
    Bon, je sais qu’on va me renvoyer l’argument du coût, comme d’habitude, mais ma solution me semble mieux adaptée que celle d’un porte-avion… à quai!

  2. c’est impressionnant, pour sur

    question, une base de l’armée de l’air et une force conséquente de la marine permanente en NC par exemple ne serait pas plus efficace ?

  3. Je suis épaté par le nombre de déploiements de l’armée de l’air. Ça me semble complètement dingue (ACE, Pégase, forces prepositionnées, déploiement police du ciel, Poker)… sans compter la maintenance et l’évolution du matériel…. Pilotes et mécaniciens font un travail de titan! J’espère que l’on recevra des avions et pilotes supplémentaires pour accompagner ceux qui réalisent ce travail. À un moment donné, il faut juste plus d’avions de chasse et de pilotes.

  4. Oui, d’accord avec vous Math. Ils doivent faire de la corde raide tous les jours, enchaînant toutes les manœuvres françaises, la formation des nouveaux pilotes, les exercices de l’Otan et autres. Hommes et matériels très sollicités.
    Je le répète. Notre matériel est bon, mais nos Armées manquent vraiment d’épaisseur.

    Et la prochaine LPM ne changera pas grand chose. 137 Rafales au final, c’est très insuffisant. Il en aurait fallu au moins 185. En comptant que les 2000-5,arrivent bientôt en fin de carrière. Les leçons de la guerre en Ukraine ne semblent toujours pas tirées.

  5. Au départ, il était question de faire transiter vers nos îles du Pacifique 20 Rafales et 10 MRTT, mais vu que nos Rafales ne sont pas légion et le peu que l’on a ont de multiples missions au quotidien, il a fallu réduire la voilure. Mais faire voler 19 appareils loin de ses bases métropolitaines, les entretenir au quotidien pendant 1 mois est cependant 1 sacré exploit d’autant plus qu’ils vont rester 3 semaines à s’entrainer intensivement avec les forces US du Pacifique puis finir en beauté au Japon et Corée du Sud. Je trouve dommage que la Marine n’y participe pas et ne fasse pas la démonstration de son savoir faire.
    Quant aux forces prépositionnées en NC et dans nos îles polynésiennes, il en faudrait ainsi que des navires de guerre dignes de ce nom pour faire comprendre à la Chine que la France est là et bien là et qu’elle protège réellement ces territoires et non 1 à 2 fois par an depuis peu. Encore 1 fois, on parle beaucoup, on se glorifie de notre 2° ZEE mondial, on est les rois européens de l’Indo-Pacifique bla,bla, bla…. mais on ne se donne pas suffisamment les moyens de protéger nos territoires et nos ressortissants.

  6. Ben oui, Langdoc, d’accord avec vous ! Hélas ! La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf !!
    Pour cela, il manque 50 Rafales, des Casa 295 neufs, des Fremm, des frégates FDI, 3 au total, ce qui est ridicule ! Des sous marins type Barracuda 2 ou 3 de plus, un PHA de plus, classe Mistral…… Enfin, il manque beaucoup de choses…..

    Ah oui, on a une très grande surface maritime………. Indéfendable .
    Attendez que les Chinois mettent le paquet sur ces régions. Ça se finira comme le Mali et le Burkina. Les Français…. Dehors…..

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

R.A.F. NE.1

Si de nos jours les avions de combat comme le Dassault Aviation Rafale ou l’Eurofighter EF-2000 Typhoon sont aptes à voler de jour comme de

Lire la suite...