Dans le jargon de l’Armée de l’Air et de l’Espace on appelle cela une «escale valorisée». Ce lundi 12 septembre 2022 six avions militaires français, dont trois biplaces Dassault Aviation Rafale F3-R, ont rejoint Halim Perdanakusuma AB sur l’île indonésienne de Java. Une halte sur le chemin du retour après l’exercice international Pitch Black 2022 dans un pays qui a décidé en début d’année d’acquérir le chasseur omnirôle clodoaldien. L’occasion pour les militaires et officiels indonésiens d’approcher d’un peu plus près l’avion de combat sur lequel ils voleront bientôt.

Même s’il s’agit avant tout d’une escale technique dans le cadre de la mission Pégase c’est également un moment fort dans la diplomatie entre l’Indonésie et la France. Des relations qui ont, rappelons-le, permis en début d’année à Dassault Aviation d’engranger un nouveau contrat Rafale autour de quarante-deux exemplaires. Il s’agira d’exemplaires au standard F4 et non F3-R comme les trois avions qui se sont posés à Halim Perdanakusuma AB. Cette base est connue pour accueillir une partie de la flotte d’entraînement indonésienne.

Les trois Rafale B français survolent les faubourgs de Djakarta.

Les trois chasseurs français, tous des Rafale B, revenaient d’Australie et sont sur le chemin de la France. Ils sont accompagnés d’une délégation de 170 femmes et hommes de l’Armée de l’Air et de l’Espace ainsi que de trois avions de soutien. Les deux premiers sont des Airbus DS A330 MRTT Phénix de transport et de ravitaillement en vol et le troisième un avion-cargo A400M Atlas. Ce second modèle a lui aussi la particularité d’avoir été acquis par les Indonésiens, à hauteur de deux exemplaires. Les A400M indonésiens seront optimisés pour le ravitaillement en vol. C’est donc là aussi la possibilité pour les militaires de ce pays de se familiariser avec un futur matériel.

L’A400M français arrive au parking.

Il s’agit aussi pour la France de renforcer ses liens en zone Asie Pacifique avec un pays qui demeure la première nation musulmane de la planète et une puissance régionale incontestable. La mission Pégase devrait aussi faire une halte à Singapour, s’agissant là aussi d’une «escale valorisée».

Photos © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

7 COMMENTAIRES

  1. Arnaud, il n’y a eu aucun article sur le périple des Rafale jusqu’en Nouvelle Calédonie ni sur l’exercice Pitch Black. Peut-être attendiez vous des articles issus de l’AAE pour nous en parler?
    J’ai lu un commentaire twitter sur le trajet St Dizier – Nouméa, que c’était un exploit pour nos aviateurs et qu’ils avaient battus de 2000Km leurs collègues de l’année dernière qui avaient rejoint Tahiti via la Californie. Personnellement je pense que l’exploit est plutôt du côté de ces derniers car si un ravitaillement se passait mal ils n’avaient plus qu’à faire glou-glou avec l’eau « chaude » du pacifique, 1 A400M servant d’avion balai pour leur larguer un canot de sauvetage et ils devaient attendre de nombreuses heures voir des jours avant qu’un bateau ne les repêche. Là sur le trajet Inde-Darwin, il y a moyen de se dérouter même si les aéroports ne doivent pas être légion car c’est plutôt une zone équatoriale.
    J’ai lu également que la mission de transférer en Indo-Pacifique 20 Rafale et 10 A330 MRTT est décalée de plusieurs années car il y a un manque criant de Rafale disponibles avec la cession de 24 Rafale F3R d’occasion à la Grèce et à la Croatie. Et donc… que l’AAE a décidé d’exécuter tous les 2 mois une mission Rafale en Indo-Pacifique afin d’être plus présente pour les pays dont on partage les mêmes vues géopolitiques face à l’expansion sans limite de la Chine populaire. J’espère que vous nous ferez des commentaires adéquates afin d’éviter les trolls chinois…Clin d’oeil par rapport au M… 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom