Le F-16 Fighting Falcon au cœur de la rhétorique guerrière du Kremlin.

En 1940 l’oligarchie nazie craignait le Supermarine Spitfire et quatre ans plus tard le North American P-51D Mustang. Soixante-dix-huit ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale rien n’a vraiment changé si ce n’est que la Russie poutinienne a remplacé l’Allemagne hitlérienne et que c’est le General Dynamics F-16 Fighting Falcon qui est aujourd’hui au centre de toutes les craintes. Désormais le maître du Kremlin n’hésite plus à publiquement s’en prendre à ce chasseur de 4e génération conçu il y a près d’un demi-siècle au risque de se ridiculiser sur la scène internationale. Cette «opération militaire spéciale» visant à «dénazifier» l’Ukraine tourne désormais au bourbier pour les troupes russes et la communication moscovite au fiasco.

Quand l’Allemagne nazie est effrayée de voir les chasseurs Supermarine Spitfire puis North American P-51D Mustang se répandre dans les cieux de Belgique, de France, ou de Hollande c’est une crainte justifiée. Il s’agit alors de deux des meilleurs chasseurs de l’époque, parmi les plus modernes. Quand par contre la Russie poutinienne s’émeut de la future fourniture aux Ukrainiens de General Dynamics F-16MLU Fighting Falcon européens après l’acceptation de la Maison Blanche cela n’a rien de rationnel. Le F-16 n’est en rien une machine dernier cri, la version Mid-Life Update encore moins ! Surtout là où en 1944-1945 l’aviation hitlérienne n’avait plus grand-chose à opposer aux chasseurs américains et britanniques on ne peut pas franchement dire qu’en 2023 l’aviation russe soit démunie. Sur le papier elle aligne aussi bien des chasseurs de génération 4.5 Sukhoi Su-30 Flanker-C que Sukhoi Su-35 Flanker-E. Ces derniers ont d’ailleurs déjà fait parler d’eux dans ce conflit, notamment il n’y a pas longtemps face à un «très dangereux» L-410UVP polonais. En théorie ces deux modèles sont supérieurs au F-16MLU que des pays comme la Belgique, le Danemark, ou les Pays-Bas pourraient prochainement leur fournir. De ce fait on comprend mal la rhétorique obsessionnelle de Vladimir Poutine sur ces chasseurs tous construits entre la seconde moitié des années 1970 et la première des années 1980. Le maître du Kremlin craindrait t-il de vieux avions ?

Car les mots de Vladimir Poutine trahissent désormais donc son idée fixe pour cet avion mais aussi sa crainte de celui-ci. Cette dernière on la connaissait d’ailleurs déjà, son tic de langage autour de lui moins. Le maître du Kremlin n’est même plus capable de prendre la parole sur l’aide militaire internationale à l’Ukraine sans prononcer au moins une fois le terme de F-16, que ce soit dans les médias ou lors de discours officiels. Et ses expressions sont particulièrement savoureuses puisqu’il menace les pays qui fourniraient l’aviation ukrainienne en Fighting Falcon de «risques colossaux». Par ailleurs Poutine promet de «bruler» les F-16 comme son armée brule les chars de construction allemande.

On l’aura compris la Russie est obnubilée par le General Dynamics F-16MLU Fighting Falcon. Qu’est ce que sera si l’Ukraine reçoit des Dassault Aviation Mirage 2000C français ou des McDonnell-Douglas F/A-18A/B Hornet australiens ? Poutine devra alors adapter son vocabulaire.

Photo © US Air Force


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

7 Responses

  1. Bonjour,
    Ce n’est pas le « Vecteur F16 » qu’il craint, c’est ce qu’il est capable d’emporter sous ses ailes des missiles largement plus modernes capable d’aller chercher les bombardiers russes là où ils restent à l’abri quand ils larguent avec plus ou moins de précision (plutôt moins d’ailleurs) leur bombes planantes et missiles.
    Comme mentionné dans un de mes post récent, la Belgique est dans l’impossibilité de céder le moindre F16, la Force aérienne en ayant encore besoin pour un long bout de temps avant leur remplacement qui a pris un certain retard.

  2. Ce que Poutine craint, c’est bien moins un face-à-face des chasseurs de la VVS face aux F-16 MLU, que ce que ces F-16 MLU peuvent apporter au niveau air-sol. L’apport de bombes intelligentes guidées, permettrait des frappes précises et pertinentes sur des objectifs d’intérêt… ce qui risquerait de favoriser d’éventuelles percées.

    Quid de la date de début opérationnel pour ces F-16 MLU, ainsi que leur nombre, et tant mieux si cela reste un secret : l’effet de surprise n’en sera que plus grand. Puissent les forces ukrainiennes tenir jusqu’à ce moment.

    1. L’armement russe se base surtout sur de la propagande mais rien dans les faits. On l’a vu avec les fameux missiles « invincibles » qui ne le sont pas tant que ça face à du matériel de l’OTAN.
      Par conséquent je ne serais pas étonné que ça s’applique aussi aux Sukhoi. Même un « vieux » MLU leur est probablement supérieur lorsqu’il est équipé d’AMRAAM.

  3. On peut savoir combien métres de béton le Storm Shadow est capable de percer? Combien faut il de Mica pour éliminer un cible avec le SAMP/T? Le néo Naze ne sentait déjà pas très à l’aise et ne sait plus où dormir car les bunkers ne garantissent plus sa sécurité. Les F-16 avec les pilotes qui ont un couteau sous les dents près à dégommer les agresseurs, alors même avec les engins dépassés de l’ére soviétique les avions tenaient face au nec le plus ultra des Su-35 et Su-34. Il y a vraiment de quoi avoir peur de toutes les livraisons pour l’Ukraine, le paranoïa fait aussi partie du personnage.

  4. A la fin de la 2°GM, les anglais avaient le Tempest, ils arrivaient à abattre des Me262 qui étaient pourtant plus rapides. Mais il y avait aussi la loi du nombre.
    Là, même si potentiellement, le F16 est en nombre j’attends de voir combien seront réellement livrés et avec quel niveau de maj. Là où VP pourraient craindre c’est les F16-Viper mais ceux-là ne seront pas présents dans le ciel ukrainien. Pour l’interception, il faut des F16 pas trop vieux avec des Amraam 120 de presque dernière génération car les Russes ont quand même de sacrés missiles Fox3 longues distances. Pour le CAS, des plus vieux F16 feront l’affaire à condition que leur soit livré les équipements de bombardements au bon niveau.
    Là, où les russes vont savoir où vont être hébergés les F16 via leurs satellites, ils vont rapidement le savoir quand les ukrainiens se mettront à améliorer le bitume des pistes car le F16 n’est pas aussi robuste au niveau de son train de roulement que les avions soviétiques qui se contentent de pistes « russtiques ».
    Actuellement, sur le front malheureusement les forces aériennes ukrainiennes sont peu présentes. F16, F18, et autres vont arriver beaucoup trop tard pour cette offensive. Que de morts inutiles par l’inconséquence des pays donateurs!!!!
    C’est 1 an de retard entre la formation des pilotes, des maintenanciers et tout le personnel nécessaire pour le fonctionnement nominal de tout cet eco-système. Personnellement, je ne crois pas qu’il soit nécessaire de leur livrer les quelques Mirage 2000-C qui nous restent en stock car ils sont trop peu nombreux et que leur employabilité serait réduite au seul bombardement à l’aveugle car il n’a pas d’équipement Laser (style Damoclès).
    Par contre on pourrait leur donner des bombes Safran intelligentes qui peuvent être lancées à 60km de distance dans n’importe quel axe. Mais très certainement on doit en avoir trop peu en stock…

  5. Vous avez le droit d’être partial mais là sa devient vraiment lourd, c’est juste une remarque, ça reste votre site et vous écrivez ce que vous voulez.

    1. Je confirme ma totale partialité en faveur de la résistance ukrainienne et contre la dictature russe. Après si vous préférez défendre les agresseurs et les envahisseurs c’est votre droit, permettez moi de préférer celle des opprimés et des victimes.

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

DFS Olympia Meise

Dans les années 1930, les prouesses aéronautiques fascinent les foules. Il était donc dans l’air du temps d’inclure le Vol à voile comme discipline de démonstration aux

Lire la suite...