Daher Aerospace, l’autre avionneur français !

Si la plus part des Français sont capables de citer Peugeot, Renault, et Citroën comme constructeurs automobiles tricolores dès lors que l’on parle industrie aéronautique la liste s’arrête généralement à Dassault (Aviation) voire à Airbus. En fait l’aviation demeure un monde de passionnés, bien plus que l’automobile qui parle réellement au plus grand nombre, et on ne peut donc pas s’étonner de ce manque de culture aéronautique. Il faut dire que même parmi les aérophiles francophones peu pensent à citer le cas de Daher Aerospace, un avionneur qui malgré son nom a tout ce qu’il y a de plus français. Du coup on va rapidement vous présenter l’autre avionneur tricolore.

Car même s’il produit une partie de ses avions et hélicoptères dans l’Hexagone le groupe Airbus n’est pas français mais européen. Ses détracteurs lui reprochent suffisamment souvent. Ce qui n’est pas le cas de l’avionneur Daher Aerospace qui lui est 100% bleu blanc rouge. C’est d’ailleurs la branche aéronautique d’un géant de l’industrie né au XIXe siècle : l’armateur Daher. Aujourd’hui ce groupe se retrouve aussi bien dans le domaine des services que du nucléaire ou encore donc de l’aéronautique. Vous allez me dire que vous n’avez jamais entendu parler d’avions Daher ? Je ne vous croirais pas.

En fait ce groupe est présent depuis de nombreuses années dans le domaine aéronautique mais n’est réellement devenu un avionneur qu’en 2014. C’est en effet il y a 9 ans qu’il a racheté 100% de la SOCATA, un des plus prestigieux constructeurs d’avions en France. Auparavant c’était EADS qui en était propriétaire avant qu’en 2009 Daher en devienne actionnaire majoritaire puis propriétaire. Rappelons que sur un point purement historique la SOCATA c’est Morane-Saulnier. Excusez du peu. Daher Aerospace est donc héritière d’une longue histoire née avec l’aviation elle-même.

Pour autant pas question pour ce constructeur de se reposer sur les lauriers passés de ses prédécesseurs. Il veut aller vite et il réussit. Après avoir redonné un coup de jeune au TBM-700 en lui offrant les TBM940 et TBM960 il s’est même adjugé un contrat avec la Direction Générale de l’Armement afin de l’équiper en avions de liaisons rapides. Surtout le constructeur français a permis à ce monomoteur turbopropulsé de revenir sur un marché des avions d’affaire que le TBM-700 avait quelque peu laissé à son concurrent direct le Pilatus PC-12 suisse. Désormais depuis les Pyrénées on construit des avions capable de damer le pion à ceux provenant des Alpes. Car c’est dans l’historique usine tarbaise de la SOCATA que ces avions voient le jour.

L’aviation légère d’affaires et de soutien aux opérations militaires c’est une chose mais Daher Aerospace veut aller vite et se renforcer sur des segments de marchés où l’on attend pas forcément les Français. C’est ainsi qu’en 2019 l’entreprise tricolore rachète le petit avionneur américain Quest Aircraft et surtout son monomoteur phare : le Kodiak 100. Non content de reprendre sa production, toujours sur le sol américain, et sa commercialisation Daher Aerospace lui offre une descendance francisée : le Kodiak 900. Avec ces deux avions le groupe français vient flirter sur des terres où l’on attend plutôt les avionneurs originaires du Canada, des États-Unis, ou de Russie. Il s’attaque en effet au marché des avions de brousses, des avions rustiques et solides.

Comme souvent avec les avions de brousse le Daher Kodiak est proposé en version hydravion à flotteurs.

Alors certes Daher Aerospace n’est pas référencé sur la partie encyclopédique de notre site. En fait elle ne l’est pas encore mais le sera dans quelques semaines car actuellement je peaufine la fiche du TBM940/TBM960. D’ici là vous avez un avant-goût de ce constructeur, l’autre en France. Peu de chances qu’il ravisse Dassault Aviation dans le cœur des passionnés. Il pourra cependant titiller notre curiosité et agrémenter notre amour des choses de l’air par ses productions futures.

Affaire donc à suivre.

Photos © Wikimédia Commons.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

11 Responses

  1. Et… Robin Aircraft, qui est l’héritier et le repreneur de quasiment tout ce qui a existé en France en matière d’aviation légère dans les 60 « premières années » d’après la seconde guerre mondiale.

    1. Promis je parlerais de Robin Aircraft quand l’avionneur français ira mieux. Ici le sujet c’est Daher Aerospace Pierre.

  2. Il y a aussi le franco italien ATR et le petit Élixir aircraft mais également d’autres nom a l’histoire prestigieuse qui sentent bon les pionniers de l’aviation, Potez et Latécoère même s’il ont arrêtés la production d’avion depuis longtemps, ils fabriquent des pièces pour l’aéronautique.

  3. Ca veut dire quoi: « Car même s’il produit une partie de ses avions et hélicoptères dans l’Hexagone le groupe Airbus n’est pas français mais européen. Ses détracteurs lui reprochent suffisamment souvent ». ??

  4. L’aéronautique française se porte mieux donc que l’automobile. Dommage en effet que cet avionneur soit si peu connu. Je fais un petit HS Arnaud pour te remercier de nous faire découvrir de nouveaux vieux avions comme l’Avro Antelope et le Hannover CL-III.

  5. Excellent article, qui a le mérite de « remettre l’église au centre du village » : certes, Daher est peu connu parce qu’assez récent en aéronautique, mais c’est bien de rappeler que Daher, c’est aussi la SOCATA, et surtout Morane-Saulnier, excusez du peu ! … Merci et bravo, Arnaud !
    Quand on évoque Daher et le splendide TBM700 et tous ses non moins splendides successeurs, bien qu’ému par la beauté de l’avion et ses performances, le coq chauvin qui sommeille en moi éprouve tout de même un petit regret : qu’il ne soit pas animé par Turboméca _ pardon, Safran Helicopter Engines, il faut dire maintenant …

    1. En tous cas a sa tête aujourd’hui c’est un ancien de safran a Tarbes où on fabrique les TBM (pour le moment)

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

DFS Olympia Meise

Dans les années 1930, les prouesses aéronautiques fascinent les foules. Il était donc dans l’air du temps d’inclure le Vol à voile comme discipline de démonstration aux

Lire la suite...