FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Canadair CL-13 Sabre
Constructeur : Canadair Ltd
Désignation : CL-13
Nom / Surnom : Sabre
Code allié / OTAN :
Variante : F-86A/O, F-86E/O
Mise en service : 1950
Pays d'origine : Canada
Catégorie : Chasseurs de l'après-guerre
Rôle et missions : Chasseur, chasseur-bombardier, intercepteur.

HISTOIRE

Canadair CL-13 Sabre :
Une amélioration notable du célèbre chasseur américain”

En France le nom de Canadair est entré dans le langage courant comme synonyme d’avions bombardiers d’eau, à cause de l’amphibie bimoteur CL-215. Ailleurs dans le monde c’est avant tout un prestigieux avionneur qui exista durant une quarantaine d’années et su produire des aéronefs particulièrement réussis. Canadair s’illustra également comme un industriel très compétent dans l’adaptation aux critères canadiens d’avions étrangers, à l’image du CL-44 Yukon aux origines britanniques. L’une de ses plus belles réussites dans ce domaine fut le chasseur à réaction Canadair CL-13 Sabre.

Comme nombre de forces aériennes alliés d’après-guerre la Royal Canadian Air Force chercha à se doter de chasseurs à réaction de nouvelle génération. Au cours de l’année 1948 elle jeta son dévolu sur le North American F-86 Sabre jugé supérieur aux Gloster Meteor F Mk-3 et Republic F-84 Thunderjet qui lui furent également proposé.
À cette époque l’aviation canadienne avait déjà entamé sa transformation vers les jets de chasse grâce aux quatre-vingt-six De Havilland Vampire F Mk-3 fournis par la Grande Bretagne. L’accord avec North American était pourtant bien plus ambitieux.

En effet il concernait deux cent quatre-vingt-huit avions, prototype compris. Oui un prototype était bien dedans ! En fait l’accord américano-canadien prévoyait une construction locale via Canadair autour d’un réacteur lui-aussi construit dans le pays : l’Avro-Canada TR.5 Orenda. L’avion reçut la désignation de CL-13 Sabre. Pourtant tout ne se passa pas comme prévu, et ce malgré la bonne volonté affichée autant chez Canadair que chez North American. En fait c’est le motoriste qui rencontrait de vrais soucis dans la mise au point de son turboréacteur. À tel point même qu’à l’été 1949 la Royal Canadian Air Force hésita à annuler le programme et à se retourner vers le motoriste américain General Electric. Pour autant elle n’en fit rien.

Ainsi au début de l’été 1950 l’Avro Canada TR.5 Orenda fut monté à bord du prototype Sabre Mk-1. Il réalisa son premier vol le 9 août 1950. Pour autant l’accord signé avec les Américains prévoyait que l’US Air Force reçoive un premier lot de cent avions de série, des F-86A/O. O pour Orenda. Assez proches du Sabre Mk-1 ils n’intéressèrent pas la Royal Canadian Air Force qui leur préféra le Sabre Mk-2 plus moderne et proche dans sa définition du F-86E.
Aux deux-cent quatre-vingt-sept avions de série concernés par la commande d’origine s’ajoutèrent soixante exemplaires pour l’US Air Force, connus comme F-86E/O et trois essayés par la Royal Air Force comme Sabre F Mk-2B.

Tous les Canadair CL-13 Sabre de la Royal Canadian Air Force n’étaient pas appelés à servir en Amérique du nord. Plusieurs dizaines furent déployés sur les bases de l’OTAN sises en Allemagne de l’Ouest, en France, ou encore en Italie. Les Sabre à feuille d’érable volaient donc dans deux régions du monde.

Si un seul Sabre Mk-3 fut produit, comme banc d’essais volant pour le compte d’Avro-Canada, le développement du chasseur se poursuivit avec le Sabre Mk-4. Cet avion n’avait pas été conçu pour les besoins canadiens mais britanniques suite à une commande pour quatre-cent trente-huit avions destinés à la défense aérienne. Il est à noter qu’à l’été 1954 la Royal Air Force rétrocéda dix de ces Sabre F Mk-4 à une base de la Royal Canadian Air Force sise en Angleterre.
En greffant le turboréacteur Orenda Mk-10 sur la cellule du F-86F Canadair donna naissance au Sabre Mk-5 dont trois-cents soixante-dix exemplaires furent assemblés pour les seuls besoins de la RCAF. En janvier 1956 suite à un accord avec l’OTAN le gouvernement canadien offrit soixante-quinze exemplaires de celui-ci au gouvernement ouest-allemand. Ils permirent d’équiper la Luftwaffe renaissante.

Si jusque là l’armement externe des Canadair CL-13 Sabre se résumait à des roquettes de 68mm et de 127mm ou encore en des bombes lisses cela changea avec l’apparition du Sabre Mk-6. L’avion entrait dans l’ère du missile air-air en accueillant deux AIM-9B Sidewinder sous voilure. Et cela eut un effet sur les ventes de l’avion. Aux trois-cents quatre-vingt-dix exemplaires achetés par la Royal Canadian Air Force s’ajoutèrent deux-cents vingt-cinq machines pour la Luftwaffe, trente-quatre pour la South African Air Force et six pour la Fuerza Aérea Colombiana. Le Sabre Mk-6 était ainsi la version la mieux produite et la mieux vendue à l’export, en terme de contrats.

Aux clients étrangers déjà cités il faut ajouter des pays comme la Grèce, le Honduras, l’Italie, le Pakistan, la Turquie, et la Yougoslavie qui achetèrent tous des Canadair CL-13 Sabre de seconde main. Achetés en janvier 1966 via l’Iran les Sabre pakistanais étaient d’anciens avions allemands. Ils connurent le feu cinq ans plus tard contre les chasseurs de l’Indian Air Force. Au moins huit avions de facture canadienne furent descendus par les chasseurs légers Folland Gnat indiens.
Au Canada le CL-13 Sabre ne servit pas uniquement comme chasseur pur mais également comme avion de démonstration aérienne au sein de la patrouille des Golden Hawks, l’ancêtre des actuels Snowbirds. Durant ses cinq années d’existence, de 1959 à 1964 elle utilisa sept Sabre Mk-5 pour des représentations. Plusieurs accident émaillèrent cette courte carrière dont trois mortels pour les pilotes. Le plus marquant eut lieu le 10 août 1959 quand un Sabre des Golden Hawks percuta au sol un avion de tourisme Piper PA-20 Pacer. Le pilote militaire et les deux occupants du monomoteur léger furent tués sur le coup.

Avec un peu plus de 1800 avions construits le Canadair CL-13 Sabre marqua durablement l’aventure aéronautique canadienne. Par la suite l’avionneur développa des versions propres des chasseurs américains Lockheed F-104 Starfighter et Northrop F-5 Freedom Fighter.
Entre 1952 et 1953 la célèbre aviatrice américaine Jacqueline Cochran fit d’un Sabre Mk-3 son avion personnel.
Aujourd’hui plusieurs exemplaires sont préservés dans des musées aéronautiques, principalement en Amérique du Nord et en Europe occidentale.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Canadair CL-13 Sabre Mk-6
Envergure : 11.31 m
Longueur : 11.43 m
Hauteur : 4.50 m
Motorisation : 1 turboréacteur Avro Canada Orenda Mk-14
Puissance totale : 1 x 3300 kgp. sans post-combustion
Armement : Six mitrailleuses de calibre 12.7mm et une charge externe de 2400kg comprenant roquettes en paniers, bombes lisses, et deux missiles air-air AIM-9B Sidewinder.
Charge utile :
Poids en charge : 6628 kg
Vitesse max. : 1140 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 16450 m
Distance max. : 1050 Km en mission air-air avec deux AIM-9B Sidewinder.
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Canadair CL-13 Sabre

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Canadair CL-13 Sabre

VIDÉO

Démonstration d'un warbird Sabre Mk-6 à la Ferté Alais en 2019.