Pour ce dernier opus de l’année 2017 sur les forces aériennes du monde je vous propose que nous revenions en Europe afin de nous intéresser à la Koninklijke Luchtmacht, à savoir la force aérienne des Pays-Bas. Il s’agit d’une force assez moderne, de petite taille, très polyvalente.

Comme vous allez vous en rendre compte elle possède des aéronefs qu’elle arme au profit d’autres forces du pays. Malgré cela la flotte de la Koninklijke Luchtmacht demeure assez réduite avec à peine plus de 150 avions et hélicoptères.
En l’absence de réelle nomenclature les aéronefs vous sont donnés dans l’ordre alphabétique.

  • Le Boeing AH-64 Apache, hélicoptère de combat et de reconnaissance, présent fin 2017 à hauteur de 28 exemplaires de la version AH-64D.

Le Boeing Vertol CH-47 Chinook, hélicoptère de transport et de manœuvre, présent fin 2017 à hauteur de 19 exemplaires des versions CH-47D et CH-47F.

Le Dornier Do 228, avion de surveillance côtière et de lutte contre les pollutions maritimes, présent fin 2017 à hauteur de deux exemplaires de la version Do 228-200.

L’Eurocopter AS.532 Cougar, hélicoptère d’assaut et de recherches-sauvetage au combat, présent fin 2017 à hauteur de 15 exemplaires de la version AS.532U.

Le Fokker 70, avion de transport et de soutien au profit de la famille royale, présent fin 2017 à hauteur d’un unique exemplaire de la version 70M.

Le General Dynamics F-16 Fighting Falcon, avion de combat multirôle, présent fin 2017 à hauteur de 62 exemplaires des versions F-16AM et F-16BM.

Le Gulfstream G.IV, avion de transport de hautes personnalités, présent fin 2017 à hauteur d’un unique exemplaire de la version G.IV-SP.

Le Lockheed C-130 Hercules, avion de transport tactique, présent fin 2017 à hauteur de quatre exemplaires de la version C-130H.

Le Lockheed-Martin F-35 Lightning II, avion de combat multirôle, présent fin 2017 à hauteur de quatre exemplaires de la version F-35A.

Le McDonnell Douglas KDC-10, avion de ravitaillement en vol et de transport à long rayon d’action, présent fin 2017 à hauteur de deux exemplaires de la version KDC-10-30.

Le NH-Industries NH90, hélicoptère de combat maritime et de recherches-sauvetages en mer, présent fin 2017 à hauteur de 20 exemplaires de la version NH90-NFH.

Le Pilatus PC-7 Turbo Trainer, avion d’entraînement et de présentation officielle, présent fin 2017 à hauteur de 12 exemplaires de la version PC-7A.

Si les Pays-Bas ne possèdent pas d’aviation terrestre il faut cependant remarquer que les NH90-NFH (qui localement ne s’appellent pas Caïman) sont mis en œuvre par des équipages de la Koninklijke Luchtmacht pour les besoins de la marine. Par contre les deux Do 228-200 sont détachés en permanence au profit de la garde-côtière néerlandaise. Il est à noter que le Fokker 70M royal vit actuellement ses dernières heures de vol, il doit être remplacé par un Airbus A319 l’an prochain. De même les AH-64D Apache et les PC-7 Turbo Trainer doivent être modernisés dans les prochains mois.

4 COMMENTAIRES

    • Bah ouais en fait c’est un concept assez répandu dans les forces aériennes de monarchies, fusses t-elles constitutionnelles comme au Pays-Bas ou au Royaume-Uni.

  1. A noter que les PC-7 sont en cours de rénovation par Pilatus,
    Mais qu’en est-il de la formation initiale ? On ne distingue pas d’avion légers à piston. Font ils appel à une boite privé ?
    On ne voit pas non plus d’avion à réaction pour l’entrainement avancé. Vont ils aux Etats Unis ou bien se forment ils déjà en Italie sur des M-346 comme ils en était question il y a quelque temps ?

  2. Pour le remplacement de ses F-16, la Hollande envisageait initialement d’acquérir 85 chasseurs. Dès que son choix s’est porté vers le Lightning II, compte tenu du prix de l’appareil, elle a du revoir ses ambitions à la baisse et a estimé son acquisition entre 52 et 68 avions.
    Mais le coût du F-35 n’ayant cessé de grimper, elle a du en 2013 limiter ses prétentions à une flotte de 37 machines !
    Pour être tout à fait objectif il faut préciser que la chute vertigineuse des intentions d’achat néerlandaises, n’est pas imputable uniquement à la flambé du prix du F-35, mais est certainement également causée par les restrictions budgétaires.
    On pensait donc la taille de la future flotte de l’aviation de chasse hollandaise définitivement fixé à 37 appareils, la quasi totalité des commandes ayant été signées, Or le gouvernement hollandais a annoncé il y a quelques semaines qu’il ne disposait pas des fonds nécessaires au règlement des trois derniers exemplaires. Il a évoqué comme responsable de ce trou budgétaire, le cours du dollar à la hausse, le contrat étant établis en monnaie américaine.
    La signature de ces trois ultimes commandes est prévue en 2019. Ce délai laisse donc le temps au cours du dollar de se rétablir à un niveau inférieur …. ou de repartir à la hausse !
    Il se dit que le gouvernement bénéficiera, si nécessaire, d’une rallonge financière, afin de ne pas descendre sous la barre des 37 appareils, jugée comme un seuil incompressible..
    Ce problème de taux de change risque toutefois d’impacter grandement le Royaume Uni, qui avec le brexit et la chute de la livre qui en découle, va voir exploser la facture de ses 138 F-35B,

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom