Le débat a commencé au Dáil Éireann depuis presque deux ans et a maintenant gagné le Seanad Éireann, les équivalents respectifs de l’Assemblée Nationale et du Sénat en France. Les parlementaires irlandais réfléchissent actuellement très sérieusement à doter l’Irish Air Corps d’une aviation de combat digne de ce nom ! Un chemin qui pourtant risque d’être semé d’embuches dans un pays traditionnellement très pacifiste voire carrément antimilitariste.

Pour mémoire actuellement l’aviation irlandaise ne dispose comme tous moyens de combat que de sept monomoteurs à turbopropulseur Pilatus PC-9M de reconnaissance et d’appui aérien et de deux Casa CN-235-100MPA de patrouille maritime. Elle ne possède plus aucun jet armé depuis le retrait du service voilà plusieurs années des Fouga CM.170 Magister utilisés durant environ 25 ans.

Alors comme souvent dans les grandes démocraties l’Irlande connait des débats agités sur la question de l’évolution de son aviation militaire. Au Dáil Éireann les parlementaires s’orientent plutôt vers l’option d’acquérir des chasseurs monoréacteurs type Lockheed-Martin F-16C/D Fighting Falcon ou Saab JAS-39 Gripen. De leur côté les sénateurs du Seanad Éireann prône plutôt le recours à un avion plus léger type BAe Hawk ou Aermacchi M346 Master.

Alors effectivement aucune chance de voir voler des Dassault Aviation Rafale, Eurofighter Typhoon, ou Lockheed-Martin F-35A Lighting II sous la célèbre cocarde tricolore irlandaise. Ces trois avions sont considérés comme trop onéreux et totalement inadaptés aux besoins locaux, notamment en raison de leur très haut niveau technologique. De même les parlementaires de Dublin semblent avoir définitivement tourné le dos aux constructeurs russes. Les relations diplomatiques avec Moscou n’étant pas au beau fixe depuis plusieurs années entre autre à cause des survols répétés aux abords des côtes de l’île par les avions de reconnaissance et bombardiers de la fédération.

Les débats irlandais semblent néanmoins marquer le pas depuis quelques semaines, l’approche d’échéances électorales n’y étant pas étranger. Il faut dire que dans ce pays le lien entre les militaires et la population est particulièrement distendu. Il est à noter que la majorité des déploiements de soldats irlandais au sein de forces internationales, sous l’égide de l’Union Européenne ou de l’ONU est toujours l’occasion de vifs débats. Alors forcément l’acquisition à l’horizon 2020-2022 de nouveaux avions de combat ne plait pas forcément à tout le monde.

Photo © Irish Air Corps.

9 COMMENTAIRES

  1. Des jets de combat pourquoi faire ? C’est vraiment uniquement à cause des incursions russes aux abords de l’espace aérien irlandais que ces derniers veulent s’équiper de jets de combat pour ne plus rester les bras croisés ? Ils va leur en falloir au moins une dizaine pour avoir au moins 2 disponibles à décoller à tout moment.

    • Aucun pays achète moins d’une dizaine de chasseurs de toute manière. Les irlandais sont surement pas plus betes que d’autres pilotes ils n’auront aucun mal à intercepter les bombardiers russes.

  2. Si c’est bien pour intercepter les incursions Russes, il leur faudra au moins du Gripen ou du F16, les Hawk ou les M346, dont la vitesse maximale tourne autour de 1000km/h (mach 1 et quelques) ne seront certainement pas en mesure d’intercepter un T-160 Blackjack qui est capable d’atteindre allègrement mach 2.

  3. Une solution pour la France serait de proposer des avions d’occasions : je pense à des 2000-9 émirati .
    Ça serait parfait en terme d’acceptabilité du prix et plus européens que des f16?!

  4. La Nouvelle-Zélande -qui je trouve a un profil très similaire à l’Irlande- a longtemps opéré des A4 et des MB339, et à mon sens ce sont bien des appareils légers qui feraient le meilleur consensus pour ce petit pays (flexibilité, coût d’achat / entretien).
    Dans l’absolu, le Gripen serait comme en république Tchèque le candidat idéal (à une douzaine d’exemplaires). Cependant, l’Irlande ayant utilisé des Fouga durant la guerre froide, à « menaces » similaires je l’imaginerais personnellement rester sur un appareil du même type (biréacteur subsonique).

    N’oublions pas que « l’interception » des appareils russes dans les eaux internationales se fait toujours en subsonique, ce sont des patrouilles, non des jeux de guerre où les appareils donnent leur plein potentiel militaire. Il s’agit juste de montrer que l’on est présent, vigilant, capable de tirer des missiles bons de guerre, et raccompagner l’intrus sur le pas de sa porte. En coopération avec les Britanniques et le Français pour ce qui est de la détection / alerte, cela pourrait tout à fait marcher.

    A ce titre, je pense que le MB346 est l’appareil rêvé pour l’Eire, moderne et très capable (le Hawk quant à lui date un peu). Certes l’avion Italien n’est pas dédié au combat aérien, mais il n’en reste pas moins très manœuvrant, capable d’assurer de l’air-air basique (missiles IR-Fox2) donc la police du ciel, et même de l’air-sol avec la capacité GBU via l’emport de pod Flir / laser. Ravitaillable en vol de surcroit, en sus de son excellente autonomie.
    A bien des égards c’est un mini-chasseur polyvalent, même s’il lui manque une capacité Fox3 avec un radar air-air digne de ce nom, et évidemment la vitesse (encore que mach 1 soit suffisant pour raccompagner les intrus à étoile rouge comme je le précisais plus haut). Et puis en termes purement subjectifs pour une opinion publique antimilitariste, en tant que « petit » appareil il perd ce côté menaçant et offensif que confèrent des appareils de première ligne tels F16 / Gripen / Mirage. Mais ce ne sont que mes réflexions 😉

    • C’est intéressant, il est vrai que le M-346 Master (si c’est bien de celui-là que bous voulez parler) est un bon compromis, je n’y avait pas pensé, même si je pense qu’il sera encore un peu juste pour de l’interception, par exemple face au Tu-160 plus rapide et avec un plafond plus élevé même si en patrouille il ne vole pas si haut ni si vite.

      • Désolé de ma réponse tardive.
        Évidemment je ne parlais pas d’interceptions au sens où les armées de l’air modernes l’entendent (appareils supersoniques à capacité largement BVR +60km avec du Fox3), l’Irlande n’en a à mon sens pas le besoin, ni l’envie de s’en donner les moyens ^^.

        Comme je le précisais, pour ce rôle « d’interception-reconduite » de patrouille où les appareils n’utilisent pas leurs pleines capacités militaires (plafond, vitesse, manœuvrabilité, systèmes d’armes) qui ressemble plus à de la Combat air Patrol ou police du ciel améliorée, le M346 serait idéal, digne descendant du Fouga, l’Irlande n’ayant de toute façon jamais eu vocation ni prétention à mener une guerre aérienne.
        Dans le cas d’une guerre chaude, évidemment les Russes avec leurs appareils à hautes performances pourraient largement les surclasser, mais il n’en est pas question (et les Fouga n’auraient pas eu plus de chance en leur temps, c’est donc on le devine une décision plus politique que capacitaire). Et n’oublions pas qu’en cas de durcissement des relations, les Typhoons / F35 britanniques et autres appareils Otaniens seraient en tampon dans les parages.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom